Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 06:22

Le meurtre de masse commis par Anders Breivik est un retour au rituel païen du sacrifice humain. Il tue des adolescents, exactement comme dans un sacrifice humain païen on sacrifiait aux Dieux ce que l'on a de plus cher,à savoir des adoultes jeunes, une partie de la nouvelle génération de sa propre communauté.

Chrétiens et franc-maçons sont anti-nomiques, les francs maçons ont en commun la lutte contre l'hégémonie catholique.Quant à être franc maçon et néo-nazi, c'est oublié que le nazisme s'était fixé pour but de détruire la franc-maçonnerie d'origine juive selon les nazis,et responsable du communisme qui détruisait l'identité des peuples. Mais le nazisme hitlérien réclamait en plus la domination aryenne(vague concept qui en fait recouvrait simplement une volonté de domination anglo-germanique et anti-française). Donc si Anders Breivik est défini comme fondamentaliste chrétien, franc maçon et néo -nazi c'est un non-sens!

 

A l'origine, chez les franc maçons, le lien affectif, paternel, entre Dieu et les hommes commun au judaïsme, christianisme, islam, n'existe pas, Dieu est un principe fondateur dépourvue d'émotivité. Une exception, la loge anglaise:en étant grand maître de la loge anglaise, par charge héréditaire, les rois d'Angleterre, rappellent la séparation de l'église anglicane soumise au roi, et de la papauté romaine, mais la religion anglicane a conservé le dogme théologique presque identique au dogme catholique. Mais par ce sacrifice humain, Anders Breivik devient un hérétique à la chrétienté et franc maçonnerie. Comme il le dit lui même, il n'a rien à voir non plus avec le LED anglais qui revendique la conservation de l'identité culturelle de l'Europe menacée par une migration qui impose ses moeurs et ses règles sociales.

Son geste est de celui de la folie engendrée par le sentiment de disparaître.Ses parents ont divorcés, il souhaitait garder un lien avec son père biologique, ce qui n'a pas été le cas. Son histoire n'est pas sans rappeler celle d'Adolph Hitler qui lui aussi a compensé sa souffrance d'origine familiale par un nationalisme passionné.La blondeur des néerlandais est un caractère récessif, le métissage donne donc un sentiment de "disparition" d'espèce. Et dans l'histoire de l'humanité, le sacrifice humain, combattu dès l'antiquité, a toujours été un marchandage sordide, vies offertes aux Dieux, contre protection de la communauté. En tuant ces jeunes, l'assassin a voulu faire partager à son peuple le sentiment d'anéantissement de sa race qu'il avait en lui. Cela ne relève pas d'une idéologie inculquée, mais de l'intime conviction instinctive favorisée par un phénotype récessif.

 

 

-Il faut évidemment refuser toute forme de violence quelque soit le motif, et pour cela ne pas donner une tribune à un meurtrier de masse, ou à des assassins d'enfants, mais les condamner à mort par une cour martial pour acte d'aggression envers la nation.

- Mais si l'on veut éviter ce type de folie meurtrière liée à la souffrance d'un sentiment de disparition de son groupe identitaire, il faut inversement, favoriser les associations permettant l'expression des identités de groupe, y compris celles qui se baseraient sur un phénotype récessif et aurait le souci de préserver une race humaine, comme d'autres préservent des races animales. Sinon, il faudrait interdire toutes les religions qui initialement ont regroupés des tribus(Judaïsme,Islam), ou des peuples(christianisme), mais par la suite ont valeur identitaire en imposant des rites, des cultes excluant les autres, mais surtout des unions endogame(au sein d'une communauté). Le communisme s'y est essayé et n'a pas lésiné sur la force et le crime, se fut un échec général car une politique incompatible avec la nature humaine qui tient à sa diversité identitaire.

La migration depuis l'Afrique jusqu'à l'Europe du Nord est sans cesse alimentée, pourtant les quelques individus ou groupes d'origine européenne en Afrique sont chassés régulièrement. Même la population Boers a l'origine du peuplement de l'Afrique du Sud, se voit aujourd'hui rejeté. Alors si migration il y a, ne faudrait-il pas plutôt favoriser la migration boer vers la Norvège?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Blaise Rochat (Poséidon) 18/03/2012 21:06

Nous sommes des Divinités incarnées;la perception que vous avez du massacre en Norvège en évoquant un sacrifice rituel est très pertinente;pour ce qui concerne les développements et la
compréhension des aspects idéologiques et métaphysiques, vous pouvez si vous le souhaitez vous référer au site évoqué ci-dessus; Nous sommes en Âmemeour avec TOI; Nous sommes la Déesse Originelle;
Des Êtres Hautement Évoluées sur le plan Spirituel; Les Déesses suivantes; Lima Déesse Incarnée Frigg Déesse Incarnée; Poséidon Déesse Incarnée; Manat Déesse Incarnée; Admée Déesse Incarnée; Marie
Déesse Incarnée; Lilith Déesse Incarnée; Lao-Tseu Déesse Incarnée; Amaterasu Déesse Incarnée; Épona Déesse Incarnée; Ishtar Déesse Incarnée; Athéna Déesse Incarnée; Sekhmet Déesse Incarnée; Tara
Blanche Déesse Incarnée; Kali Déesse Incarnée; Odin Déesse Incarnée; Des Êtres Hautement Évoluées sur le Plan Spirituel, vivant dans d’autres contextes que celui de la Terre;

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages