Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 18:12
La Licra, notre contrôle de la pensée en France, comme le fut l'inquisition à l'époque où la religion catholique était religion d'état, où encore le Parti communiste dans les dictatures d'états communistes, où bien encore comme le contrôle exercé par les tribunaux religieux de l'Iran révolutionnaire ou des talibans, a enfin trouvé un nouveau sujet de zizanie qui a peu de chance d'intéresser les français, tout au plus en agacera quelques uns dont je suis:
-A la demande de la Licra, un préfet demande à un maire d'une petite ville de décrocher un tableau de Pétain parmi une galerie de portraits de chefs d'état! cliquer: Polémique pour un tableau de Pétain dans une galerie au milieu des présidents français.
C'est oublier qu'en collaborant, Pétain retarda les rafles allemandes des juifs de nationnalité française! Lisons ci dessous cet extrait du livre remarquable deSaul Friedlandler, "l'Allemagne nazie et les juifs", tome 1 édition Seuil.
"C'est le 30 octobre 1940 que le maréchal Pétain appelle officiellement les Français à collaborer avec l'occupant, sur le plan politique et économique... Laval, partisan d'une collaboration encore plus étroite avec l'Allemagne est temporairement écarté du pouvoir, et remplacé par l'Amiral Darlan... L'espoir du nouveau régime est d'être la deuxième puissance derrière l'allemagne nazie... En 1940 Vichy impose une législation antisémite en dehors de toute pression allemande... A partie de 1942, ils sont tenus de porter l'étoile jaune sur leur vêtements. Le 16 juillet les nazis acceptent de ne pas déporter les juifs français, mais en échange la police française leur livrera tous les juifs étrangers... (ce qu'elle fit) L'administration désigne des commissaires chargés de la spoliation des biens des juifs. La délation est encouragée... Des camps transitoires alimentent Auschwitz et Tréblinka." Extrait de "mémoire du monde" éd Larrousse. Sous le régime de Vichy il y eut donc une solidarité "à minima" envers les nationaux juifs contrairement à ce qui se passa en Allemagne. Mais les juifs naturalisés français furent déchus de leur nationalité française et le fichage systématique des juifs par le gouvernement de Vichy facilita leur arrestation quand les Allemands décidèrent d'organiser des rafles aussi bien en zone occupée qu'en zone libre. En 1942 on ignorait que les camps de concentration avaient vocation d'extermination, mais il est vrai qu'on n'avait peut être pas le souci de connaître la condition des prisonniers car il est fréquent de fermer les yeux sur un problème que l'on ne saurait résoudre. La guerre était une excuse à ces camps comme elle excusa la déportation arménienne, ou l'assigniation dans des camps de la population américaine d'origine japonaise quand les USA entrèrent en guerre contre les Japonais. Les mesures d'expulsion des juifs étrangers étaient bien antérieures à 1940 : "Le début des mesures officielles d'expulsion des étrangers en situation irrégulière date de la première moitié des années 1930... En novembre 1938 la loi permettait en outre de retirer leur nationalité aux étrangers naturalisés récemment. Par ailleurs plusieurs secteurs professionnels, inquiets de la concurrence des nouveaux arrivants commencèrent à faire pression pour exclure ces rivaux. Ce fut le cas notamment dans les sphères de la médecine et du droit." Extrait de tome 1 L'Allemagne nazie de Saül Friedlander. Le consistoire également soutenait qu'il n'était pas dans l'intérêt des juifs français de garder des juifs étrangers. [...]
-Bien avant le gouvernement de Vichy, le Consistoire(organe de représentation des juifs français auprès du gouvernement crée par Napoléon 1er) était défavorable à la migration juive en France
"Il y avait 90 000 juifs en France au début du siècle; en 1935, ils étaient 260 000. En 1939, environ 300 000 personnes dont les 2/3 à paris...Au milieu de 1939, àn peu près la moitié de la population juive de Paris était française, l'autre moitié étrangère. Parmi les juifs français, uen moitié environs seulement était née en France. De l'avis des autorités comme de la population, les juifs étrangers créeraient des problèmes un jour ou l'autre.Beaucoup de juifs français le pensaient aussi. Dès 1934...le directeur de l'Univers israélite" et l'une des personnalités les plus marquantes des milieux franco-juifs, avertit ses coréligionnaires que les français perdaient patience...il n'était plus possible d'émigrer massivement. Les juifs étrangers devaient se tenir sur leurs gardes, abandonner leur tendance à rester étroitement soudés, et s'assimiler plus rapidement à la société française. Le président du consistoire, Jacques Helbronner déclara également en juin 1933: la france comme n'importe quel autre  pays, a ses chômeurs, et tous les réfugiés juifs d'Allemagne ne méritent pas de rester(...) S'il y a 100 à 150 grands intellectuels qu'il vaille la peine de garder en France car ce sont des scientifiques ou des chimistes qui détiennent les secrets que nos propres chimistes ignorent, nous les garderons, mais les 7000, 8000, peut être 10 000 juifs qui arriveront en France, est -il vraiment dans notre intérêt de les garder... Helbronner , toujours à la tête du consistoire, ne changea d'attitude (vis à vis des juifs étrangers) qu'au cours de 1943. Ce fut peu après ce revirement, en octobre, de cette même année, que les nazis l'arrêtèrent et le déportèrent avec sa femme à Auschwitz..."
    - Saul Friedlandler - Tome 1- l'Allemagne nazie et les juifs.

Pas plus que Pétain, Helbronner ne m'apparaît comme coupable à mes yeux, chacun d'eux à rempli son devoir envers ceux qu'ils s'étaient engagés à servir, Pétain la France qu'il devait protéger de l'occupation allemande, Helbronner, les juifs français, faisant ainsi mentir ceux qui à cette époque voyaient en toute organisation juive une tentacule de la pieuvre du "lobby juif".

En temps de guerre, malheureusement, le crime devient légal, et parmi les vaincus, chacun cherche d'abords à protéger ses proches, et quand on choisit qui on veut protéger, bien souvent on choisit involontairement de condamner ceux qu'on abandonne.
S'il est facile de condamner maintenant la collaboration, peut-on reprocher à Pétain d'avoir fait ce choix en 1939?
- Pétain, Maréchal de France, pour sauver la France lors de la première guerre mondiale avait envoyer à la mort toute une génération de jeunes soldats, en majorité des paysans, morts souvent dans d'horribles souffrances ,gazés, ensevelis vivants, mutilés, ayant vécu dans les tranchées avec les morts, les rats et les poux, après guerre, il y avait toute une "légion" de mutilés de guerre, d'autres moururent à petit feux de leurs blessures.

- Peu de temps après que les anglais se soient battus au côté des français contre les allemands, il y eut Mers el Kébir, ce qui ne put avoir comme effet que d'encourager la collaboration:
le 3juillet  1940
, la marine anglaise attaqua la flotte française mouillant dans le port militaire de Mers el Kébir dans le golf d'Oran, en Algérie. Il y eut 1 380 morts. Le Royaume uni alors seul devant l'ennemi, craignait que l' armistice signée par le gouvernement français quelques jours auparavent, ne fasse tomber cette flotte dans les mains des allemands, lui permettant ainsi de remettre en cause la suprématie maritime britannique et lui faisant courir un grave péril.
 lcliquer:Bataille de Mers el-Kébir(wikipédia)

- Les seuls véritables coupables à cette dramatique situation de la France qui conduisit à la signature de l'armistice, ce sont les membres du haut commandement militaires qui se révélèrent incapable de mener une guerre "moderne" comme le firent les allemands. Ils s'en tinent à une guerre de position défensive, protéger par une impressionnante lignée de casemate bétonnée "la ligne Maginot", persuader que les tanks allemands ne pourraient franchir la forêt des Ardennes, restant sourd aux mises en garde d'un jeune général, le général De Gaule, qui préconisait une attaque éclair appuyée par des blindés sur l'Allemagne qui concentra ses forces sur l'héroïque Pologne, laissant sans défense la frontière allemande avec la France. L'armée française ne poursuivit pas de manière incompréhensible son avancée en Allemagne, abandonnant la Pologne à son triste sort. Sans cette erreur tactique de l'état major du général Gamelin, l'Allemagne n'eut aucune chance de gagner la bataille de France et Pétain n'aurait pas été confronté au terrible dilemme entre la capitulation, continuer la guerre en exilant le gouvernement mais en abandonnant la population française( juive notamment) à la barbarie nazie qui n'hésita pas à prendre des populations en otage, ou l'Armistice, qui faisait de la France un pays vassal de l'Allemagne, pays haït des français pour qui le massacre de 1914 - 1918 était présent dans leur mémoire.
- Alors, si l'on doit encore une fois offenser la mémoire de Pétain parce qu'il a été choisi comme bouc émissaire, en décrochant son portrait de cette galerie, il faudra aussi décrocher le portrait de De Gaule, le héros de la première guerre mondiale, qui abandonna les harkis à la barbarie du F.N algérien, refusant de rapatrier ceux qui savaient que leurs congénères les feraient périr dans d'atroces souffrances, en les jetant vivants dans des cuves de ciment par exemple. Tous deux furent de brillants officiers qui servirent bien la France, mais tous deux firent au sommet de leur gloire des choix politiques dramatiques et regrettables.

- A ceux qui veulent savoir et refusent la dictature de la pensée, j'ai dédié un livre "plaidoyer pour nos enfants pour un monde viable"(compte d'auteur, ceux que cela intéresse peuvent me le faire savoir dans un commentaire.)




Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans actualités
commenter cet article

commentaires

xav 30/01/2010 18:31


Bravo Marie Jeanne pour cette critique et du rappel historique du destin des harkis!


Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages