Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 18:45

Tel est le titre du dossier établi par Sylvie Brunel dans "diplomatie" n°74

Dans cet article, elle définit 5 défis:

  • répondre à une demande alimentaire en forte augmentation: la production céréalière mondial était d'un milliard de tonnes en 1960, 2 milliards en 2000, et en 2050, l'humanité devrait dépasser 10 milliards d'hommes, nécessitant donc 3,4 milliards de céréales.
  • Diminuer le nombre de personnes souffrant de malnutrition, augmenter le pouvoir d'achat des pauvres. En 1970, le 1/3 de la population des pays en voie de développement souffrait de malnutrition, aujourd'hui ces pays représentent 12°/° de la population mondiale, et la malnutrition touche 17°/° de leur population.
  • faire face au changement climatique; d'autant que le blé et le maïs voient leur rendement diminuer quand la température s'élève, et le riz exige une forte disponibilité en eau. Cela impose des semences adaptées, voir des travaux d'irrigation pour la 3e.
  • Répondre aux préoccupations environnementale. Conserver des paysans alors que la modernisation entraîne des exploitations géantes: ils ne représentent que 3°/° de la population active en France, pays à ruralité majeure jusqu'à l'exode rurale qui vida les campagnes déjà exsangue de sa jeunesse masculine après la 1er guerre mondiale à laquelle la masse paysanne versa un lourd tribu.
  • Produire plus, en prévision d'une planète de 12 milliards d'habitants maximum, donc soutenir l'agriculture: toutes les agricultures performantes du monde bénéficient d'un interventionnisme d'état.

Cet article m'inspire les réflexions suivantes sur les "5" points:

  • Il faudrait une révolution de la pensée politique, qu'elle cesse de "suivre" l'évolution sociale même si, comme un troupeau emballé, les peuples courent vers le précipice, mais que la pensée politique en modifie le cours doucement, très en amont. Rien ne permet de prévoir la courbe de population mondiale: car il existe bien une "politique en amont" de la population mondiale, celle de la politique nataliste de l'Islam en pleine expansion actuellement, et déversant son trop plein sur l'Europe actuellement. Certes, un conflit meurtrier "réducteur" pourrait survenir, mais précisément, ne faut-il pas mieux "désamorcer" la bombe dès maintenant en imposant un contrôle des naissances autoritaire aux populations migrantes ou bénéficiant de l'aide internationale tout en luttant contre la politique expansionniste islamique? Certes, il faudrait plus que produire, stocker plus de céréales pour survivre à une extinction massive pouvant survenir suite à l'obscurcissement de la lumière solaire(hiver volcanique) lié à un cataclysme volcanique de grande ampleur. Hors, les forêts se réduisent en peau de chagrin, si la surface agricole augmente, cela doit se faire au détriment des zones urbanisées: suppression des zones pavillonnaires, maisons jumelées des villages ou immeubles, viabilisation des zones désertiques ou semi-arides en zones industrielles ect...
  • Diminuer le nombre de malnutris: là encore aucune prévision possible, trop de zones conflictuels en Afrique, au Proche - Orient, et les conflits ont toujours générés la malnutrition. L'instabilité actuelle pourrait avoir de graves conséquences si elle persiste. Donc le 1er souci, avant le pouvoir d'achat qui augmentera avec une paix favorisant le développement économique, est la paix au Proche Orient et la fin de Boko Haram en Afrique.
  • Certes on peut concevoir des céréales génétiquement modifié si elles peuvent pousser là où elles ne poussent pas normalement, comme les chinois qui étudiaient un riz OGM moins exigeant en eau. Mais une règle devrait être respectée: pas d'OGM là où la plante peut pousser du fait du risque toxique de l'OGM et la possibilité d'hybridation des semences avec les semences classiques, la disparition de la biodiversité, jusque là le meilleur gage d'adaptation à un changement climatique modéré.
  • La modernisation de l'agriculture par les intrants chimiques, la mécanisation, le regroupement des parcelles agraires,...ont permis d'augmenter la productivité. Mais attention de ne pas généraliser, la modernisation peut aussi créer des déserts, en Europe elle s'est appliquée sous un climat saisonnier, avec des saisons humides régulières, des phénomènes météorologiques extrêmes jusque là rare mais en augmentation avec le changement climatique. La salinité des sols(article good planet lien ci-dessous) liée à l'irrigation progresse dans le monde et concerne 1/5 des terres irriguées. Chaque jour 2000 hectares de terres cultivées sont perdus. En deux décennies la superficie totale des terres irriguées abîmée par le sel est passée de 40millions à 62 millions d'hectares, soit la superficie de la France. Les pertes de productivité varient d'une région à l'autre de 15°/° à 70°/° soit une perte de 23,7 milliards de dollars par an. On peut s'interroger également sur les grandes monocultures, totalement dépendantes des intrants, tuant la biodiversité, et donc un écosystème limitant les ravageurs, entretenant la fertilité du sol, si une catastrophe détruisait notre économie, notre industrie chimique, qu'adviendrait-il de la capacité productive de ces terres pendant quelques années? Le coût de la "mono-pétro-chimio-agriculture a un coût sanitaire et environnementale de plus en plus lourd(voir lien ci dessous). L'agroforesterie sera peut être la solution d'avenir pour conserver une production élevée sans détruire le sol nourricier et diminuer la dépendance agrochimique. Mais face aux menaces climatiques, à la nécessité de changer de modèle agricole, celui de la monoculture agro-chimique qui détruit le sol et la biodiversité, augmente sa fragilité face à l'augmentation des phénomènes météorologiques extrême. Il en va de même pour l'élevage, surtout associé à la déforestation. Dès la plus haute antiquité, sur tous les continents à différentes périodes, la déforestation pour l'urbanisation et aussi la fabrication de navires eut des conséquences dramatiques sur les sols sous des climats à pluviométrie très variable: sécheresse, désertification définitive après une période sèche, érosion des sols et pollution des eaux par les nitrates notamment(prolifération d'algues, anoxie- diminution de l'oxygène- dans les rivières et même les deltas côtiers, disparition de la vie aquatique) après de fortes pluies. En Amérique centrale, en Afrique du nord, au Proche Orient, en Asie(Chine), des cités furent abandonnées, voir disparurent sous les sables du désert du fait de l'agressivité climatique rendue majeure par les activités humaines.

NB: l'article se poursuit, entrecoupé par des liens, aller jusqu'au mot FIN

  • Faire face au changement climatique: (dossier GIEC 2007) l'agriculture est responsable de 14°/° des G.E.S(gaz à effet de serre),Méthane dont l'effet de serre est 25 fois supérieur au dioxyde de carbone(CO2) et protoxyde d'azote. Mais si l'on tient compte de toute la chaîne de production on arrive à 25 à 30°/° des GES. Et l'agriculture est en grande partie responsable de la déforestation ce qui alourdit encore le bilan. Certes, vous dira -t-on, un champs de maïs à surface égale, consomme plus de CO2 qu'une forêt(mais tient-on compte de la durée de "production verte" maximum bien plus court que la durée du verdissement annuel d'une forêt ?), mais que des pluies violentes surviennent et culture et sol(car le maïs est une plante issue de la sélection agricole trop lourde pour des racines faiblement enracinées) seront emportés par les eaux alors qu'un forêt résistera. L'agriculture intensive est dépendante des énergies fossiles à travers les engrais et la mécanisation. Le secteur agro-alimentaire américain consomme autant d'énergie que la France entière selon le site ci dessus(terra symbiosis).
  • Conserver une population rurale: qui contribue à la gestion de l'environnement, donc favorise le tourisme, permet de conserver une vie sociale contrairement aux grandes monocultures, donc favorise l'emploie. Il y a aussi une forme d'agriculture qui ne peut être compatible qu'avec de petites exploitations, qui permet de se libérer de la dépendance des énergies fossiles (plus de mains d'oeuvre, moins d'intrants chimiques): l'agroforesterie. Ce serait également un moyen d'intégrer en Europe, les populations roms sans qualification en tant que fermiers ou saisonniers. Ainsi la Roumanie qui a bénéficié de l'aide européenne et dont la population roumaine migre vers les villes actuellement, a t-elle vendue à l'étranger(parcelles immenses notamment à un céréalier français) d'immenses terrains plat de bonne terre. S'il existait une politique social et agricole de l'Europe, c'est plutôt de petites parcelles qui auraient dû être faite afin de développer une agriculture familiale permettant la sédentarisation totale des roms qui vivent une partie de l'année en sédentaire en Roumanie et une vie d'errance l'autre année dans divers pays d'Europe. Avec ce type d'entreprise(familiale), on peut avoir des aides familiales saisonnières, notamment dans l'entretien, la lutte manuelle contre les parasites et donc diminuer les intrants les plus nocifs pour la santé ou l'environnement. Et surtout, ces terres seraient restées européennes au lieu d'être aux enchères sur un marché mondial, pour une politique commune de stockage céréalière permettant un investissement en Afrique(céréales contre main d'oeuvre) et la sécurité alimentaire en Europe en cas de changement climatique brutal et majeur, notamment en cas d'hiver volcanique après explosion de la caldeira de Yellowstone, voir une caldeira méditerranéenne.
  • L'interventionnisme d'état: il ne doit pas consister uniquement à un soutien financier en cas de mauvaises récoltes, en cas de "sinistre naturel". Il doit mener une politique d'autonomie régionale agricole afin de diminuer les coûts de transport(et donc diminuer les GES et faire des économies d'énergie). Il doit veiller à un développement durable en n'épuisant pas ou détruisant les sols, veiller à ce que l'agriculture n'entraîne pas la pollution des eaux. On sait que notre planète peut aussi bien souffrir du réchauffement climatique(montée des eaux notamment) que d'une glaciation(favorisé par la déforestation et donc augmentation de l'albédo - c'est à dire augmentation de la réfraction de la lumière solaire- ) et la seule réponse à cela pour tout l'hémisphère nord où est concentré la majeure partie des terres, c'est une politique d'augmentation de la production céréalière et de son stockage. Cette richesse céréalière stockée pourrait contribuer à la stabilité de l'Euro. Et enfin, compte tenu de la diminution des terres agricoles au profit des terres arides ou désertiques, les bonnes terres doivent être réservées à l'agriculture, les terres infertiles aux zones industrielles, ce qui permettrait de ne pas accroître la production au détriment des forêts. Et là encore, le contrôle des naissances chez les populations africaines pour éviter l'explosion démographique, est le meilleur moyen d'engranger des réserves alimentaires, céréales surtout.

FIN

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans politique
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite 21/01/2016 15:10

Je trouve votre site très beau et distingué aussi. Merci pour votre bon travail et continuer.

voyance gratuite par mail 20/01/2016 11:00

Je vous remercie tout d’abord pour ce blog génial. Je viens tous les jours week end compris ! Bonne continuation

voyance par mail gratuite 29/10/2015 11:29

J’ai fait un petit peu le tour de ton blog, il a l’air super intéressant. Je vais m’y installer tranquillement.

voyance par mail 24/07/2015 16:26

Je ne vais pas faire dans l’originalité mais votre blog est tellement bien qu’on ne peut rien dire d’autre que MERCI BEAUCOUP !

voyance gratuite mail 20/07/2015 14:47

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable. Vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci .

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages