Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:11
Pour ceux qui ne l'ont pas déjà lu, lire d'abord l'article" Une théorie du fonctionnement cérébral qui explique à la fois le mécanisme du rêve et du délire psychotique -(cliquer) " afin de comprendre l'article de ce jour.

J'avais lutté pour devenir médecin, en effet j'étais infirmière, j'avais soif de comprendre et de pouvoir décisionnel en accord avec mes convictions avant gardiste de la nécessité d'une alimentation saine à dominance végétarienne et frugivore notamment dans la prévention de cancers digestifs, de la stupidité des régimes sans résidus au long court pour des colopathes fonctionnels, du danger d'une politique vaccinaliste maximale, de l'importance de l'allaitement maternel au long court et du danger d'une incitation des mères à la diversification précoce de l'alimentation, et surtout de tenir compte avant tout de l'intérêt du patient  et de ses désirs dans une déçision médicale. Une fois médecin, je me retrouvais dans une impasse, la liberté de choix du médecin en accord avec sa conscience n'était qu'illusion, de plus, mère de trois enfants et ayant, comme beaucoups mes soucis familliaux, mon champs d'action professionnel s'en trouvait très réduit d'autant plus que je ne pouvais bénéficier de relations professionnelles dans le monde médical où le relationnel est d'importance majeure. A quarante ans j'eus le sentiment d'être dans une impasse, et j'avais de bonnes raisons de me sentir déprimé.
C'est alors que je pris conscience du conditionnement idéologique de la jeunesse par un enseignement oreinté de l'histoire, celà n'était pas nouveau, et cela était encore d'actualité:
Un jour je lus "la fiche d'histoire" que ma fille devait apprendre alors qu'elle avait entre 10 et 11ans: l'extrême droite se dévelloppe dans toute l'Europe, rapportait en gros cette "fiche", en France, les partis démocratiques se mobilisent: le front populaire est né. Ce qui revenait à dire, à cette époque SEUL le front populaire était démocratique, gauche=antinazi et démocratie, terrible raccourci! C'est suite à cet incident que je me mis à m'interresser à l'histoire du XXeme siècle et je décidais d'essayer de faire "un manuel d'histoire de la manipulation de l'histoire" et protéger les jeunes générations de toute forme de manipulation. En m'interressant à la manipulation de l'histoire, j'en arrivais à m'interroger également sur l'histoire des religions et des manipulations politiciennes par la religion.
J'avais un peu peur de ce que je pourrais trouver, je me demandais si je ne risquais pas d'ébranler la foi de ceux qui n'avais plus que la foi pour supporter les terribles épreuves de la vie, et étant alors moi même mère de jeunes enfants, ma pensée allait vers une amie ayant une enfant très fortement handicapée moteur. J'admirais cette femme, son sens de l'organisation, la façon dont elle savait faire face à une si terrible épreuve, sa capacité à "vider sa tête" pour s'investir dans l'écologie et l'éducatif, sa capacité d'écoute des autres malgré sa souffrance personnelle(c'est d'ailleurs je pense la meilleure manière de surmonter sa propre douleur), son intelligence et son sens aigü de la justice. Elle se prénommait Maryse(encore un nom dérivé de Marie!). En ce qui la concerne, je ne pense pas qu'elle était croyante, mais je me demandais si la foi n'étais pas "un opium du peuple" pour reprendre l'expression de Lénine indispensable.
Enfant j'étais très croyante, et dans la prière, je ressentais la présence divine.
Je rentrais donc un jour dans une église à Annecy, et j'eus l'idée suivante: me receuillir en moi même comme dans mon enfance, mais sans joindre les mains, automatisme d'apprentissage lié à des idées reçues dans l'enfance, c'est à dire l'implantation de préjugés culturelles ou religieux à un âge assez dépourvu de sens critique. Ces préjugés ont une action directe sur votre personnalité, et donc les réfuter, c'est un peu changer sa nature profonde, ce qui est difficile ou impossible pour beaucoup. Je fis donc un rêve éveillé, état de béatitude pour les chrétiens, transe pour les animistes, ...:
-Je ressentis la présence d'une multitude, ils étaient dans la joie, comme s'ils étaient heureux que je les rencontre, comme s'ils m'attendaient. Je les assimilais à des chrétiens de jadis.
- Puis je vis beaucoups de jeunes gens dans l'ensemble, même une femme et un enfant, en cercle autour d'un bénitier
ayant en son centre un petit jet d'eau. Tous étaient morts jeunes avec un sentiment d'avoir été trahi et de mourir d'une injustice, tous avaient la même pensée: "ça ne doit pas recommencer". Je vis une jeune femme et un homme dont l'habit évoquait celui d'un moine, ils étaient face à une grande porte évoquant une porte d'un lieu de culte, ils s'interrogeaient pour savoir si "tous arriveraient à entrer". Puis cette femme se trouvait en contre bas d'une rampe pierreuse menant à une esplanade le long d'un grand bâtiment, elle étais couchée sur le dos dans une fosse, dans l'impossibilité de bouger comme si la moelle épinière cervicale était touchée. Mais elle concentrait son attention sur les cris provenant de l'esplanade, des hommes armés d'épée étaient arrivés, des gens sortaient du bâtiment, un adolescent ou jeune homme fuyait, elle concentrait son attention sur lui, l'entendit crier et sut qu'il avait été tué. Puis un homme portant une barbe et un casque, se pencha au dessus du trou où elle gisait, le sourire aux lèvres, son regard soutint le sien, elle n'avait pas peur de mourir. Il ne supporta pas ce regard et jeta la terre sur elle, l'enterrant vivante. Avant de mourir, une violente révolte naquit en elle, elle acceptait sa mort, celle du jeune homme car "inévitable", mais cette cruauté gratuite, de refuser de la laisser mourir sereinement, elle ne pouvait l'accepter et sa révolte je la ressentis en moi. Puis je revis cette femme vivante se déplacer au côté de cet homme habillé comme un moine, et elle dit "ELLE  A COMPRIS".
Je ressortis, me demandant bien qu'est ce que j'avais compris, alors que je me demandais seulement "est ce que j'ai le droit de faire savoir ce que peut être mes contemporains n'ont pas envie de savoir". Mais en sortant j'eus la conviction que je devais continuer; je devais poursuivre mes recherches et écrire ce livre bien qu'ignorant encore ce qu'en serait le contenu. C'était comme si ceux qui n'étaient plus, parce que morts et appartenant au passé, avaient placé leur confiance en moi, je pouvais dire "drôle de rêve" et l'oublier, mais je ne l'ai pas fait. Je ne voulais pas décevoir la confiance de ceux révoltés par une mort cruelle dans leur jeunesse.
Après plusieurs années de recherche, je rédigeais "plaidoyer pour nos enfants, pour un monde viable, sans Dieu misogyne ni apocalypse de main d'homme".
- C'est à ce moment là seulement que je sus que la phrase "elle a compris", signifiait: elle a compris que l'on ne peut comprendre l'histoire des civilisations héritière du judaïsme, chrétiennes, musulmanes et leur perversions sans comprendre que la bible retraçait l'histoire de l'humanité préchrétienne mais en oubliant le contexte historique de ces écrits, on en avait perverti le sens et fait un instrument de conditionnement de l'enfance débouchant sur l'obscurantisme, le fanatisme et le racisme. C'est à ce moment là que je compris qu'il me fallait en comprendre le sens premier, historique, mémoire ancestrale, comprendre le passé pour agir au présent et trouver la voie de l'avenir.

Et c'est seulement à 53 ans, que j'ai compris ceci: un individu comprend que sa situation présente de stress est lié à un problème de société, alors son angoisse vitale est lié au sombre avenir du groupe humain dont il a le sentiment d'appartenance: famille, tribu, peuple ou l'humanité. Cette angoisse fait ressurgir du fond de sa mémoire, toutes les histoires de danger vitale qu'a pu connaître ses ascendants, parfois enregistré de manière inconsciente, des bouts d'histoires incomplètes ou à un âge où il ne pouvait tout comprendre. Hors, nous le savons, le cerveau fonctionne de manière associative, un sentiment d'isolement, d'injustice, vous renvoie à un sentiment qu'a pu éprouver un ascendant, alors même que vous étiez inconscient du vécu de cet ancêtre, seulement parfois une petite phrase informative à son sujet, enfouie dans votre mémoire, et cette information ressurgie quand votre vécu personnel engendre les mêmes sentiments, émotions qu'à pu connaître cet ancêtre pour une situation engendrant également isolement, injustice. Et si cette situation vous étais inconnue, alors les quelques informations que vous aviez enregistré inconsciemment ou sans en comprendre le sens, se manifeste par "un rêve prémonitoire" ou une "vision intuitive". Par association d'idées, la situation d'isolement, de persécution ou d'injustice qui a pu exister dans votre histoire familliale, vous fait évoquer des situations qu'ont vécu d'autres groupes que vous connaissez par votre culture et donc explique l'intérêt que je portais à comprendre les causes des grands génocides après ce "rêve" et mon désir de répondre à ce souhait ancestral commun à plusieurs communautés persécutées ayant connu ce sentiment d'anéantissement total par la mort frappant à la fois l'individu et sa communauté.
explication: Alexandrine était ma grande tante, j'en ignorais même l'existence jusqu'à ce qu'une amie de ma grand mère me parle d' Alexandrine et ses soeurs, toutes décédées de la tuberculose quand je  devais avoir une dizaine d'années. Elle avait 19 ans, fuyant la misère de son village natale savoyard, elle partit à Genève pour se placer comme "bonne". Elle était l'aînée de cinq filles. Ce n'est que récemment que j'ai pu constater à quel point, elle me ressemblait dans ma jeunesse parce que mon fils en augmentant le contraste d'une vieille photo scannée a permis que l'on puisse voir les traits de son visage. Elle en revint malade, exténuée avec une forte fièvre, sa mère en la voyant craignait "une malédiction", et voulait qu'elle reparte immédiatement. Il fallut l'insistance des voisins pour que le soir venu, sa mère lui ouvre sa porte. Par la suite, ses soeurs, et plusieurs jeunes filles tombèrent malades et décédèrent de ce qu'on nommait "la phtisie". Nous étions en 1914. En 1918, la" fièvre espagnole", très virulente et dont le virus de la grippe aviaire serait proche fit de terribles ravages.  Voilà, selon moi, l'explication:
Alexandrine avait deux soeurs, qui tombèrent malades à peu d'intervalle, et décédèrent de la tuberculose l'une en 1915, l'autre en 1916. Le tableau clinique présenté par Alexandrine était celui d'une grippe avec une forte fièvre, sans doute le voyage depuis Genève et  les mauvaises conditions de vie l'ont fragilisée. Ses soeurs, ce qui était courant à cette époque, avaient fait ou faisaient une primo-infection tuberculeuse tout comme Alexandrine. L'inter-action virus grippal et infection par le BK, fit qu'Alexandrine décéda d'une complication mortelle de la grippe que l'entourage assimila à la tuberculose  du fait des saignements, car ce tableau était celui de la forme mortelle de la grippe dite "espagnole " en 1918
« En fait, les symptômes en 1918 étaient si peu communs qu'au début la grippe a été diagnostiquée comme de la dengue, du choléra, ou de la typhoïde. Un observateur a écrit, « L’une des plus dramatiques complications était l’hémorragie des membranes muqueuses, particulièrement du nez, de l'estomac, et de l'intestin. Des saignements d’oreilles et des hémorragies pétéchiales de la peau se sont également produites.

… Une autre caractéristique peu commune de cette pandémie est qu’elle tuait la plupart du temps des jeunes adultes, avec 99% des décès chez les moins de 65 ans [2], dont plus de la moitié chez les jeunes adultes de 20 à 40 ans. C'est peu commun puisque la grippe est normalement plus mortelle chez les très jeunes (moins de deux ans) et chez les très vieux (plus de 70 ans). »

(voir à ce sujet: histoire du monde.net, article la grippe espagnole et sur canal académie histoire de la grippe espagnole).

Quant à ses soeurs, le virus grippal favorisa la virulence du bacille tuberculeux(B.K) et elle décédèrent, l'une au bout d'un an, l'autre au bout de deux ans. Après Alexandra, d'autres jeunes filles connurent le même triste sort, ce qui accrédita la thèse de la malédiction. La mère de Marthe ne croyait pas aux malédictions, pour elle, la maladie était provoquée par les vers ou le froid humide, elle pensait que ces jeunes filles mourant rapidement après une forte fièvre, prenaient froid lorsqu'elles lavaient leur linge au lavoir, parfois en cassant la glace, car Marthe n'évoqua le souvenir que de jeunes filles parmi les victimes. Elle avait probablement raison, le froid humide favorisait la grippe comme le réveil du B.K, et l'interaction des deux provoquait rapidement la mort. Les hommes jeunes étaient tous partis à la guerre. Cette grippe, comme la grippe "espagnole" en 1918,  tuait donc les sujets jeunes. Quand à ma grand mère qui devait avoir environ 8ans à cette époque, elle tomba malade vers 1933 et  décèdera d'une péritonite tuberculeuse en 1942.

Il était fréquent qu' en temps de guerre, de jeunes soldats fassent une primo infection. Les conditons de vie des "poilus" de la première guerre mondiale n'ont pu que favoriser la contamination tuberculeuse, c'est ce terrain, et non pas la virulence du germe, qui explique l'hécatombe de la grippe en 1918.

La conclusion de tout cela est que le virus grippal est un prédateur de l'espèce humaine. Comme tous les prédateurs, ils s'attaquent au plus faible: dans une population saine, il supprime les plus âgés, en cas d'infestation par le BK par exemple, il supprime les sujets contaminés, et par là même donc, limite les infestations par le BK, puisqu'éliminant les sujets contaminés rapidement, donc diminuant fortement le risque de contagiosité. Ainsi, la tuberculose, ou primo infection, favorise les grandes épidémies de grippe, qui elle même diminue le nombre d'hôtes du BK.

Quand une épidemie de grippe fait mourir des sujets jeunes, plutôt que de s'interroger sur le virus, mieux vaux rechercher un élément fragilisant la population, c'est un indice de la santé d'une population, comme les fauves prédateurs qui s'attaquent en priorité aux animaux âgés, malades, ou blessés.

 

-Alexandrine était jeune et belle, elle avait trouvé un emploi à Genève, elle voulait échapper à la misère et aider ses soeurs qu'elle semble enlacer maternellement sur la photo, elle se vit mourir, souffrit des superstitions et préjugés de son temps, mourut avec le sentiment de provoquer la perte des siens. Par delà la mort, ma propre angoisse à réveiller la sienne, et elle m'a criée "ça ne doit pas recommencer", à son cri, comme un écho, ont répondu tous ceux qui sont morts depuis la nuit des temps d'une mort "injuste" par trahison,  ceux qui veulent renaître dans un monde meilleur.

  cliquer Oui j'ai rêvé...

 





Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article

commentaires

clovis simard 16/12/2010 23:39


Bonjour,


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page:CONSCIENCE-GÉOMÉTRIE-INTUITION !

L'INTUITION C'EST MATHÉMATIQUE ?

(fermaton.over-blog.com)

Cordialement

Clovis Simard


marie-jeanne jourdan 17/12/2010 17:41



C'est un blog humoristique pour les accros de math?


Le langage mathémathique a permis d'explorer un monde physico-chimique, Einsten avec sa .célèbre formule E=M.C2 a relié l'énergie à la matière.


La pensée relève d'une activité neuronale créant une propagation de dépolarisation membranaire qui se propage donc une activité électrique engendrant un champs électromagnétique. la terre elle
même se comporte comme un gigantesque aimant créant son propre champs. L'intuition relève t-elle d'une inter-action entre champs électromagnétiques des individus et de la terre-mère donc Dieu
créateur? Y aura t-il un jour une connaissance du langage électromagnétique nous ouvrant à la connaissance de l'esprit? Y aura t-il un jour connaissance du lien entre activité électromagnétique
et encodage chimique de l'information, la découverte du "code de l'esprit" comme il y eut découverte du code génétique.


Découvrirons nous un jour que cette activité électromagnétique peut impressionner le code génétique, transmettre une information épigénétique, et donc à la fois influencer l'expression génétique
et la transmission d'une mémoire génétique dans laquelle, en état de stress, nous avons accès et que nous exprimons par "l'intuition" ou le délire en cas d'angoisse majeur ou sous l'influence de
drogues psychotropes.


J'ai toujours été troublé de voir comment un enfant très jeune peut morphologiquement ressembler à un ascendant, puis en grandissant la ressemblance disparait au profit d'un autre ascendant
notamment si psychologiquement il se heurte et s'éloigne du premier et désire évoluer en prenant le second comme exemple.


La découverte du monde de l'esprit sera peut être un enjeu de la science de demain, mais rien ne dit qu'il s'agisse d'un modèle mathémathique. La matière suit un dévelloppement sur un modèle
mathémathique jusqu'à sa totale dégradation énergétique que ce soit au niveau de l'univers ou au niveau de l'être vivant qui en mourant fait disparaître un champs magnétique, cette disparition a
peut être une incidence de levée d'inhibition déterminante sur l'expression des gènes codant pour l'expression des gènes foetaux ou lors de l'évolution vers la maturité. Mieux une dépression
grave peut signifier après un traumatisme la mort "partielle" d'un individu, et après un passage à vide, une autre personnalité peut apparaître qu'il faut aider pour un nouveau départ, souvent en
rompant des liens affectifs donc en se "déconnectant" de l'influence télépathique électromagnétique de proches, parfois  cela peut se traduire par un désir de départ pour se "connecter"
ailleurs. Il faut aider le sujet dans un départ tel un pélerinage qui accompagnera un cheminement psychologique vers "un autre soi" capable de trouver un nouvel équilibre(période de fragilité qui
peut être mis à profit par l'endoctrinement religieux aboutissant à un servage d'un maître spirituel et non vers une maturité spirituelle permettant un nouvel équilibre social).


Le bien être d'un individu est presque toujours dépendant de la conquête de "l'âme soeur", une complicité de l'esprit et sexuel créant un lien télépathique permanent même quand le contact 
physique disparaît. Ce qui explique le caractère rassurant, euphorisant, de l'animal domestique, chien notamment, qui semble établir un lien de part leur seul présence dans le même lieu que leur
maître.


Ce modèle que je décris est un modèle imaginaire, mais l'imaginaire ne peut exister qu'en puisant ses sources dans le réel ou souvenirs d'une réalité, aux scientifiques de découvrir quelles
réalités transparaîssent sous le voile de l'imaginaire.


De même cauchemards ou délires ont de manière troublante souvent un rapport avec l'histoire non pas du sujet mais d'ascendants défunts ou d'individus ayant eu dans le passé une histoire et une
personnalité proche du sujet.


 



Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages