Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 17:23

L'Eugénisme, c'est à dire une politique de sélection génétique pour améliorer une race, connut une vogue pendant toute la période entre les deux guerres dans bon nombre de pays occidentaux: stérilisation des individus présentant des tares génétiquement transmissibles, encouragement de la reproduction des individus sains.

On connait surtout sa déviance criminel avec le nazisme qui ne se contenta pas de hiérarchiser des individus, mais aussi des peuples ce qui aboutira à la "solution finale" pour éliminer le peuple juif considéré comme perverti et responsable de la défaite allemande en 1918. En effet, pour Hitler, les juifs sont les inspirateurs directs de la franc - maçonnerie et de l'internationale marxiste qui, selon lui, sont responsables d'une paix honteuse avec la France qu'il dénonce dans Mein Kampf.

Hier, je regardais un film passionnant sur la période des procès de Nuremberg:

"De 1945 à 1946, à Nuremberg (Allemagne) se tiennent les procès des grands criminels de guerre nazis (Goering, Hess, Ribbentrop, von Papen, Seyss-Inquart, etc.). La plupart sont condamnés à mort ou emprisonnés à vie. Un an plus tard, en 1947, ce sont les exécutants qui passent devant le tribunal militaire américain, et notamment les juges qui appliquèrent les horribles lois du IIIe Reich, incluant ségrégation raciale et stérilisation des handicapés mentaux. Jugement à Nuremberg, réalisé en 1961, soit en pleine guerre froide – alors que les criminels nazis ont pour la plupart été libérés (et pour certains, aident le gouvernement américain dans sa lutte contre le communisme) – revient sur cet événement complexe avec subtilité et maestria cinématographique. "(Critika.com)

Ces juges, participant directement à l'eugénisme criminel nazi, sont défendu par un jeune et brillant avocat qui, certes à de la sympathie pour l'un des accusés, mais aussi considère que si des juges, simples exécutants des lois sont jugés coupables, alors c'est toute l'Allemagne qui sera reconnue coupable. Mais au cours de ce procès, cet avocat va démontrer que cette politique eugénique n'a pas été crée par le national socialisme allemand, il cite notamment une loi d' l'état de Virginie qui réclame la stérilisation de ceux considérés comme "débiles mentaux", un poids pour la société, soupçonnés de devenir de futurs criminels. Il est vrai, que dans l'entre deux guerres mondiales, l'alcoolisme faisait des ravages(suite à l'enivrement des soldats encouragé sur le front) et les enfants de pères alcooliques étaient souvent considérés comme "arriérés" , alors que cela est considéré comme faux actuellement, par contre, la maltraitance liée à un père alcoolique, pouvait entrainer chez les enfants des troubles comportementaux désocialisant. En dehors de la Virginie, on peut trouver d'autres exemples dans les années 40, avec cette idée d'eugénisme qui semble plus le fruit d'une époque, la science liée au progrès libérateur, le culte du matérialisme et du rendement qui reléguaient tout à la fois le sacré et l'humanisme, après l'amélioration des espèces végétales agricoles, puis animaux domestiques, tout naturellement on entrepris de vouloir améliorer la nature humaine. Cette idée d'ailleurs, était forte ancienne(voir doc ci dessous) et dans les pays scandinaves, l'eugénisme engendra des stérilisations obligatoires chez des des criminels et des malades mentaux jusqu' en 1949. En Allemagne nazi, l'extermination des juifs, tziganes, arméniens également fut un détournement politique de l'eugénisme, ces apatrides furent jugés racialement inférieur et massacrés en même temps que l'on assassinait les malades mentaux. Mais il y a aussi une autre forme d'eugénisme: celle qui a l'ambition d'améliorer le comportement social d'un individu par un traitement médical ou chirurgical agressif, en se référant aux normes sociales du moment, ce qui aboutit en France par exemple, à des lobectomies frontales, chez des individus jugés "caractériels", parfois en opposition avec leur famille, comme cette jeune fille de 19 ans dont je lus le dossier, internée en psychiatrie pour "troubles caractériels", "opposition parentale" , sans antécédent judiciaire qui subit une lobectomie frontale et termina ses jours à un âge avancé sans jamais ressortir de cet hôpital.

Le brillant avocat des juges sous régime nazi, cite un texte de lois de l'état de Virginie, antérieur aux lois sur la pureté raciale du national socialisme: ce texte prévoit la stérilisation des personnes considérés comme "arriérées mentales" car, dit il, "si l'on conçoit le sacrifice de la vie d'un jeune homme sain au cours d'une guerre pour défendre sa patrie, il est normal d'exiger de personnes qui auront une descendance à charge pour la société et parmi laquelle on trouvera les futurs criminels, de faire aussi un sacrifice par la stérilisation." La partie civile a cité un témoin, et veut prouver qu'il y a eu des stérilisations pour des motifs politiques, communisme en l'occurrence. Le père de la victime est en effet communiste, et il y a eu au préalable agression de sa famille par une bande de jeunes national - socialistes dont l'un d'eux, devenu fonctionnaire, dénoncera la victime comme remplissant les conditions de la stérilisation. C'est une famille de 10 enfants, dans le dossier de stérilisation, la mère est décrite comme déficiente mental. Il est bien difficile à travers un film de se faire une idée exacte de la situation réelle. Dans le film, l'avocat diaboliquement habile, utilise une question test de l'état de Virginie: "faites une phrase avec chasseur, cerf, forêt". Le témoin se trouble, réfléchit et s'énerve: "vous croyez que je suis débile, vous croyez que ma mère était attardée? J'ai sa photo, regardez là! Et il montre un portrait d'une femme digne et vêtu avec soin selon les critères de son temps. L'avocat de conclure que le témoin est émotionnellement très fragile, "ce sera tout" dit-il, d'un air satisfait, laissant sous entendre que les critères de sélection nazi n'était basé que sur des critères anatomiques ou physiologiques et non pas politiques.

Le juge ne dit rien et libère le témoin. Le procès, au lieu de conforter les victimes dans leur statut et donc les réconforter, harmonise une loi nazi avec celles du reste du monde, établissant un parallèle avec une loi américaine de l'état de Virginie. Un autre témoignage d'un procès nazi dans le cadre d'une peine de mort pour un juif pour pollution raciale pour présomption de rapport sexuel avec une mineure de 16 ans allemande aryenne viendra éclairer la mécanique judiciaire de l'Allemagne nazi, parmi les accusés, celui qui était rattaché au ministère de la justice et juge lui même, témoignera qu'avant même de pénétrer dans la salle d'audience, il savait qu'il devait juger le prévenu comme coupable, la société nazifiée le réclamait. Ce dernier sera pendu, la jeune fille, refusant de reconnaître ce rapport sexuel illicite sous le régime nazi, condamné à 2 ans de prison pour parjure. A cette époque, en Afrique du sud, il y avait aussi un apartheid tout aussi strict, et aux USA, si la peine de mort pour métissage n'existait pas, il y avait bien deux mondes bien cloisonnés, celui des blancs et celui des noirs. Il n'était pas question, à travers ces juges, de condamner la justice nazi, de faire "un procès pour l'histoire" comme ce fut le cas en France des dizaines d'années plus tard de juger le gouvernement de Vichy à travers un fonctionnaire, à travers Papon, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, mais bien de voir si ces juges avaient sciemment condamné des prévenus pour de fausses infractions à la loi pour soutenir la politique raciale des nazis, dont l'eugénisme était la façade officielle et l'extermination des minorités, juive surtout.

La victime de stérilisation obligatoire, se défendit en disant: "je n'étais pas émotionnellement instable avant d'avoir subi cette stérilisation qui m'a détruit, fait de moi un demi - homme".

On peut cependant remarquer que cet homme comprend immédiatement où l'avocat veut en venir, sa stérilisation avait été décidé parce qu'il était déficient mental, tout comme sa mère. Jusque là, il avait su se montrer suffisamment éloquent(tout du moins dans le film), sa scolarité avait été courte, et ses difficultés scolaires pouvaient relever de différent facteurs, à commencer par l'assiduité. Il est déconcerté par la question test, il revit son traumatisme, cherche un piège, se demande pourquoi on lui pose une telle question.Et la question, dans le film est ambigüe: pour former une phrase, il faut un verbe, - ex: le chasseur dans la forêt "tue"(ou voit) un cerf-, la réponse, "non", du plaignant eut pu être la bonne puisqu'il faut toujours un verbe pour faire une phrase, et dans le cas présent il faut aussi des articles et une préposition". L'homme du film(peut être différent dans la réalité), lui, s'était montré suffisamment éloquent pour pouvoir répondre à une question aussi simple: faire une phrase avec ces trois mots et ajouter, entre autres, un verbe.

Lors du test fait par les nazis, il se souvenait seulement qu'on lui avait demandé la date d'anniversaire d'Hitler et Goebbels, les questions semblaient donc orientés, et rien d'autres selon lui. Cette question, si son père eut été un admirateur d'Hitler, même s'il avait un handicap mental, il aurait pu y répondre, donc un "test" est lié à la culture du candidat, d'autre part, lors du procès des juges par les américains, il est peut être révolté, se demande à qui on fait un procès, et refuse donc de répondre, craignant un piège. Bien évidemment, la réussite à un test varie avec l'humeur du moment du sujet, sa coopération et son milieu de vie. - Le sujet ne connait pas la date de naissance des leaders du nazisme idolâtrer par d'autres à cette époque, son père est communiste: "ça n'a pas d'importance répond - t - il", si son père n'avait pas été communiste, il aurait peut être su la réponse.

On peut également se poser la question si le traitement des personnes âgées en France, ne fut (ou "n'est pas", encore dans certains cas aujourd'hui?) pas un héritage de cette pensée: aliéner la liberté individuelle même si cela détruit une vie dans l'intérêt de la collectivité. Voici quelques exemples:

Combien de fois la désorientation temporo - spatiale chez des personnes âgés ont conduit au diagnostic erroné, au moins initialement, de "démence" chez des personnes âgées? La justification d'un placement autoritaire suite à une hospitalisation en urgence, d'une personne autonome jusque là, suite à une affection médicale aigüe ou une chute, "parce qu'il faut libérer un lit aux urgences, parce que la famille le demandait, et que l'on craignait un procès suite à un retour à domicile qui se passerait mal par la famille, mais non pas de la part d'une personne âgée sans soutien dans sa demande? Bien souvent même, cette désorientation n'existait pas ou peu, et s'installait avec l'hospitalisation ou le placement. Parce que le temps n'a plus d'importance, parce que tous les jours se ressemblent, parce qu'il n'y avait plus de visites et que la patiente ne sortait plus, donc plus de saisons finalement.

J'ai le souvenir d'un sans domicile fixe, vivant à la rue, un polonais âgé, amputé d'une jambe, dégageant une odeur nauséabonde, trop sale pour être admis dans les foyers pour sans abris de la ville, régulièrement amené aux urgences par les pompiers. La plupart du temps, il restait dans un coin et repartait au matin, cela lui évitait la mort par hypothermie en hiver. Je l'interrogeais sur "le nom du président", "l'année que nous étions", il ne savait rien de tout ça, pour lui, disait -il, ça n'avait pas d'importance. Par contre, il sut me dire qu'il était 15h environ, simplement en observant l'inclinaison du soleil, il n'avait pas de montre. Ce jour là, les infirmiers des urgences le déshabillèrent malgré son opposition farouche pour le laver, la peau des cuisses et des fesses étaient très irritée, le pantalon raidi par une bonne épaisseur d'excréments séchés. Une fois propre, il changea d'attitude et nous remercia, il était admis à l'hôpital psychiatrique pour y finir ses jours. Ce rôle de maison de retraite pour marginaux, l'hôpital psychiatrique le remplit pendant longtemps, mais à cette époque, ils étaient refoulés, l'admission de cet homme fut exceptionnel. Pour eux, c'était pourtant le paradis: des plats chauds, des bancs dans un parc, ils ne posaient pas de problème particulier au personnel.

Si la sécurité de la personne âgée était souvent mis en avant pour un placement autoritaire, parfois au motif d'un seul handicap physique, même si cette dernière sombrait très rapidement dans un profond état dépressif et que l'expérience montrait que la mort à brève échéance, en quelques mois, en était la conséquence, les véritables raisons étaient les suivantes:

- des épisodes d'hospitalisations en urgence courtes répétées, chutes notamment,

- la pression familiale pour le placement, voir l'absence de famille

- l'insuffisance des services de moyens séjours et le passage directe des urgences à une maison de retraite médicalisé.

C'est ainsi que l'on pouvait voir placé des personnes autonomes mais simplement d'un grand âge, et d'autres bénéficiant de la sympathie de l'entourage, vivre autonome malgré une déficience physique importante, et même, pour d'autres, une détérioration mentale évidente.

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite immediate 21/09/2016 14:23

Bravo ! Votre blog est l'un des meilleurs que j'ai vu !

voyance gratuite 03/08/2016 14:38

Un blog sympa que je découvre seulement !

voyance gratuite 08/05/2015 14:03

Toujours aussi passionnant et tellement diversifier, je suis heureuse moi qui suis invalide vous m’apportez que du bonheur. Continuez ainsi !

auteur 08/05/2015 19:35

Merci, chacun de nous puise sa force mentale dans celle des autres pour aller plus loin quand on a le sentiment "d'être à plat de batterie"!

voyance gratuite immediate 04/05/2015 11:47

Bravo pour votre site, l'accès est facile et le contenu est très riche. Je vous remercie pour ce merveilleux partage. Et je vous encourage de continuez ainsi. Bon continuation

auteur du blog 19/03/2015 16:25

merci

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages