Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 17:06

Un projet de loi en Espagne présenté par le 1er ministre revient sur la légalisation de l'avortement et ne veut l'autoriser qu'en cas de viol ou de risque pour la vie ou la santé de la mère.

 

Ma première réaction a été un soupir: ne sortirons nous jamais de la politique "sociétal"? Il y a tant de questions au long terme pour l'avenir voir la survie des jeunes générations que je voudrais voir débattre, surpopulation, adaptation sociétale à l'urgence énergétique, famine en Afrique, migration, chaos grandissant du monde méditerranéen. ..

 

Mais ceci dit, remettre en question la légalisation sur l'avortement c'est certes faire preuve de courage politique et non de "politique opportuniste" comme c'est souvent le cas. En ce qui me concerne cette remise en question m'apparait justifié et pourrait l'être aussi en France pour deux raisons: 

. Depuis 1975, date de légalisation de l'avortement en France, il y a eu une évolution des méthodes avortives: ainsi l'avortement médical peut être pratiqué jusqu'à 5 semaines de grossesse. Avortement volontaire de grossesse pourrait donc être autorisé par cette méthode et jusqu'à 5 semaines de grossesse; compte tenu du fait qu'il existe d'autre part maintenant des tests de grossesse pour une somme modique en vente libre en pharmacie. Cela devrait répondre également aux demandes d'avortements pour viol.

.Si l'avortement a fait disparaître des situations de détresse liées à la grossesse, la légalisation de l'avortement a généré également des situations de détresse difficilement quantifiable: entourage qui pousse à l'avortement une femme qui s'exécute plus qu'elle ne choisit, que ce soit un conjoint ou des parents pour une mineure. Et cela aussi peut être traumatisant, surtout si plus tard, la femme désire une grossesse et...demeure stérile! D'autre part, ce sera une grossesse qui pourra parfois sauver une adolescente en mal affectif, la stabilisera, lui donnera sa première "vrai petite famille", qui permettra à une jeune femme voire mineure exploitée sexuellement, à avoir un foyer mère - enfant...

 

Les conditions d'exception, par contre, me laisse septique: "femme en danger psychologique", dans ce cas, il suffira aux femmes de déclarer qu'elles ne peuvent "psychologiquement supporter cette grossesse" pour pouvoir avorter! Mais au moins cette loi aura t-elle peut être le mérite d'un plus grand respect de la vie. Il y a eu des cas de mères ou grand - mère(élevant notamment déjà un premier enfant d'une fille trop immature pour être mère) infanticides dans les premières heures de la naissance. On peut imaginer que la légalisation du meurtre d'un foetus dans le ventre de sa mère puisse diminuer chez certaines femmes frustres ou désespérées la culpabilité du meurtre d'un nouveau né surtout s'il est peu tonique à la naissance suite aux mauvaises conditions d'accouchement (froid, choc...). La notion "j'ai un enfant à tel désir du moment" renvoie l'enfant à la condition d'esclave du désir maternel et non plus à celle de "cadeau imprévisible de Dieu ou de la Nature", et la vie de l'enfant, tout comme celle de l'esclave, n'aura qu'une valeur marchande à mettre en parallèle avec une promotion de carrière, un voyage, des privations, ect...L'enfant appartiendra à sa mère, au mieux à un couple, désiré , il devra se conformer aux désirs parentaux, s'il y répond sa vie sera précieuse mais parfois trop à ses propres yeux, il pourra devenir "un enfant gâté", c'est à dire s'aimant trop lui même pour aimer l'autre. Il aura perdu la liberté de naissance de l'homme libre. Et une société où le hazard n'a plus sa place devient une société fragilisée qui perd sa capacité d'adaptation, "sa compliance", une société appelée à disparaître.

 

 

Mais dans cette loi n'apparait pas le cas de l'avortement médical lié à un développement anormal de l'embryon ou foetus; c'est pourtant ce qui me semble le plus important. Deux cas peuvent se présenter:

- une évolution incompatible avec la vie, ou compatible qu'avec une lourde intervention chirurgicale dangereuse(tétralogie de Fallop), ou une atteinte cérébrale rendant impossible toute vie relationnelle(végétative), dans ce dernier cas l'interruption de grossesse dans ces cas doit être non seulement proposé mais encouragé en disant que l'être à naître ne sera pas un être ayant une vie cérébrale humaine.

- une évolution avec un handicap mentale important(trisomie) ou physique(tétraplégie, un ou des membres absents). La liberté doit être laissé à la mère et on ne doit pas la culpabiliser, la naissance d'un enfant handicapé à un impact sur toute la fratrie(régression d'un 2sd enfant plus jeune quand il "dépasse" son aîné handicapé, jalousie du maternage plus important en cas d'handicap), peut entraîner souci financier, capacité d'aide par l'entourage très variable; il peut aussi dissuader une femme ou un conjoint ou les deux, d'avoir un autre enfant.

- Mais par dessus tout, ne pas accorder l'interruption de grossesse dans le cas malformatif, c'est prendre le risque de faire d'un individu motivé par l'instinct maternel ou paternel de devenir infanticide et donc criminel, détruire ainsi non pas seulement un parent mais tout le reste de la famille par un tel drame. Car tout mammifère rejette(lapine par exemple) ou tue(carnassiers, ex: chienne) un rejeton malformé(tétraplégie notamment, mobilité anormale). Et en ce qui me concerne je pense que chaque individu a le droit de partir dans la vie avec son intégrité physique, quand l'handicap arrive au cours d'une vie, la société se doit d'en soulager la souffrance le mieux qu'elle peut, réduisant ainsi la situation d'handicap.

 

-Quant à ceux qui se posent des question métaphysique"l'humain c'est dès l'oeuf, ou sinon quand?" Je répond en biologiste: l'être humain est l'aboutissement d'un être passant par le stade multicellulaire, sans innervation, stade invertébré inférieur, puis un tétrapode à 4 ébauches de membres, enfin un mammifère doté d'un cerveau au 4e mois de grossesse environ, et un être humain complet quand il établit une relation avec ses semblables soit vers le 2e mois de vie. Mais dès le début de l'aventure, quand la femme se sait enceinte, c'est une promesse de Vie que l'on se doit de respecter car personne ne doit prétendre être maître du destin, mais plutôt s'y adapter. Cette promesse est l'héritage de toute une lignée ancestrale, le retour à la vie du passé.

Même une jeune fille violée peut choisir de garder une vie issue de la sienne si son instinct ou ses convictions l'y pousse et être protégée des pressions de l'entourage s'il le faut, rassurée sur le fait qu'un monstre n'engendre pas pour autant un monstre.

En conclusion, la loi devrait donc autoriser l'avortement jusqu'à 5 semaines, l'interruption thérapeutique de grossesse jusqu'à la limite médicalement possible, et les maisons mère - enfant largement ouverte à toute mineure ou femme en détresse sous pression de l'entourage.

 

Mais ce débat me lasse, je voudrais voir le monde méditerranéen retrouver un élan vital commun, faut -il pour cela se souvenir d'un héritage commun s'opposant au renfermement identitaire religieux(islamisme notamment)? Voir le latin ou langue latine(quelqu'un un jour me dit "pourquoi pas le Corse, mélange de bas latin et de toscan"?) devenir langue culturelle dès le CE1, en pays européen ou africain riverains de la Médiiterranée occidentale, et le grec en Méditerranée orientale et sur les rives de la mer Noire?), l'anglais devenant la langue scientifique et de toute profession en relation avec la santé ou la sécurité, enseigné dès la 6e et dans le cursus professionnel des professions désignées précédemment?

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages