Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 18:56

  -nouveau lien "suite" fin de page-

Sciences 14/07/2010 19:02

La découverte en Arabie Saoudite de restes fossilisés d'un primate inconnu rapprocherait de nous la période où se sont séparées la lignée des ancêtres de l'homme et des grands singes d'une part, et celle des ancêtres des macaques d'autre part, selon une étude publiée mercredi.site:voilà,mots clés: sciences paléanthologie primates

Donc la th éorie de l'évolution vers homo-sapiens du fait de l'apparition de la ligne de faille éthiopienne et l'isolement d'un groupe d'hominoïdes(hominidés et grands singes) tombe à l'eau puisque l'ancêtre des hominidé était en Arabie. Par contre la désertification de l'Arabie séparant les groupes d'hominidés peut expliquer la diversité des hominidés, repoussant les uns en Afrique, les autres vers l'orient. Puis une partie des hominidés passant par ce qui est actuellement le désert du Danakil, dans la vallée du grand rift, furent-ils isolé par l'entrée en éruption de volcans de la chaîne de l'Erta Ale? Ce groupe isolé évoluant vers homo sapiens qui se divisera en sapiens-sapiens, et néerdanthalis qui le premier colonisera l'Europe.
- Dans une émission sur le tourisme et les volcans parue sur la cinq  récemment, un vulcanologue, qui emmène un groupe de touristes téméraires, au bord de la terrasse de volcans en activité, marchant dans la cendre, regardant dans le ciel la retombée de roches en fusion, écoutant un bruit de feux d'artifice, à la merci éventuelle d'une nuée ardente, nous raconte:
-dans la cheminée volcanique, les gaz sont comprimés, puis se détendent  lors de l'expulsion de masses rocheuses, d'où onde sismique avant l'explosion, explosion, sensation d'onde de choc lors de l'expulsion des gaz. Mais parfois la poche de gaz, plus volumineuse, engendre une "nuée ardente", se déplaçant à plus de 100km/h et brûlant tout sous son passage, l'une d'elle tua un jour une expédition. Encore de nos jours, des populations localescroient que le volcan abrite des esprits, et ce vulcanologue raconte, que redescendant d'une terrasse volcanique avec sa coéquipière, lors d'une explosion assez forte engendrant la retombée de roches en fusion de tout côté, soulevant la poussière des cendres, des indigènes virent à leur rencontre et les touchèrent, croyant être visité par des esprits! cette histoire actuelle n'est pas sans parallèle avec celle racontées dans le livre biblique de l'exode: à diverses reprises, dans la bible,Dieu apparait sous forme de nuée, il est question de "terre qui s'ouvre", de feu qui en sort." Dieu, chez les juifs, comme zeus chez les grecs, est présent "sur une montagne", Moïse est le seul a pouvoir monter sur le Sinai, montagne sacré, quand il en redescend, il apparaît comme un protégé, un messager divin, son autorité s'en trouve renforcer, et il ordonne des représailles contre ceux qui s'adonnent à un culte local, une idole à l'apparence d'un veaucomme on en retrouva à Summer, ce qui est aussi la manifestation d'une volonté de sédentarisation. Un phénomène sismique fut le le signal à la fois de représailles et de reprise de la route. Il n'est pas impossible que des failles sismiques servirent d'instrument d'une justice sommaire: ainsi, Koré, un descendant de Lévi et trois fils de Ruben(Lévi, Ruben, deux des fils de Jacob qui furent tous à l'origine d'un clan tribal) "se soulevèrent contre Moïse, avec 250 hommes des enfants d'Israël, des principaux de l'assemblée et qui étaient des gens de renom",(nombre chap 6). L'Eternel "menaça de consummer toute l'assemblée, mais finalement la terre s'ouvrit et engloutit Koré et les siens. Le cantique de Moïse est également très évocateur: ...le feu de ma colère s'est allumé, et il brûlera jusqu'au séjour des morts; il dévorera la terre et ses produits, il embrasera les fondements des montagnes."

-Hors, lorsque nous lisons la bible, on s'aperçoit que rien ne prouve que Jésus mourut sur la croix, ses jambes ne furent pas brisées, car le centurion romain qui précisément fut convertit décréta "qu'il était déjà mort" et lança sa lance sur son flanc, et lorsqu'on lit l'ouvrage "le tombeau de Jésus"aux éditions michel laffon, on ne peut être que convaincu qu'il est plus que probable que ce tombeau famillial dont il est question, est bien celui de Jésus de Nazareth. Cette conviction se base sur les éléments suivants:
En mars 2007, Simcha Jacobovici et Charles Pellegrino démontrent avec une
probabilité d'erreur de 1/30 000puissance 6, que le tombeau découvert en 1980 à Talpiot - est, un quartier
de Jérusalem est le tombeau de Jésus.de Nazareth, vénéré par les chrétiens et les musulmans. 
 Ce calcul se base sur la probabilité de trouver dans un même tombeau un ossuaire sur lequel est écrit:

"Jésus fils de Joseph" et des ossuaires portant les noms de Maria, Matia(Matthieu), Yoseph, Jacques, 
noms de la mère et des frères de Jésus ,et Mariamne, nom de sa compagne selon les évangiles 

apocryphes , et Juda fils de Jésus et qui ne serait pas le tombeau familial du Jésus des évangiles.
(à cette époque les corps restaient dans un tombeau provisoire, une grotte, fermée par une lourde pierre comme les évangiles le rapportent également, puis, au bout d'un an on récupérait les grands os que l'on plaçaient dans un ossuaire, et la pratique des ossuaires, s'inscrit sur une durée historique courte, qui correspond à l'époque de Jésus et qui disparut avec la prise de Jérusalem en l'an 30 de notre ère.)
- Cet ouvrage démontre également que en 2005, les résidus humains prélevés dans les ossuaires de Jésus et Mariamne ont permis de trouver de l'ARN mitochondrial, ces tests ont montrés qu'ils n'étaient pas apparentés, comme ils étaient dans le même tombeau, cela va dans le sens des évangiles apocryptes qui décrivent Mariamne comme "la compagne de Jésus".
- D'autre part divers passages des évangiles canoniques ou apocryptes peuvent laisser à penser que Jésus avait un fils: notamment lors de son arrestation où l'évangile de Marc(14, 51) rapporte qu'un jeune homme le suit, mais quand on veut se saisir de lui, il lâche son manteau et s'enfuit nu. Mais ce que dit pas cet évangile c'est que cet enfant, devait lui aussi être éliminé afin qu'il ne réclame pas un jour la succession de son père, et il est probable qu'il fut vite repris et éliminé.
Hors sur la croix, Jésus à l'agonie dit lorsqu'il vit sa mère en compagnie de l'apôtre bien aimé: "Femme voici ton fils, puis se tournant vers l'apôtre bien aimé: voici ta mère."
-Qui est l' "apôtre bien aimé" dont parle l'évangile de Jean?
- Le fils ou la femme de Jésus? Soit l'enfant a déjà été tué, soit s'il est vivant, il est peu probable qu'on commette l'imprudence de l'amener sur le lieu d'exécution. Si l'on nomme pas cet apôtre, c'est qu'on veut le protéger, de même dit on "un jeune homme" suivit de loin avant que l'on ne tente de l'arrêter et il s'enfuit nu, ce qui évoque bien un enfant. L'apôtre bien aimé, c'est Mariamne, sa compagne(Marie Madeleine) puisque l'évangile de Marie Madeleine relate une dispute entre Pierre et Jésus, Pierre refusant d'admettre une femme parmi les disciples de Jésus, et encore moins que Jésus ait pu lui faire confiance plus qu'à lui.
Dans l'évangile de Marie Madeleine, Jésus lui apparait en rêve et son esprit est en elle.
L'union parfaite réalisa "l'Adam primordial",une union en un même esprit, mais qui se réalise par l'union charnelle quand elle est associée à un amour complice, où deux personnalités s'associent en un dessein commun, une personnalité de couple, "quand deux font un, vous trouverez le royaume de dieu" dit Jésus dans l'évangile de Thomas. L'amour avec un grand "A" était né. Il ne s'agissait plus d'avoir une ou des compagnes pour s'assurer une progéniture au service d'un patriarche, mais de trouver "l'âme soeur", la symbiose qui permet à l'homme comme à la femme de se réaliser plainement, de cet fusion, naît un esprit nouveau qui lie définitivement les conjoints, "l'homme ne peut défaire ce que Dieu a unit", Dieu permettant précisément l'apparition de ce nouvel esprit en agréant cette union.
Aussi, Jésus déclare t-il, mais uniquement dans l'évangile de Jean, à sa mère "voici ton fils", signifiant par là, la survivance de son esprit en Marie Madeleine. Sa mère, qui est présente également, prend cette parole au sens judaïque du terme, quand un homme meurt, son frère doit lui assurer une descendance en épousant la veuve. Selon l'évangile de Marie Madeleine, qui elle, a bien compris la volonté de Jésus, se déclare comme porte parole de Jésus, mais Pierre ne peut l'admettre, n'acceptant pas qu'une femme soit considérée à l'égal d'un homme.
Finalement, une solution est trouvée, probablement à l'initiative de Marie, mère de Jésus:
Marie Madeleine va partir en mission, accompagnée de deux autres Marie, elle débarqueront au lieu dit actuellement Saintes Marie de la mer, elle accompagnera, selon l'évangile de Marie Madeleine, son frère Philippe car est-il écrit "il est faible d'esprit". En fait, elle devient probablement l'épouse d'un frère de Jésus(ou demi-frère ou cousin germain), choisit pour être "faible d'esprit", afin d'être sûr que l'esprit de son amant ou mari ,ne chassera pas ni ne remplaçera l'esprit de Jésus qui est en elle.
Jésus fut reconnu comme le messie, après être monté sur le Mont Thabor.en Israël. C'est l'épisode de la" transfiguration", hors l'isolement sur une haute montagne considéré comme lieu saint, s'accompagne souvent de jeûne qui lui même peut être source d'hallucination collective, Moïse et Elie, apparaîssent à ses côtés. Hors Moïse avant de mourir est transporté sur une haute montagne d'où il peut appercevoir la terre promise, et Elie est enlevé par "un char de feu", ce qui peut là encore évoquer des projections de roches en fusion si l'on se trouve sur la première terrasse d'un volcan, comme le faisait ce vulcanologue et son équipe.
Lorsqu'il agonise sur la croix, Jésus crie "Elie, Elie, pourquoi m'as tu abandonné", selon l'évangile de Matthieu, dans l'évangile de Marc, il interpelle de la même manière EloÏ, c'est à dire "Dieu". Dans l'évangile de Luc, un séïsme est évoqué: "il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure, le soleil s'obscurcit, et le voile du temple se déchira." jésus s'écria d'une voix forte: "Père, je remet mon esprit entre tes mains".
Dans l'évangile de Matthieu, Jésus, interpelle Elie, puis, pousse un grand cri et "rend l'esprit".
A ce moment "le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s'ouvrirent et plusieurs corps, des saints qui étaient morts ressucitèrent, ils entrèrent dans la ville sainte et apparurent à un grand nombre de personnes. Le centenier et ceux qui était avec lui pour garder Jésus, ...furent saisis de frayeur.
Hors Elie, devait revenir pour préparer le chemin du Christ, il est donc fort probable que Jésus interpella Elie. Hors Elie disparait dans "un char de feu", qui évoque probablement des roches en fusion éjectéelors d'une éruption volcanique au cours d'un séïsme de faible amplitude. La survenue d'un séïsme, pouvait donc être interprêtée comme annonciateur du retour d'Elie, Elie semble donc avoir remplacé Seth dans l'interprétation mystique du séÏsme. Lorsqu'on lit l'apocryphe, les actes de Pilate, on s'aperçoit que c'est bien un synchrétisme entre le judaÏsme, la gnose helléniste, et même l'héritage de Summer qui donnèrent le christianisme: Jésus y est décrit comme descendant aux enfers, où se trouve, Hadès, dieu des enfers grec, mais aussi Seth qui est son "exécuteur", la mort personnifiée, et le récit de Jésus aux enfers n'est pas sans rappeler celui de Enkidu, ami de Gilgamesh,  nom dynastique de rois sumériens qui alimenteront le récit légendaire de Gilgamesh (roi héroïque de Summer à la recherche de l'immortalité).
- On peut donc émettre l'hypothèse suivante: il y eut tout d'abord des "prémices", faibles secousses, puis une accalmie, ce qui est souvent le cas avant une éruption volcanique explosive, Jésus se sent abandonné et apelle "Elie", espérant partir lui aussi emporté ou tué par un rocher incandescent. Enfin vint la grande secousse ou une éruption volcanique au loin,
Jésus perd connaissance en criant "Père, je remet mon esprit entre tes mains."
C'est la panique, le séïsme a ouvert des tombes, une autre secousse, fera peut être rouler celle du tombeau provisoire où Joseph d'Arimathie mit Jésus qui était inconscient mais peut être encore en vie...
Quand les trois femmes qui avaient assisté à son agonie, se rendent à son tombeau pour l'embaumer elles trouvent "deux hommes en habits resplendissants", il s'agit là probablement d'un embellissement du récit, ces hommes rappellent la transfiguration avec Moïse et Elie.
Il est peu probable que Jésus fut en état de marcher après un tel supplice, les deux chevilles fracturées.
Dans l'évangile des actes de Pilate, c'est Joseph d'Arimathie qui est soupçonné d'avoir enlevé Jésus. Cela semble logique, constatant les effets du séïsme, il se rend au tombeau.
On trouve un récit dans les actes de Pilate qui lui aussi évoque les phénomènes volcaniques:
"Il était encore assis sur le mont Milkom, enseignant ses onzes disciples, quand
nous vîmes une nuée le couvrir de son ombre, lui et ses disciples, et la nuée l'emporta
dans le ciel, tandis que ses disciples gisaient face contre terre."
- S'il était en vie, Jésus devait être dans un état lamentable et souffrir terriblement. Y avait-il un volcan actif, mais que l'on pouvait approcher? commanda t-il à ses disciples de le conduire au plus près du cratère afin que Dieu qui manifestait sa colère puisse "le prendre en son sein" et mettre ainsi un terme à ses souffrances? Mais surtout en rejoignant Dieu, tout comme Elie, son esprit devenait immortel, "l'esprit saint" qui unissait les croyants.
- Dans ce cas, comment peut -il y avoir un ossuaire "Jésus" dans le tombeau attribué à la famille de Jésus? Fut-il tué par une explosion de gaz de type "nuée ardente"  épargnant son squelette? Ou bien, est-il mort rapidement, mis dans un autre tombeau provisoire, en attendant de pouvoir mettre ses os dans un ossuaire? Et cette histoire de "nuée" est une invention parce qu'il était interdit de donner une sépulture à un crucifié, il devait être enterré sous terre?
- Mais la vérité, comme souvent, est peut être plus complexe, et un fragment de l'évangile des hébreux, recopié par un des premiers pères chrétiens, Origène, nous donne peut être la clef du mystère:
   "Le sauveur dit: "ma mère qui est le saint esprit, vient de m'enlever par l'un de mes cheveux et elle m'a
transporté sur la haute montagne du Thabor."
Hors Thabor, est la montagne de la "transfiguration", les disciples voient Jésus entouré de Moïse et Elie, tous portent un habit blanc lumineux, il s'agit donc "d'esprits".
- Jésus dans les évangiles, après la résurrection, soit trois jours après la crucifiction, apparait à ses apôtres, comparons les récits des évangiles:
 
-Evangile de Matthieu: Après le sabbat, à l'aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l'autre Marie allèrent voir le sépulcre. Et voici, il y eut un grand tremblement de terre; car un ange du seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s'assit dessus. Son aspect était comme l'éclair, et son vêtement blanc comme la neige. Les gardes tremblèrent de peur, et devinrent comme morts. Mais l'ange prit la parole, et dit aux femmes:Pour vous ne craignez pas; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié. Il n'est point ici; il est ressucité, comme il l'avait dit. Venez, voyez le lieu où il était couché, et allez promptement dire à ses disciples qu'il est ressucité des morts. Et voici qu'il vous précède en Galilée; c'est là que vous le verrez. (lire suite: évangile selon Matthieu)
- Evangile de Marc: Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques(Jacques est le demi frère de Jésus, fils de Joseph et de sa première femme qui décéda peu de temps après sa naissance, ce fut Marie qui lui servit de mère, puis devint mère de Jésus) et Salomé, achetèrent des aromates, afin d'aller embaumer Jésus. Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre, de grand matin, comme le soleil venait de se lever. Elles disaient entre elles: "qui nous roulera la pierre loin de l'entrée du sépulcre? Et, levant les yeux, elles aperçurent que la pierre, qui était grande, avait été roulée. Elles entrèrent dans le sépulcre, virent un jeune homme assis à droite, vêtu d'une robe blanche, et elles furent épouvantées. Il leur dit: ne vous épouvantez pas; vous cherchez Jésus de Nazareth qui a été crucifié; il est ressucité, il n'est point ici; voici le lieu où on l'avait mis. Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu'il vous précède en Galilée: c'est là que vous le verrez, comme il vous l'a dit. Elles sortirent du sépulcre et s'enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies; et elles ne dirent rien à personne à cause de leur effroi.
Jésus étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d'abord à Marie de Magdala,
- Evangile de Luc: Il y avait un conseiller, nommé Joseph, homme bon et juste qui n'avait point participé à la décision et aux actes des autres; il était d'Arimathée, ville des juifs,et il attendait le royaume de Dieu. Cet homme se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus. Il le descendit de la croix, l'envelloppa d'un linceuil, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n'avait encore été mis. C'était le jour de la préparation et le sabbat allait commencer. Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et s'étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat,  selon la loi.
Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu'elles avaient préparées.Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée devant le sépulcre; et étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du seigneur Jésus. Comme elles ne savaient que penser de cela, voici que deux hommes apparurent dans leurs habits resplendissants. Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre; mais ils leur dirent: pourquoi cherchez vous parmi les morts celui qui est vivant? Souvenez vous de quelle manière il vous a parlé quand il était encore en Galilée...
...elles annoncèrent toutes ces choses aux onze et à tous les autres. Celles qui dirent ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles. Ils prirent ces discours pour des rêveries, et ils ne les crurent pas.
Mais Pierre se leva, et courut au sépulcre. S'étant baissé, il ne vit que les linges qui étaient à terre. Puis il s'en alla chez lui dans l'étonnement de ce qui était arrivé.
Et voici ce même jour, deux disciples allaient dans un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de 60 stades(...)Jésus s'approcha et fit route avec eux mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
Alors Jésus leur dit: "O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu'on dit les prophètes!... Ils le pressèrent en disant "Reste avec nous, car le soir approche"...Pendant qu'il était à table avec eux, il prit le pain; et après avoir rendu grâces, il le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux. Et ils se dirent l'un à l'autre: notre coeur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu'il nous parlait en chemin et nous expliquait les écritures?...ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onzes, et ceux qui étaient avec eux, assemblés et disant: le Seigneur est réellement ressucité, et il est apparu à Simon. Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé  en chemin, et comment ils l'avaient reconnu au moment où il rompit le pain.
Tandis qu'ils parlaient de la sorte, lui même se présenta au milieu d'eux, et leur dit:"la paix soit avec vous!"
Saisis de frayeur et d'épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur dit: pourquoi êtes vous troublés, et pourquoi pareilles pensées...? Voyez mes mains, voyez mes pieds, c'est bien moi; touchez moi et voyez: un esprit n'a nichair ni os, comme vous voyez que j'ai. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds.
Comme dans leur joie, ils ne le croyaient pas encore, et qu'ils étaient dans l'étonnement, il leur dit: avez vous quelque chose à manger? ...(lire suite Evangile de Luc)

 

Evangile de Jean:
- Dans l'évangile de Jean, Marie de Magdala se rend au sepulcre SEULE, dès le matin, alors qu'il fait encore obscur. Voyant que la pierre est ôtée, elle court en avertir Pierre et "l'autre disciple que Jésus aimait".
Il y a donc bien deux disciples que Jésus aimait: Marie de Magdala, puisque quand il est sur la croix,il est écrit  dans l'évangile de Jean: " près de la croix de Jésus, se tenait sa mère, et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: "Femme voici ton fils". Puis il dit au disciple: "voici ta mère". Donc, il dit à sa mère, que désormais, sa compagne, Marie de Magdala devient "son fils" et par là fait d'elle son successeur légitime. Pour comprendre ces paroles, il faut se souvenir que dans l'évangile de Thomas, il est fait état d'une dispute entre Jésus et Pierre, Pierre estimant qu'une femme ne peut être disciple de Jésus.
Ce à quoi Jésus répond:
"Voici; moi, je l'attirerai pour que je la rende mâle afin qu'elle devienne un esprit
vivant pareil à vous, les mâles! Car toute femme qui se sera faite mâle entrera dans le royaume des
cieux. Jésus dit également selon l'évangile de Thomas:"Lorsque vous ferez les deux êtres, un, et que
vous ferez le dedans comme le dehors, et le dehors comme le dedans, et le haut comme le bas! Et si
vous faites le mâle et la femelle en un seul, afin que le mâle ne soit plus mâle, et que la femelle ne soit
plus femelle, et lorsqu'à la place d'un oeil vous referez des yeux, et une main à la place d'une main, et un
pied à la place d'un pied, et une image à la place d'une image, alors vous entrerez dans le royaume!"
Mais ici, c'est Marie de Magdala qui court avertir le disciple que Jésus aimait! L'explication, nous la trouvons à la fin de l'évangile de Jean, c'est celui qui, pendant le souper s'était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit: "qui est celui qui te livre" sur un signe de Pierre. Cette description d'un disciple qui se penche sur la poitrine de Jésus, mais qui n'est pas sa compagne, celui qui, a rendu témoignage de ce qui est écrit dans l'évangile de Jean(Jean 21-24), c'est encore lui qui se rend au sépulcre accompagné de Pierre et "courre plus vite que lui" mais n'ose rentrer le premier, ce comportement évoque celui d'un enfant ou d'un adolescent, probablement le fils de Jésus et Marie de Magdala, celui dont l'ossuaire est celui d'un enfant d'environ 9 ans et qui porte l'inscription "Judas, fils de Jésus".
L'évangile de Jean donne à penser que lors de sa rédaction, ce Judas fils de Jésus est déjà mort; en effet, à la fin de l'évangile de Jean, il est écrit: " En le voyant, Pierre dit à Jésus: Et à celui là que lui arrivera t-il? Jésus lui dit: Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t'importe? Toi suis moi. Là dessus le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n'avait pas dit à Pierre qu'il ne mourrait point, mais: si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t'importe? ce qui sous entend que le bruit que ce disciple ne mourrait point était faux.
- Dans les actes de Pilate, un séïsme également est évoqué:  Joseph d' Arimathie est libéré parce que la maison où il était enfermé "est soulevé aux quatre coins", il a une vision "une sorte d'éclair vint éblouir mes yeux", il invoque "ELie", montrant bien ainsi le lien que les Juifs faisaient entre Elie et le séïsme. Cet évangile apocryphe fait dire à cette "vision" "je suis Jésus". Convoqué par le conseil, il déclarera que Jésus a été enlevé par une nuée alors qu'il se trouvait parmi ses disciples sur la montagne de Milkom. Le récit certes, fait preuve d'un grand imaginaire,puisque là non seulement les tombes sont ouvertes, mais en plus on retrouve à Arimathie les ressucités de Jérusalem qui par écrit racontent au conseil comment Jésus les a ressucités des enfers(à cette époque séjour de tous les morts)!
- En sachant que dans les écrits bibliques, la chronologie des faits n'est pas toujours respectés, tout doit être "annoncé", et ce qui se réalise l'est toujours selon la volonté divine et toujours pour une bonne raison, on peut tenter de restituer l'histoire initiale:
- Jésus savait qu'il avait été trahi, il demande à ses disciples de se munir tous d'une épée; puis finalement, se rend sans combattre après que Judas, qui vient à sa rencontre avec des gens armés, l'embrasse pour le désigner. Mais était- ce Judas l'Iscariote le traitre? Pourquoi Jésus le désigne à la fois à Pierre et à Judas junior en lui tendant une bouchée de pain? Juda était le trésorier de la communauté, il avait la confiance de Jésus, le fils de Jésus porte son nom, en tant qu'iscariote il devait détester les grands prêtres et le conseil!
Hors Pierre aurait trahi "trois fois" dira Jésus. Est ce vraiment que Jésus lit l'avenir et qu'il le voit dire trois fois qu'il n'est pas disciple de Jésus? Ou plutôt une première fois en voulant chasser Marie de Magdala, une seconde fois en disant ne pas être disciple de Jésus, si bien qu'il est le seul disciple à ne pas être enfermé parce que les juifs craignaient que les disciples enlèvent Jésus du tombeau provisoire(dans la roche donc considéré "sous terre") de Joseph d'Arimathie pour lui donner une sépulture digne alors que les crucifiés doivent être enterrés sous terre, et enfin une troisième fois peut être en mettant en danger le fils de Jésus, En effet, toujours dans l'évangile de Jean, après l'arrestation de Jésus, Simon Pierre avec un autre disciple suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur; mais Pierre resta dehors près de la porte. L'autre disciple...sortit, parla à la portière et fit entrer Pierre. Alors, la servante, la portière, dit à Pierre: toi aussi, n'es tu pas des disciples de cet homme? Il dit: je n'en suis point. Cet autre disciple, n'est ce pas le jeune homme qui dans un autre évangile s'enfuit nu, le fils de Jésus?
En effet, quand sur le point d'être arrêté Jésus et ses disciples sortent armé, c'est peut être à ce moment là qu'il dit à Pierre que son fils doit rester et fait cette recommandation à Pierre , les disciples pensent qu'ils vont mourir en se battant. Mais Jésus semble avoir préparé une mise en scène avec Judas. Si le conseil a pu savoir où se trouvait Jésus, c'est peut être non pas Judas l'Iscariote qui l'a trahi, mais peut être Pierre qui semble avoir la garde de Judas fils de Jésus, et semble s'être sciemment mal acquis de cette tâche, c'est peut être à Judas enfant que l'on donne des pièces, pour le mettre en confiance, le faire parler et trahir innocemment son père. Judas se serait donc sacrifié pour sauver Judas et sa mère Marie de Magdala qui aurait certainement été mise en cause. Mais un séïsme a changé le cours de l'histoire, permit à Joseph de descendre de la croix Jésus encore vivant, le centurion au pied de la croix étant ou devenant disciple de Jésus émotionné par le séïsme. Ce séïsme qui ébranla la prison de Joseph d'Arimathie et lui permit de se rendre au tombeau et d'en faire sortir Jésus. Quand Marie de Magdala est dehors pendant que Pierre et l'autre disciple sont dedans, c'est lui qu'elle voit, sinon appellerait-elle "seigneur" un jardinier? Elle est partie la première pour voir si le tombeau est gardé, les deux autres femmes dont il est question dans les autres évangiles cherchant probablement de l'aide pour les aider à pousser la pierre bloquant l'entrée.
Jésus a dû mettre en garde Joseph d'Arimathie envers Pierre, c'est pour celà qu'il indique à Marie seule où se trouve Jésus. Puis, quand Pierre et le jeune Judas sortent du tombeau, il discute avec eux pour voir s'il peut leur faire confiance. Joseph est un maître probablement comme Jésus, devant les apôtres il "rompt" le pain, si bien que les disciples croient que Jésus leur est apparu sous une autre forme! Joseph cache Jésus chez les disciples ou à proximité. Il se montre avec ses plaies, Jean ne parle pas de ce qu'il advint après sa "résurrection". Joseph d'Arimathie le fait cacher probablement en Galilée, sur la montagne de Tabhor, la présence de Dieu étant souvent décrite sur une montagne qui évoque un volcan.
Il meure, mais sa mère qui a gardé un de ses cheveux afin de rester en communication mystique avec son fils, fait un songe, elle le voit au sommet de la montagne entouré par Elie et Moïse qui l'élève dans les cieux avec lui dans une "nuée"(voir plus haut citation Origène). C'est l'épisode de la transfiguration décrit avant sa crucifixion dans l'évangile car il fallait bien que des prophètes annoncent ce qui allait se passer et prouver que ce qui s'est passé, était la volonté divine.
Mais il y a une chose de certaine: c'est un séïsme, un tremblement de terre, voir une éruption volcanique lointaine et les cendres qui retombent sur Jérusalem qui ont fait de Jésus de Nazareth le Messie des chrétiens.
-lire également, lien ci dessous:







Partager cet article

Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article

commentaires

marie jeanne jourdan 26/07/2010


questions posées par l'auteur du blog:
- Dans l''évangile de Jean on peut lire: "Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes
choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit."
On comprend que l'esprit saint est un esprit communautaire unissant les croyants. Mais dans le Coran, ces propos prirent un autre sens:le consolateur est un homme envoyé par Dieu, il est nommé "le
parapet", et le Coran présente
Mohamet comme le "parapet". Il est donc probable que Joseph d'Arimathie, présenté comme un maître identique à Jésus, fut considéré comme le consolateur ou le parapet, ancienne croyance reprise par
le Coran au nom du prophète de l'Islam.
-Curieusement, dans les apocryphes, les "ressuscités" de Jérusalem dont les tombes furent ouvertes par le tremblement de terre, se trouvent eux aussi à ...Arimathie! Si Joseph d'Arimathie fut pris
pour Jésus ou du moins "habité" par l'esprit de Jésus, la légende généralisa et simplifia la réalité en créant la croyance des ressuscités se retrouvant à Arimathie; ou bien, des "activistes"
religieux persécutés se firent-ils passer pour morts,se cachant à Arimathie et réapparèrent-ils suite au tremblement de terre?


Glorfindel 21/09/2010


Le disciple que Jésus aimait, ce n'est pas Marie de Magdala, c'est Jean, l'auteur de cet Évangile, qui était présent au côté de Marie, Mère de Jésus ... Regardez mieux les photographies ...!


Glorfindel 26/09/2010


Ah, alors, si les évangiles "apocryphes" et le Coran le disent ... Je comprends mieux maintenant les théories fumeuses d'un certain MESSEGUET ... !!!


Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages