Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 15:54

Mythes mésopotamiens et bibliques(livre de la Genèse) sont intimement liés, au point que lorsqu'on découvrit le récit du déluge dans les tablettes en argiles sumériennes(basse Mésopotamie) de - 2600 ans, repris dans les récits babyloniens, on pensa que le récit du déluge de la Genèse était un plagiat conséquent de la déportation des hébreux à Babylone, le livre de la Genèse date du VIe s avant J.C pour la 1er partie, du X°s avtJ.C pour la seconde partie. Cependant le lien entre Sumer et les hébreux, est bien plus ancien que la déportation à Babylone, puisqu' Abraham selon la Genèse vivait en Chaldée après que son père Tetrach dût s'enfuir d'Ur, cité sumérienne.

Cherchons donc si les sources des écrits hermétiques de la Genèse ne se trouveraient pas à Sumer:

- La création -

G2,5: lorsque l'éternel Dieu fit la terre et les cieux, aucun arbuste des champs n'était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n'y avait point d'homme pour cultiver le sol. Mais une vapeur s'éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol.

Enuma Elish(Babylone fin du 12e s): Lorsqu'en haut le ciel n'était pas encore nommé

Qu'en bas la terre n'avait pas de nom, seuls l'Apsû(eau douce)primordial qui engendra les dieux , et Tiamat la mer qui les enfanta tous, mêlaient leurs eaux en un tout. Nul buisson de roseaux n'étaient assemblé, nulle cannaie n'était visible, alors qu'aucun des dieux n'était apparu, n'étant appelé d'un nom, ni pourvu d'un destin, en leur sein, les dieux furent créés.

Dans la Génèse, Dieu nomme l'homme, l'homme nomme les plantes et les animaux.

Eve est sorti de la côte d'Adam(genèse), dans Ninshursag(-2200) Enki tombe malade, la déesse Ninsurhag fait sortir 8 divinités des 8 organes malades pour le guérir dont la déesse Ninti qui sort de la côte.

- Création de l'homme-

Pour cela nous allons lire la Genèse (la 2e partie du livre de la Genèse qui date du X°s avant J.C, la première partie datant du VI°s):

G 2, 7: Yaweh Dieu, forma l'homme de la poussière du sol.

G5, 1: lorsque Dieu créa l'homme, il le fit à la ressemblance de Dieu. Il créa l'homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d'homme, lorsqu'ils furent créés.

Dans le mythe sumérien, les hommes sont fait par Ea(Enki), esprit qui contient tous les esprits dont les esprits communautaires des hommes(équivalent du St esprit chrétien en multiples, esprit par exemple de chaque corps de métier), par contre la création d'Adam évoque la création d'Enkidu, "une créature" décrite dans "l'épopée de Gilgamesh":

  • Enki et Ninmah, début du 2e millénaire:

A l'origine des temps, les dieux se révoltent contre leur travail ingrat qui consiste à curer les rivières et canaux.

Le Dieu Enki, qui lui même est né de l'argile primordiale de l'Apsû - la masse d'eau sur laquelle flotte la terre - manifestée à la surface du sol par le limon que déposent le Tigre et l'Euphrate, demande à sa mère Namma, de façonner un homme avec cette même argile. La déesse mouille la terre et lui donne vie: "quand tu auras pétri le coeur de l'argile des rives de l'Apsû, on donnera forme au foetus. Quand tu auras déterminé sa nature...tu arrêteras son destin"; destin qui est de servir les Dieux. Enki et Nimma célèbrent la naissance de l'homme, ivre, la déesse modèlent 7 êtres humains ratés auxquels Enki assigne pourtant un destin.(http://classes.bnf.fr/dossisup/grands/69.htm)

La conception de la création de l'homme est très semblable dans les deux récits, si ce n'est que l'argile, élément majeur du sol sumérien, est remplacé par la poussière, qui accompagne les hébreux nomades ou semi nomades en climat aride.

Mais la création d'Enkidu, "créature" dans l'épopée de Gilgamesh(récit akkadien entre -1800 , -1700) est bien plus éloquente:

les gens d'Uruck, ville sumérienne dont Gilgamesh est le premier roi après le déluge, se plaignirent aux Dieu de la tyrannie de leur roi qui enlève toutes les filles et femmes du pays. Anu, maître du ciel, entendit leur prière et s'adressa à la déesse Aruru(Nimma en sumérien) qui avait formé les hommes: elle prit de l'eau dans sa paume, saisit un morceau d'argile et fit naître un être gigantesque. Elle le forma à la ressemblance du Dieu Anu, dieu du ciel.

Comparons maintenant les récits du déluge de la genèse, sumérien(sud de la Mésopotamie) et akkadien(nord de la Mésopotamie)

G7 et 8: Dieu dit à Noé: entre dans l'arche , toi et toute ta maison; ...tu prendras 7 couples de tous les animaux purs, ...une paire des animaux qui ne sont pas purs, sept couple aussi des oiseaux du ciel,...afin de conserver leur race en vie sur la face de toute la terre. Car encore 7 jours, et je ferai pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits, et j'exterminerai de la face de la terre tous les êtres que j'ai faits. Sept jours après,les eaux du déluge furent sur la terre...toutes les sources du grand abîme jaillirent, et les écluses des cieux s'ouvrirent. La pluie tomba sur la terre 40 jours et nuits...Les eaux crûrent et soulevèrent l'arche, et elle s'éleva au dessus de la terre, et l'arche flotta sur la surface des eaux. Les eaux grossirent de plus en plus, et toute les hautes montagnes qui sont sous le ciel entier furent couvertes. Les eaux s'élevèrent de 15 coudées au dessus des montagnes, qui furent couvertes...Tous les êtres à la surface de la terre furent exterminés de la terre. Il ne resta que Noé et ce qui était avec lui dans l'arche. Les eaux furent grosses pendant 150 jours. Dieu se souvint de Noé, ...et fit passer un vent sur la terre. Les sources de l'abîme et les écluses des cieux furent fermées...Au bout de 40 jours, Noé ouvrit la fenêtre qu'il avait faite à l'arche, il lâcha le corbeau et la colombe qui, ne pouvant se poser, revenaient sans cesse. 7 j plus tard il lâcha la colombe qui revint à lui le soir, et voici il y avait une feuille d'olivier dans son bec...Il attendit encore 7 autres jours, il lâcha la colombe mais elle ne revint plus à lui...Les eaux avaient séchées sur la surface de la terre.

Dieu parla encore à Noé.../j'établis mon alliance avec vous et votre postérité...; avec tous les être vivants qui sont avec vous(animaux)... aucune chair ne sera exterminé par les eaux du déluge. Dieu dit: c'est ici le signe de l'alliance que j'établis entre moi et vous et tous les animaux de la terre, j'ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d'alliance(arc en ciel)... quand j'aurais placé des nuages dans le ciel, il apparaîtra dans le ciel.

  • version sumérienne tablette à Nippur(temple de Enlil qui devient El chez les peuples sémites)- Carine Mahy(suite 101.fr)

.Par notre...un déluge va envahir les centres du culte pour détruire la semence du genre humain. Telle est la décision, le décret de l'assemblée des dieux, par l'ordre venu de An(dieu duciel) et Enlil(dieu du vent, végétation, phénomènes atmosphériques...), sa royauté, sa loi, un terme y sera mis. (...):illisible, Enki sur des tablettes akkadiennes, apparait à Ziusudra, un roi pieux et lui ordonne de construire un énorme bateau+animaux. Lorsque durant 7 jours et 7 nuits le déluge eut balayé la terre, et que l'énorme bateau eut été ballotté par les tempêtes, Utu(dieu soleil) sortit,..., Ziusudra ouvrit une fenêtre et Utu, le héros, fit pénétrer ses rayons dans le bateau. Ziusudra se prosterna, immola un boeuf et tua un mouton, les dieux regrettèrent alors le cataclysme. Enlil le rendit immortel et il fut emmené à Dilmun, au séjour des dieux, à l'est, au delà des mers.

  • version akkadienne(entre -1800 à -1700): dans l'épopée de Gigamesh, 1er roi légendaire d'Uruk, épopée d'origine akkadienne: dans cette version Athrasis, un grand sage, est prévenu en songe par Ea(Enki)

...Au 7e j la construction du bateau était terminée. Je portai dans le bateau tout l'or et l'argent que je possédais, je fis monter toute ma famille et mes parents, toutes les bêtes domestiques et les animaux de la plaine. Je fis monter aussi tous les artisans. Shamash, le Dieu soleil m'avait fixé le moment précis et m'avait dit:" lorsque le soir qui tient les tempêtes fera tomber la pluie du malheur, entre dans ton bateau et ferme la porte!

Le jour venu, je regardai le ciel. Il était sombre et terrifiant. J'entrai alors dans le bateau et je fermai la porte. Aux premières lueurs de l'aurore, un nuage noir monta des profondeurs du ciel, au dessus de l'horizon lointain. A l'intérieur du nuage, le Dieu Adad, Dieu des orages et de la pluie, tonnait et devant lui marchaient ses messagers. Le déluge mugissait comme un taureau furieux, les vents hurlaient comme les braiements d'un âne. Le soleil avait disparu, les ténèbres étaient totales. Certains dieux, eux même terrifiés, fuyaient, rampant le long des murs comme des chiens. Les nuages s'avançaient en menaçant à travers les montagnes et les plaines. Nergal, le Dieu des épidémies et de la guerre, arracha les piliers du monde(séisme?). Ninourta, le Dieu chasseur et guerrier, fit éclater les barrages du ciel. Les dieux du monde d'en bas, les dieux Announakis enflammèrent la terre toute entière. Les tonnerres du Dieu Addad montèrent au plus haut des cieux et transformèrent toute la lumière en ténèbres opaques. La terre immense se brisa comme une jarre. Les tempêtes du sud se déchaînèrent un jour entier. Les flots couvrirent même le sommet des montagnes. Tous les hommes furent massacrés. Les tempêtes du déluge soufflèrent pendant 6 jours et sept nuits. Le septième jour, l'armée des vents du sud qui avait tout massacré sur son passage, s'apaisa enfin. La mer se calma,la clameur du déluge se tut.Je regardais le ciel. Un grand silence régnait sur le monde. Je vis que les hommes étaient redevenus de l'argile. Les eaux lisses formaient un toit sur la terre invisible. J'ouvris une petite fenêtre. La lumière inonda mon visage. Je tombais à genou et me mis à pleurer. ..Le bateau accosta au pied du mont Nishir.

Enlil accorda l'immortalité à Athrasis mais il diminua la durée de vie des humains, envoya des épidémies et la stérilité aux hommes.

NB:dans l'épopée, Gilgamesh pour retrouver le héros du déluge, immortel vivant sur une île au milieu des eaux de la mort, se rendra "aux monts jumeaux". S'agit -il du Mt Ararat qui comporte le grand Ararat- le volcan - et le petit Ararat, cône de projection des éjectats du volcan?

  • dans la version assyro Babylonienne ou ninivite(-1200), c'est Utanapisti, fils de Ubar tutu, roi de Shuruppack, ville au bords de l'Euphrate qui périt, après le déluge, la royauté descendit du ciel à Kish, et Utanapist qui devint immortel, alla habiter à l'embouchure des fleuves.

Dans tous ces récits, on constate que le fond de l'histoire est commune: un déluge, un seul homme sauvé qui devient immortel sauf dans le texte biblique. Mais des incompatibilités géographiques cependant: le bateau accoste sur le mont Ararat pour la bible, sur le mont Nishir dans la version akkadienne(on ignore quel mont se nommait ainsi) dans la version sumérienne, le soleil apparait et le déluge disparait. Dans la version sumérienne, le rescapé du déluge devenu immortel est emporté par le Dieu Enlil à Dilmun, à l'est, au delà des mers. Dans la version akkadienne, il va vivre à l'embouchure des fleuves(donc reste à Sumer ou s'agit -il d'autres fleuves?). De même les personnages varient, du Noé biblique on sait seulement qu'il s'agit d'un lointain ancêtre d'Abraham dont le père vivait à Ur, dans la version sumérienne et ninivite, c'est un roi, dans la version Ninivite il vivait à Shuruppack, ville sumérienne qui disparut dans le déluge.

les archéologues ont trouvés trace d'inondation majeure à Ur, Kish, et Shurruppack mais à des époques différentes.

http://www.bernard-joy.com/gilgamesh-texte-originel--en-cours/11-gilgamesh-tablette-xi,a2128394.html

http://suite101.fr/article/la-version-sumerienne-du-recit-du-deluge-et-larcheologie

wikipedia

http://suite101.fr/article/lhomme-prehistorique-dans-le-sahara-libyen

Y a t-il une région géographique où un déluge aurait pu survenir et à quelle époque?

Une inondation d'une telle ampleur n'a pu avoir lieu qu'à la fin de l'âge glaciaire où la fonte des glaces fit monter le niveau marin, laissa en place d'immenses lacs comme en Amérique du nord où le recul du glacier forma la région des grands lacs .

Hors au nord de la Mésopotamie se trouve la Mer noire qui se forma vers -7500 suite à la rupture de la barrière du Bosphore, faisant communiquer ainsi la mer de Marmara(elle même relié à la Méditerranée par le défilé des Dardanelles) qui se trouve sur une ligne de faille encore aujourd'hui très active, et un ancien lac d'eau douce, vestige d'une mer d'eau douce, la mer sarmatienne qui englobait à l'ouest une région de part et d'autre des Carpates, et à l'est de part et d'autre du Caucase jusqu'à la Caspienne inclut(voir fr.wikipédia.org/wiki/Fichier:SarmatianSea.jpg). L'ancien lac en mer noire occupait une superficie plus faible donc que la mer noire actuelle, mais après l'envahissement par la mer, sans doute l'inondation occupa en grande partie toute la région de l'ancienne mer d'eau douce samartienne, avant que l'évaporation et infiltration, aboutisse aux contours actuels de la Mer noire. Faut -il y voir une allusion dans le mythe de la création babylonien? : Avant le Temps, il n'y avait rien. Rien que deux sortes d'eau, qui coulaient côte à côte: l'eau douce obéissait au dieu Apsû, l'eau salée était le domaine de la déesse Tiamat; et Tiamat était l'épouse d'Apsû.

extrait de Enuma Elish(origine: Babylonie, texte en akkadien)

Lorsqu'en haut le ciel n'était pas encore nommé

Qu'en bas la terre n'avait pas de nom

Seul l'Apsû primordial qui engendra les dieux

Et Tiamat qui les enfanta tous, mêlaient leurs eaux en un tout....

Dans le texte biblique il est écrit: "toutes les sources du grand abîme jaillirent et les écluses du ciel s'ouvrirent". La pluie semble donc secondaire et non causale d'une brutale montée des eaux ce qui est en accord avec l'hypothèse de la mer Noire. D'autre part Gilgamesh pour rendre visite au "héros du déluge" traverse "les eaux de la mort", il s'agit donc d'eau calme, voire marécageuse peu profonde dans la période post déluge et non d'eau turbulente donc vivante comme la mer. D'autre part, c'est autour de la mer noire que l'agriculture semble avoir commencé il y a et à Varna en bulgarie, au bord de la mer noire se trouve une grande nécropole de 300 tombes, témoignage du travail de l'or daté datant du Ve millénaire, le plus ancien connu . D'autre part une assiette, "l'assiette de Noé" datée de l'âge du bronze a été découverte dans la zone des sédiments lacustres de l'ancien lac. Tous ces éléments sont en faveur d'un centre civilisationnel lacustre ayant brutalement disparu lors de la rupture de la barrière du Bosphore entre la mer de Marmara et l'ancien lac disparu sous la mer noire. De même la récente découverte de la nécropole de Varna, montrant un degré très évolué de la métallurgie avec des objets en or(6kg) finement travaillés, sur une surface de 3500m datant du IVe siècle est en faveur d'un centre civilisationnel en mer noire très ancien.

De même, le Golf persique pénétra profondément dans les terres seulement vers -8500 environ, à l'époque glaciaire l'Euphrate se jetait en mer bien plus au sud - est, il traversait une région aride, et des oasis devaient se trouver le long de son trajet. Une population humaine, vivant dans ces oasis a donc pu également en être chassé.

Le mythe de la création sumérien est différent de celui de Babylone:

Au commencement était Nammu, le grand océan chaotique primitif. De Nammu naquit une montagne de terre sèche: Anki, "la montagne cosmique"...

L'idée que la terre émerge d'un océan primitif, évoque un peuple marin, témoin de l'apparition d'îles en mer qui parfois disparaissent et donc, par analogie, pense que toute terre est sortie des eaux et peu aussi y disparaitre ce qui est vrai.

Dans la version sumérienne du déluge, il est uniquement question de gros orage, de pluie, de montée des eaux, ce qui peut correspondre à une grosse inondation fluviale, mais comme les villes n'ont pas été inondées à la même époque, ces inondations, si elles entretiennent la peur du déluge, ne peuvent correspondre au récit du déluge qui est censé n'avoir laissé qu'un survivant.

L'hypothèse du Golf persique semble donc être la bonne en ce qui concerne Sumer.

Mais comment expliquer que la version akkadienne, puis babylonienne, parle de terre enflammée?

Dans cette version le récit débute par "un nuage noir" au dessus de l'horizon, nuage dans lequel on entend le Dieu des orages, donc un bruit de tonnerre, puis c'est les ténèbres, et enfin la vision d'une terre dévastée par le feu et qui se brise comme une jarre, enfin les eaux qui recouvre tout. Ceci évoque une éruption volcanique en milieu marin. Ce pourrait être l'explosion du Santorin vers 1600 avt J.C. Une autre légende babylonienne semble souscrire à cette hypothèse:

Au temps où le seigneur Mardouk* venait de séparer le ciel et la terre, il y avait un Dieu nommé Alalou(Enlil à Sumer, dieu atmosphérique destructeur, orage, ouragan...) qui exerçait le pouvoir sur les régions moyennes (atmosphère), entre le firmament et la terre, ...Anû(le ciel) son ministre, le renversa de son trône mais son propre ministre, Koumarki chercha à son tour à le renverser. Il fut chassé par le génie des vents qui remis Anû sur son trône, jura de se venger et de remettre Alalou sur le trône. Sur le conseil du Dieu de la mer, il s'unit dans une étreinte à la montagne qui lui donna "un enfant de pierre". Cet enfant fut emporté dans les profondeurs de la mer, mis sur l'épaule droite du géant Oupellouri qui soutient sur son dos le poids de la terre et du ciel. L'enfant grandira, avait dit le Dieu de la mer , et, à la fin, sa tête touchera le firmament , viendra heurter la cité des Dieux. Alors tous les Dieux s'nfuiront en désordre et Koumarki pourra chasser du trône Anû. Le nom de l'enfant fut Oullikoummi, c'est à dire le destructeur de la ville de Koummi, cité préféré du génie des vents. Finalement, ce fut Ea(Esprit qui contient tous les esprits des êtres vivants), qui, plongeant dans les profondeurs de l'océan, coupa les chevilles du géant qui s'écroula dans la mer, avec un couteau magique. Le génie des vents se précipita sur lui alors, et le brisa en mille miettes. L'ordre fut rétabli dans le monde, les dieux rebouchèrent la brèche faite par Oullikoummi dans le rempart céleste, et tout repris comme par le passé. Oullikoumi fut conduit au fond des abîmes de la terre(nappe phréatique).

lire à ce sujet également:http://www.nomdundieu.com/6.5.1.eruptsantorin.htm

*Mardouk: Dieu de Babylone, dans la cosmogonie babylonienne, c'est lui qui crée le monde en tuant Tiama, la coupant en deux comme un poisson séché, avec une moitié il fait les assises de la terre, avec l'autre moitié le ciel, et la lune(Dieu principal d'Ur), le soleil, les étoiles, deviennent de simples luminaires suspendus par Marduk au firmament, définissant ainsi 3 domaines: le ciel confié à Anû, l'espace entre le ciel et la terre confié à Enlil, et les eaux souterraines confié à l'esprit industrieux d'Ea(ce qui serait une image de la maîtrise de l'irrigation, donc contrôle de l'eau par les hommes)

Résumons: nous avons des légendes mésopotamiennes de sources diverses: Summer(sud), Akkad qui sous Sargon1 dominera Sumer en un seul empire mésopotamien, Babylone sous une dynastie akkadienne qui s'inspirera des précédentes, la Thora qui semble compiler diverses traditions, qui retrace l'histoire des tribus hébreux jusqu'au royaume juif de Juda dont l'histoire interfère avec les différents peuples ou tribus de Mésopotamie, de Canaan et d'Egypte sur 2 millénaires

Voyons maintenant si l'histoire des langues peut nous renseigner sur les différents peuples ayant pu croiser leur histoire en Mésopotamie, les héritiers d'une civilisation prédéluvienne au Nord noyée par la mer noire, les sumériens au sud, regroupant les tribus des oasis de l' Euphrate ayant fui la montée des eaux du golf Persique, souvenir sans cesse renouvelé par des inondations successives de l'Euphrate ayant touché différentes cités sumériennes.

En effet, s'il y a eu mélanges de cultures ayant évoluées indépendamment jusque là, on retrouvera en Mésopotamie, des migrations ou invasions de peuples dont les langues appartiennent à des familles très différentes.

On distingue au Moyen - orient antique:

  • les langues indo-européennes qui aurait un tronc commun une langue proto - indo-européenne: ex: l'ancien perse , le hittite...
  • les langues afro - asiatiques ou chamito - sémitiques,dont l'ancien égyptien, le copte.
  • les isolats ne pouvant être rattachés aux deux groupes précédents
  • nb: voir fichier Orientmitja2300aC.png

Hors, on constate que la langue sumérienne est un isolat, l' élamite également, Elam, est un pays limitrophe de Sumer puis d'Akkad de langue sémitique, le long du Golf persique, entre la côte à l'ouest, et les monts du Zaggros à l'est. Mais l'élamite semble être proche d'une langue dravidienne, le Brahoui, parler dans le sud du Deccan(Indes), et au Pakistan dans la région du Baloutchistan, et qui trouverait peut être son origine dans la civilisation de l'Indus qui connu un développement parallèle à Sumer: villages vers - 6500, cités de milliers d'habitants vers -2600, puis disparition vers - 1800 du fait de la sécheresse. On peut donc proposer l'hypothèse suivante: du fait de la montée des eaux du Golf persique, des ethnies des oasis de l'Euphrate migrèrent vers la vallée de l'indus où leur langue fut fortement influencé par la langue indigène, cette migration favorisa l'émergence des grandes cités de l'Indus, une autre partie s'établit en Elam, le commerce lia toujours les deux régions favorisant son essor vers - 4000, et du fait de la sécheresse, la population de l'Indus migra en partie vers Elam, ou se dispersa dans le sud du Deccan et en Afghanistan. Les proto - sumériens vivaient plus à l'intérieur des terres avant l'invasion des eaux du Golf, et se développèrent indépendamment, après la montée des eaux, la proximité du Golf apporta de nouvelles richesses et favorisa l'essor des premières cités.

Pour ce qui est du déluge en mer noire, la catastrophe du Santorin en raviva probablement le souvenir, ce qui explique l'intérêt porté par l'auteur de la genèse qui évoque le MT Ararat, l'épopée de Gilgamesh qui évoque les eaux mortes, le passage par des monts jumeaux pour s'y rendre, le passage par le "tunnel emprunté la nuit par le soleil". La bouche rougeoyante d'un volcan pouvant certes évoquer cette entrée. Hors en -2500, l'Ararat entra en éruption et l'on retrouva sous une coulée pyroclastique des restes humains et des objets de l'âge de bronze. Divers récits ont donc pu être agglomérés en un seul car vécu comme découlant d'une même cause: la colère destructrice majeure d'un dieu puissant.

Si on examine les populations entrées en contact avec Babylone on trouve les hourrites du royaume Hari qui deviendra le Mitani au début du 2sd millénaire avt J.C. Les Hourrites sont mentionnés pour la première fois au 23e s avt J.C dans les archives d'Ebla. Ebla est une riche cité commerciale dès le IIIe millénaire, à partir de -2500 ses rois étendent leur domination sur le moyen Euphrate et le N-OE de l'actuelle Syrie, on y trouve des tablettes en sumérien et akkadien. Les hourrites viennent du N-E, leur langue a un tronc commun, le proto-houro-ourartéen, avec celle du royaume d'Urartu, autour du lac de Van qui apparaitra bien plus tard au 1er millénaire avt J.C, ils semblent donc être originaires de Transcaucasie(actuellement Georgie, Arménie, Azerbaïdjan). Hors, l'ampleur de la catastrophe de la rupture du Bosphore entraînant des chutes d'eau de 200m, peut être un tsunami, avec une avancée des eaux estimée à 1km/h voir 6 dans les vallées encaissées, une explosion qui a pu s'entendre à 100km à la ronde, a pu ne laisser la possibilité de fuite qu'aux populations situées à l'autre extrémité de la mer noire, en zone de plaine, l'actuelle Georgie pour fuir plus loin dans les hauteurs du Caucase. Au sud de la mer noire, la langue des Hattis est également un isolat, et les hattis constituent également une civilisation de cités florissantes au IIIe millénaire. Ils seront dominés et assimilés par les Hittites, peuple indo-européen venu des balkans, qui iront jusqu'en Canaan.

Mais si tous ces peuples ont gardés la mémoire du déluge, seule la bible y verra un châtiment divin de l'immoralité des hommes.

En effet, pour Sumer, Akkad ou Babylone, les hommes ont trop proliféré, les dieux devenaient oisifs, les hommes travaillant à leur place, le bruit qu'ils faisaient dérangeaient les Dieux, mais ils regrettèrent car il n'y aurait eu plus personne pour travailler pour eux, leur offrir des sacrifices, ils décidèrent cependant de contrôler leur prolifération en limitant leur durée de vie, par la famine, la stérilité, les épidémies. Dans l'épopée de Gigamesh, version babylonienne, le héros du déluge met simplement en garde sa femme contre les hommes en disant "les hommes sont méchants", Cette notion d'un Dieu punissant les hommes sur la base d'une morale qu'il établit sous Moïse, issue du déluge, sera le fondement du Judaïsme.

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite en ligne 21/10/2015 11:38

Très bon site ! Je le trouve très vivant, bien pensé en plus il a plutôt belle gueule et les illustrations sont chouettes ! Je vous souhaite bonne continuation et un bon courage pour la suite et la continuité de ce magnifique site

voyance gratuite par telephone 03/09/2015 12:56

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable .j'ai bientôt quatre vingt printemps et je passe du temps vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci.

Vente appartement marrakech 19/03/2015 11:15

Je viens de découvrir votre blog et je l'adore beaucoup.

auteur du blog 19/03/2015 12:35

merci

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages