Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 08:56

- Après les catastrophes nucléaires de Tchernobyl et Fukushima, devant le vieillissement de nos centrales, face à la note que personne ne veut assumer de destruction des vieilles centrales nucléaires et leur nécessaire renouvellement, face au progrès dans le domaine des énergies renouvelables et du réchauffement climatique imputé pour certains uniquement à l'usage des énergies fossiles et le CO2 dégagé, un impératif se dégage: la transition énergétique, jusque là sans cesse repoussée ou engagée dans une mauvaise voie conduisant à l'échec. Tout cela fait qu'il y a actuellement, un consensus commun à presque tous les candidats aux présidentiels: continuer dans le nucléaire et garder nos vieilles centrales le plus longtemps possible, voire prévoir leur remplacement. 

- Après une succession d'attaques terroristes meurtrières en France:                       

  1. 7/01/2015, Paris: charly - hebdo et le magasin hyper-cachère, 16 morts, 5 blessés dont 3 gravement. 
  2. 13/11/2015(Paris, Bataclan): 130 morts et 413 blessés.
  3. 14/07/2016(Nice): 86 morts, plus de 400 blessés.

Une politique s'impose: éradiquer le terrorisme, de l'intérieur, tout comme les soutiens de l'extérieur. Mais, dans le même temps, les frontières - passoires européennes sont franchis par des millions d'individus dont on ne sait rien, à large majorité musulmane de rite sunnite en France, alors que partout  dans le monde, la liste des victimes chrétiennes, yésidis, chiites, ne cesse de s'allonger. Face à la déroute dans le même temps de Daesh, des offensives des pays africains contre Boko Haram, on peut se demander si parmi ces réfugiés il n'y a pas des terroristes ou futurs terroristes, d'autant que sur d'eux de par leur nombre,ils n'hésitent pas à se montrer menaçants, à souiller, détruire, aussi bien les trains ou ils voyagent gratuitement,que les foyers mis à leur disposition(Allemagne), et prenant d'assaut les camions de transport à Calais. Les victimes de la guerre totale étant syriens, difficile de faire le lien avec uniquement des réfugiés de guerre avec des clandestins africains d'Afrique sub - saharienne. On parla alors de "réfugiés climatiques"! L'Afrique, il est vrai, est sans cesse agitée par des guerres intestines, entraînant des déplacements de populations, mais ces déplacements ne les ont jamais entraînées en masse jusqu'en Europe! Et la cause la plus fréquente de perte de terre pour les africains, est la vente de terres tribales, dépossédant ainsi tout un village de paysan, car la terre de leurs aïeuls, après la décolonisation, est devenu propriété du nouvel état africain dont les gouvernants n'hésitent pas à la vendre à des acheteurs chinois, arabes, ect...mais pas français! Certes, la France a un rôle à jouer en Afrique, mais ce rôle est diplomatique, elle  n'a pas vocation de devenir africaine sous le poids d'une migration de masse! 

- Alors que le prix du baril de pétrole est au plus bas et que rien ne permet de prévoir quand il remontera car il faut tenir compte de deux facteurs: la découverte de nouveaux gisements, notamment "off shore" (en mer) et le fait que le but de la transition énergétique est de diminuer les énergies fossiles pour diminuer le taux de co2 et donc le réchauffement climatique, vouloir exploiter le gaz de schiste semble irréaliste, pourtant, certains n'y renonce pas, arguant le développement d'une nouvelle technique permettant de ne pas injecter sous pression des produits très polluant avec le risque de polluer la nappe phréatique, mais le risque sismique, de glissement de terrain, lui, de toute façon, sera toujours là. Pourtant, alors que les conditions d'exploitations étaient particulièrement favorable et le prix du fuel élévé, l'exploitation du gaz de schiste qui aurait réindustrialisé les USA, ressemble après plusieurs années d'exploitation à une bulle financière: en effet, l'abondance des hydrocarbures par la découverte de nouvelles réserves et l'évolution des techniques a fait tomber le prix du baril du gaz de schiste est tombé à 3$ /million de BTU, en 2012, Exxon, le grand patron de l'exploitation du GDS américain déclarait que le GDS lui faisait "perdre sa chemise".

"Cet effondrement a entrainé des pertes financières très importantes. Selon la société d'analyse financière alpha Value, 10 milliards de dollars ont été passés en dépréciation pour les euls groupes européens sur leurs investissements dans les G.D.S. Les dépréciations ont atteint 2,8 milliards(M) de dollars pour BHP Billitor,  2,1 M pour BP, 800millions pour Total."(réf:http://www.atlantico.fr/decryptage/victime-succes-comment-abondance-gaz-schiste-americain-tue-rentabilite-exploitation-florent-detroy-846463.html publié en 2013)

Sans doute , ami lecteur, mélanger dans un même article terrorisme et politique énergétique te semblera curieux. Et pourtant! la politique doit être le soignant des maux d'une nation dans sa globalité sinon cela reviendrait à un médecin qui prescrirait un traitement pour une affection sans se préoccuper des autres affections de son patient, soignant un symptôme sans se préoccuper d'une affection grave qui en serait cause ou associée, sans se soucier des contre - indications d'un traitement. En effet, le choix du "tout nucléaire" par exemple a été fait à une période stable et sûre, ce n'est plus le cas aujourd'hui. On tirait la sonnette d'alarme sur la fin du pétrole mais les réserves ont augmentées, par contre les menaces sur l'environnement n'ont jamais été aussi grandes: technique de fracturation hydraulique avec le risque de pollution de la nappe phréatique et d'augmentation de la sismicité et du glissement de terrain, les désastres environnementaux et sur la santé des populations aux USA sont passés sous silence, technique off shore de plus en plus profonde alors qu'en cas d'incident on ne peut descendre pour une intervention manuelle en dessous de 200m, cette technique n'est donc concevable qu'avec un perfectionnement de la robotique pour intervenir en cas de fuite. On se souvient de l'explosion de "deepwater", une station pétrolière off shore, (la plus profonde des stations en pleine mer existant), dans le golf du Mexique et de la gigantesque marée noire qui pollua gravement les côtes de la louisiane, menaçant l'écosystème et l'économie locale. Une nouvelle fuite se produisit en 2012 en provenance comme en 2010 d'une brèche du dome à 500m sous l'eau(lire:https://fr.wikipedia.org/wiki/Deepwater_Horizon). Enfin, le réchauffement climatique lié aux activités humaines a été un élément majeur d'une volonté de transition énergétique et de transition énergétique des hydrocarbures vers des énergies renouvelables, jusque là peu suivi d'effets. Enfin, le pétrole a donné lieu en Afrique, au Nigéria par exemple, à des drames à la fois humains et environnementaux: guerres entre le nord et le sud, revendication indépendantiste du Biaffra noyé dans le sang, corruption pour les subsides pétrolières, pillage des pipelines avec pour conséquence pollution de la forêt et des eaux sans que les tribus locales en soient indemnisées. 

- Voyons donc ce qu'implique la transition énergétique:

J'invite les lecteurs de cet article à se reporter au passionnant petit livre de Philippe Murer: la transition énergétique où il passe en revue les différentes énergies renouvellables et qui propose le solaire généralisé associé à l'éolien sur les sites venteux et ne posant pas de nuisances sonores à des habitations ou pour des raisons esthétiques, patrimoine national. Ala lecteur de cet ouvrage, j'ai été surprise de lire dans cet ouvrage qu'en 2014 le prix d' achat du kw/h solaire variait énormément en fonction de la taille de l'installation solaire: "lorsque l'électricité solaire est installée sur une grande surface, soit une surface de plus de 600m2et une production de plus de 100kw, son tarif d'achat est très proche de celui de l'électricité d'origine fossile ou  nucléaire(7,8 centimes le kwh contre 6 à 7c). Lorsque l'électricité solaire est installée sur une petite surface, son tarif d'achat est de quatre fois plus cher que l'électricité d'origine fossile ou nucléaire, soit 29c le kwh! Philippe Murer dénonce également les bénéfices que les banques aspirent sur ce terrain lucratif. En effet, les banquent prêtent à un taux de 4,5°/° voire 7°/° sur 12 ans alors même qu'elles empruntent cet argent à la banque centrale à 1°/° en moyenne! Tout cela dans un marché solaire garantie par l'état avec ses tarifs de rachat! Il n'y a donc aucun risque. Il est nécessaire que l'éta oblige les banques à baisser leur taux de prêt sur le solaire à un maximum de 1,5°/°. En échange de ces prêts à des tarifs compétitifs la banque centrale devrait garantir aux banques des prêts à 0,5°/° sur 20ans. P. Muller propose si besoin de faire appel à des banques publiques et d'utiliser un agent public "EDF public". P.Murer prévoyait en 2014 si ces conditions étaient remplies un prix d'achat du kwh solaire à 3,10c. Chiffre pas improbable puisque les "ferme solaires"(panneaux sur des grandes étendues sur sol) est de 3 à 4c le kw/h en 2016, soit moins que le nucléaire. 

P Murer propose également des solutions pour diminuer le prix du solaire sur petite surface d'un toit lié à un trop grand nombre d'intervenants et donc un prix de raccordement extrêmement élévé, car sa solution de transition énergétique passe uniquement par l'électricité solaire et éolien et son stockage sous forme d'hydrogène, réservant le bois également pour le chauffage mais en exploitation durable, notamment sous forme de chaudière collective à granulés ou plaquettes, forme la plus rentable, et permettant une meilleur exploitation du bois et de ses déchets, notamment les déchets de menuiserie. Et dans ce cas, compte tenu de son ambition de remplacer le nucléaire et les hydrocarbures et d'utiliser des voitures électriques et à réserve hydrogène, les grandes surfaces exploitables (respect des terres agricoles et du patrimoine historique) seraient insuffisantes et il table donc aussi sur les toits individuels 

Je propose tout simplement de faire du solaire que sur de grandes surfaces et d'utiliser l'hydrogène comme moyen de stockage dans un proche avenir. Et cela est un 2sd argument pour une révolution de l'urbanisation que j'ai déjà souvent abordé: construire entre les maisons quitte à augmenter si possible le terrain du particulier sur les faces avant ou arrière, ne plus construire de zones pavillonaires mais une urbanisation en maisons mitoyennes style nos anciens villages ou banlieux anglaises ou encore cité ouvrière de jadis. Ce mode d'urbanisation a l'avantage de renforcer sans frais, (au contraire les maisons mitoyennes économisant les surfaces latérales par rapport aux pavillons) l'isolation thermique par protection mutuelle entre deux voisins, et d'offrir une très grande surface de toit pour le solaire.

Ce type d'urbanisation d'autre part permet d'autre part un alignement le long d'une voie ferrée ou sur une seule ligne de bus et donc une simplification des transports en commun. Le choix de l'énergie renouvelable et donc l'exploitation du solaire, du vent, de l'eau sur tout le territoire impose en effet un mode de développement décentralisé: celui villages ou villes moyennes au détriment des mégapôles et leur banlieu n'en finissant plus de s'étendre comme une tâche qui se répand sur une nappe ou en étoile, d'où la complexité des moyens de transport, la pollution, les besoins disproportionnés aux ressources locales et donc une production énergétique centralisée sous forme de grandes centrales avec perte de rendement lié au transport d'énergie, avec défiguration du paysage, action néfaste du champs électro - magnatique par le transport par lignes de haute tension électrique.

Il faudrait donc que l'état nationalise toutes les grandes surfaces de toits de la même manière que le sous sol et ses réserves minières appartient à l'état en France , avec en contre-partie le financement des installations solaires par l'état. Inversement les habitats isolés pourraient bénéficier de l'évolution récente de la loi qui permet au particulier de produire et exploiter lui même son électricité. On peut imaginer à l'avenir des zones industrielles produisant leur propre énergie solaire stockée sous forme du procédé de la société Atawey qui permet de stocker au cours terme l'énergie électique solaire par des batteries et au long terme sous forme d'hydrogène, et produisant également de l'hydrogène pour les usagers de vélos ou voiture à hydrogène et moteur électrique des environs.  

 

- Cette conception de la transition énergétique ouvre un autre volet, celui là administratif:

- Il faut à la fois un état fort, centralisé, capable de lancer la transition énergétique, nationaliser quand cela s'avère nécessaire (grands toits, emplacements éolien),imposer une règlementation rigoureuse sur l'urbanisation et le respect des terres agricoles , défendre le prix de l'électricité, coordonner la transition sur l'ensemble du territoire, et en même temps décentralisé, afin que chaque commune, chaque région, puisse mener la politique énergétique la mieux adaptée à ses ressources, son économie locale. 

Enfin, dernier point où l'on reprend l'image du médecin et de son patient aux pathologies multiples:

- Un choix s'impose à la France, à la fois pour l'avenir énergétique  et le contrôle de l'immigration:

- Investir dans le Sahara, à la fois pour avoir une source solaire régulière et sûre dans un objectif industriel. La France a déjà été déstabilisée par une migration maghrébine massive à partir de 1970, et de plus les accords d'Evian en 1962 qui prévoyaient le respect des biens et personnes d'origine européenne n'ont pas été respecté. Hors bien loin de s'arrêter, la migration algérienne pourrait bien s'intensifier prochainement :

"les exportations d'hydrocarbures 2015 ont chuté de 47°/° établissant le prix du baril à 47,9 dollars par baril en moyenne annuel contre 99,7 en 2014 et 112,9 en 2011. D'autre part les hydrocarbures ont baissés de 41)/) en 2015 d'où un recul de 40°/° des revenus pétroliers. Cette situation est évidemment inquiétante et l'Algérie pourrait rejoindre la liste des pays méditerranéens instables... Ces 15 dernières années ont accentué le poids des hydrocarbures dans le PIB, et la nouvelle statégie industrielle lancée en 2007, n'a pas produit ses effets ..., l'industrie hors hydrocarbures ne représente pas plus de 5°/° du PIB contre 12°/° en 2012. L'exportations des hydrocarbures représente 98°/° des exportation du pays...On assiste à une hausse desimportations de 20 milliards de dollars en 2005 à 60 milliards en 2015, année où les exportations d'hydrocarbures ne couvrent que 66,8°/° des importations. C'est pourquoi l'enjeu économique principal est la diversification de l'appareil industriel et une modernisation de l'ensemble de l'économie algérienne."

La reconnaissance d'un territoire autonome français dans le Sahara algérien dans un but d'industrialisation, puis de la construction d'un canal trans- saharien bénéficiant d'un investissement multinational (Pays du Maghreb et pays latins méditerranéens, France, Portugal, Espagne) pourrait changer la donne, notamment en développant le long de ce canal des mangroves permettant la viabilisation et une migration nord - sud vers ces zones viabilisés et industrialisées sous protection de l'armée française ou la création d'une police méditerranéenne multinationale contrôlant efficacement le transit saharien grâce à ce canal, mettant fin aux activités criminelles, passeurs, trafiquants, terroristes en puissance). D'autre part une région saharienne ainsi dynamisée serait sans aucun doute d'un grand intérêt commercial, sécuritaire et touristique pour l'Algérie et les pays d'Afrique du Nord. 

Bien entendu, il n'y a pas de miracles, et la stabilité de l'Afrique, du monde méditerranéen, des pays arabes, passe par le contrôle démographique, y compris pour les migrants en Europe originaires de ces régions planétaires. Celà ne peut passer que par un contrôle autoritaire des naissances(voir vidéos ci - dessous)

Et la stabilité, la sécurité des pays européens passe par le contrôle de ses frontières, le retour à une certaine solidarité nationale avec la fin du chômage et l'instauration d'un service national civil ou militaire, un réinvestissement dans les moyens de la police et de l'armée. Mais contrairement à ce qui est proposé je suis défavorable à un service national mixte de 6 mois, mais de 6 mois pour les hommes et 3 pour les femmes compte tenu du préjudice que constitue la maternité dans une carrière professionnelle.

Dans la 1ère partie de cette vidéo est évoqué la "mondialisation" à l'époque antique et des travaux, voyages qui l'ont accompagnée, puis le projet d'un canal trans- saharien est évoqué avec ses intérêts.

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans politique
commenter cet article

commentaires

gay telephone 11/07/2017 12:05

Vos partages me plaient beaucoup! C'est super!!!

voyance gratuite par mail rapide 20/01/2017 13:11

erci pour tout ce travail que cela représente et pour tout le plaisir que j’y trouve

voyance gratuite amour 20/01/2017 13:05

C'est interessant de trouver comme ce genre de postes.

voyance gratuite email 10/01/2017 14:31

Grâce à vous, j'ai pu apprendre beaucoup de choses intéressantes. J'espère en apprendre encore.

voyance gratuite en ligne par mail 07/12/2016 14:23

Bravo ! Votre blog est l'un des meilleurs que j'ai vu !

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages