Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 18:41

 

-Jésus enseigne aux femmes et, contrairement à bien des religieux ne les relègue pas aux tâches ménagères :

Luc v8(1à 3):...Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Les douze étaient auprès de lui avec quelques femmes qui avaient été guéries d'esprit malins et de maladies: Marie, dite  de Magdala, de laquelle était sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d'Hérode, Suzanne et plusieurs autres, qui l'assistaient de leurs biens.

Marthe et Marie évangile de Luc, chap10 verset 38 à 42:Comme jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur, nommée Marie qui s’étant assise aux pieds du seigneur, écoutait sa parole. Marthe occupée à divers soins domestiques , survint et dit : seigneur, cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule pour servir ? Dis lui donc de m’aider. Le Seigneur lui répondit : Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses. Une seule  chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, elle ne lui sera point ôtée.

Une des grandes crises que connut l'église catholique, fut l'apparition du catharisme, qui certes comportait des éléments hérétiques par rapport à l'enseignement de Jésus, mais qui reprochait à l'église, à juste titre aux prélats de ne pas suivre la discipline de vie de Jésus, le goût du luxe et l'indifférence aux pauvres, mais le mouvement cathare permettait aux femmes de s'exprimer ce qui certainement contribua à son succès. Ainsi, je me souviens avoir lu qu' un religieux fidèle au pape, avant la mise en place de l'inquisition, tenta de convaincre un noble cathare de son hérésie, sa femme voulut prendre part à la discussion et le religieux la rembourra, choqué qu'une femme discute théologie, disant que le rôle de la femme était de s'occuper de son foyer et de broder. Grave erreur qui démontrait sa propre méconnaissance de l'évangile et qui montre bien que si l'Eglise catholique se réclama du Christ, elle n'en fut pas moins lourdement influencée par la société romaine et par la tradition du temple juif. Jésus enseignait aux femmes aussi bien qu'aux hommes. Il était soutenu aussi bien par des femmes du peuple que par celles de la haute société puisque dans le premier texte la femme de l'intendant du gouverneur de la Palestine romaine y est citée.Jésus était "un guérisseur", soignant aussi bien "une main sèche"(eczéma) que les tourments de l'âme ou les troubles psychiques attribués à des "démons" pour cela il use à la fois de son "aura" personnel, mais également, aussi bien dans le texte ci dessus que le texte suivant de Jean il explique qu'il ne juge personne, fait prendre conscience à l'individu la cause de son tourment, un péché allant à l'encontre de la règle d'amour pour le Dieu de la Vie et pour son prochain.Il ne se considère pas comme sans péchés puisqu'il dit "que celui qui est sans péchés" jette la première pierre et dit à la femme "je ne te juge pas", mais il fait prendre conscience des causes du péché afin de s'en délivrer, il juge seulement des actes contraires à la volonté de l'Eternel, gardien de la vie.

Jean v 8 (1à 11): Jésus se rendit à la montagne des Oliviers. Mais, dés le matin, il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à lui. S’étant assis, il les enseignait.
Alors les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en flagrant délit d’adultère ; et, la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Jésus : ...Moïse , dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes : toi donc, que dis tu ? Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et dit : Que celui de vous qui est sans pêchés, jette le premier la pierre contre elle. Et s’étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre. Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis le plus âgé jusqu’aux derniers ; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu. Alors s’étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit : Femme où sont ceux qui t’accusaient ? Personne ne t’a-t-il condamnée, Elle répondit : non seigneur. Et Jésus lui dit : je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus.
Jésus leur parla de nouveau, et dit: Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie...
...Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui. Et il dit aux juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaissez la vérité, et la vérité vous affranchira. Ils lui répondirent: nous sommes de la postérité d'Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: vous deviendrez libre? En vérité, en vérité je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. Si donc le fils vous affranchit, vous serez réellement libres...
Ils lui répondirent: Notre père c'est Abraham. Jésus leur dit: Si vous étiez enfants d'Abraham, vous feriez les oeuvres d'Abraham. Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir...

-Face à la menace de destruction du royaume d' Ur, cité sumérienne dont Abraham est originaire, par l'invasion des alamites puis des amoréens, Abraham a suivi "l'Eternel", le gardien de la vie, dieu de la tribu nomade de Seth, troisième fils d'Adam, nous verrons ultérieurement que ce Dieu était connu également avant Moïse, à Sumer, chez les Cananéens, et que de Seth à Moïse, son culte a pris divers aspects, le traumatisme du déluge notamment a transformé ce Dieu de la Vie en "Dieu jaloux", le Christianisme, c'est l'abandon de ce Dieu jaloux et un retour à Ea,le Dieu sumérien qui contient tous les vivants, qui connait tout.
Jésus a vécu à une période troublé, celle d'un temple juif accusé de corruption et de soutien à l'occupant romain, celle d'un peuple qui se cherchait un roi issu de David pour le guider dans sa révolte, celle de la folie zélote menant une vie ascétique, refusant les relations sexuelles, prônant la destruction du temple et des corrompus avant le jugement dernier imminent.
Jésus, comme Abraham, engage à fuir les ténèbres de la mort, à protéger la Vie avant tout, il ne veut pas d'un conflit armé qui ne peut déboucher que sur des massacres inutiles, il prône un ordre nouveau et trouve des disciples chez les juifs, les samaritains,des grecs, et des romains de la haute société.
lire également: Jésus, l'homme qui mourut pour avoir été le premier féministe,Mariam fut sa compagne...

- prochainement sur ce blog: qui était Ea? A quoi fut lié son invocation, comment donna t-il naissance à l'Eternel, puis au Dieu vivant des chrétiens et au diable que l'on assimila à Seth suite au traumatisme engendré par l'explosion de la caldeira du Santorin.

 


 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages