Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 15:50
... si on ne se base QUE sur le seul risque de réchauffement climatique, alors que le risque d'un volcanisme majeur,  peut -être à cours terme, pouvant entraîner un obscurcissement de la lumière solaire sur plusieurs années par la projection de poussière dans la stratosphère et donc une glaciation sur quelques années, est lui, bien réel et certain(voir site laterredufutur).
Si cette explosion concerne la caldeira(ou super-volcan formé par l'effondrement de plusieurs volcan en un seul cratère de dimension titanesque comme nous l'a révélé les images satellites) de Yellowstone, une bonne partie des U.S.A se retrouverait sous plus d'un mètre de cendres, ces cendres volatiles tu
eraient par inhalation de l'air poussiéreux, bien au delà du périmètre de retombée au sol des cendres. D'autre part, les conséquences climatiques d'un tel cataclysme seraient dramatiques à l'échelle planétaire,avec notamment une glaciation dans l'hémisphère Nord, notamment en Europe où les glaciers pourraient descendre jusqu'au sud de la France. Après cette glaciation surviendrait, 5 à 10 ans plus tard, le dégel, suite à la disparition du nuage de poussière,  comme cela s'est peut -être déjà passé il y a 75 000 ans avec l'explosion de la caldeira de Tobra en Indonésie. En effet, on estime qu'à cette époque la population d'homnidés dépassait le million d'individus pour retomber ensuite à quelques centaines:
"Il y a environ 73 000 ans, le volcan où se trouve actuellement la caldeira du lac Tobra dans l'île de Sumatra, entra en éruption avec une force trois mille fois supérieure à celle de l'éruption du Mont St Hélène aux États-Unis en 1980. Selon le professeur Ambrose, cela conduisit à une chute de la moyenne des températures d'environ 3 à 3,5°C pour plusieurs années. Une chute globale de 3 à 3,5°C peut conduire à une baisse de plus de 15°C dans les régions tempérées. Ce changement radical de l'environnement serait à l'origine de ce qui a été appelé un « goulot d'étranglement » de population chez les différentes espèces d' homnidés qui existaient alors. Cela a conduit à un isolement de la plupart des groupes, puis à leur disparition, sauf pour la branche la plus nombreuse ou ayant rencontré les conditions les plus favorables à sa survie, branche qui a conduit à l'homme moderne." (voir article complet sur le site wikipédia: la catastrophe de Tobra)

-On sait que l'activité sismique des planètes est liées à l'activité solaire, c'est à dire la fréquence et l'importance des irruptions solaires. Après une importante activité en 2007, cette activité aurait disparut en 2008. Donc le risque sismique ira en augmentant avec la reprise des irruptions qui  suivent une évolution cyclique, de même que l'activité sismique. Hors la caldeira de Yellowstone montre toujours des signes d'activité: située sous le lac de Yellowstone, entre 2004 et 2007, le fond du lac s'est soulevé de 18cm, puis les mouvements diminuèrent d'ampleur. Cette caldeira a exp, cellosé il y a 643 000 ans, et auparavant il y a 1,3 million d'années et 2 millions d'année. Nous sommes donc plutôt en fin de cycle menant à une nouvelle explosion, si l'étude du cycle solaire nous permet d'avoir une idée du prochain grand pic,nous pourrons avoir une idée de la date à laquelle le risque d'explosion sera majeure.

- Un autre facteur peut également augmenter le risque sismique: le changement de position du point vernal, c'est à dire la position du lever du soleil à l'équinoxe du printemps, qui correspond à une légère modification de
l'angle formé par l'élliptique de la révolution terrestre autour du soleil et le plan de l'axe de rotation de la terre, la position de ce plan variant de quelques fractions de degrés, peut influer sur le mouvement des plaques tectoniques donc sur l'activité sismique.
Ce changement devrait avoir lieu vers 2 200 si l'on se base sur le fait que l'entrée dans l'ère du poisson se situe au début du christianisme, qui, si l'on lit les passages bibliques relatif à la crucification du Christ, des phénomènes liés à une augmentation de l'activité tellurique y sont bel et bien décrit, et pourrait correspondre au changement du point vernal. On comprend que si une observation astronomique, des phénomènes telluriques ont été contemporains du martyr d'un leader religieux charismatique, cela a pu marquer les esprits.
Les mayas étaient passés maître en observation astronomique. Leur calendrier est basé sur l'observation de la précession des équinoxes et la position du point vernal; et leur calendrier s'arrête et fixe la fin du monde en 2012. tous les 2160ans environ, "le point vernal", c'est à dire le point du zénith où le soleil se lève à l'équinoxe du printemps change de constellation du zodiaque. Si l'on multiplie 2160 par douze, nombres de constellations du Zodiaque on obtient 25 920 ans. Probablement les mayas ont-ils observés que le changement du point vernal correspondait à un risque majeur sismique, ou tsunami ou volcanique. Ce qui s'explique très bien par le fait que le changement de position du point vernal correspond en fait à l'angle formé par l'élliptique de la révolution terrestre autour du soleil et le plan de l'axe de rotation de la terre, et que la position de ce plan varie de quelques fractions de degrés et peut influer sur le mouvement des plaques tectoniques donc sur l'activité sismique. Les mayas en auraient donc conclue que la position du point vernal à une extrémité de l'horizon correspondait à la création du monde, que chaque changement correspondait à un "vieillissement" du monde et donc quand le point vernal se situera à l'autre extrémité de l'horizon , ce serait...la fin du monde puisque le soleil disparaîtrait de l'horizon! Ce qui correspond tout à fait à leur mythologie, puisque les sacrifices de milliers de victimes au soleil, par les mayas ou les aztèques, n'avaient d'autres but que de "nourrir" le Dieu soleil, afin qu'il revienne après les éclipses par exemples. Ils n'avaient pas la notion d'un zodiaque réalisant un cycle de 26 000ans. Pour eux, c'était la fin du monde, un nouveau monde devait apparaître quand le Dieu soleil reviendrait.Mais on peut quand même remarquer que la croyance ancestrale de la vie liée au soleil, communes à de nombreux peuples anciens, correspond bien à une réalité scientifique perçue intuitivement.

Cependant, prendre en compte ce risque, n'empêche nullement de prendre des mesures pour limiter la production de gaz à effet de serre et une pollution dangereuse pour la santé humaine.
Mais la conclusion doit être que si nous ignorons QUEL risque nous encourons, nous savons que dans les deux cas de figure, ce risque est majeur. Souvenons nous de l'échec de la protection de la France par la ligne Maginot en 1939 parce que les chars allemands l'ont contournée par la forêt des Ardennes que des généraux français jugeait infranchissable par les chars allemands! Ne misons pas tout sur le réchauffement parce que le risque vulcanologique ne se manifeste jamais à l'avance et réalise un risque mortel pour le vivant à grande échelle, et a déjà été responsable par le passé de diverses extinction totales d'espèces, au permien, au tertiaire avec la disparition des dinosaures(séïsmes associés à la chute d'une météorite semblet-il), des homnidés excepté notre branche, avec l'explosion de Tobra, il y a 75 000 ans.
IL convient donc avant tout de mener une géopolitique permettant une organisation planétaire à même de gérer et limiter les conséquences d'un cataclysme planétaire quelqu'il soit. Pour cela, je vous invite donc à vous rendre sur le blog complémentaire -cartographie géopolitique-, (colonne de droite).
Cette organisation doit permettre:
- de prévoir une terre d'acceuil de toute population, en découpant la planisphère en grandes régions planétaires.
-de stocker des céréales et faire disparaître les déserts.
-d'obtenir une stabilité politique à l'échelle planétaire,
-de diminuer la croissance démographique, en rendant obligatoire la stérilisation des femmes après l'accouchement du quatrième enfant
(en Afrique le taux de natalité de certains pays est de 5 ou plus, enfants par femme). Il convient à ce sujet de saluer la politique de dénatalité de la Chine et de l'Inde qui sauve la planète d'un bilan écologique encore plus dramatique. Mais la politique de l'enfant unique en Chine fut source de grandes souffrances, surtout pour ceux qui perdirent leur unique enfant comme ce fut le cas lors de séïsme particulièrement  meurtrier.

- si en matière démographie on ne tient pas un language cohérent:
On entend à ce sujet des discours aberrant comme "la consommation énergétique en Afrique est bien inférieur à celle de l'Europe, c'est donc en Europe qui doit porter l'effort de dénatalité!"
-Absurde! On ne peut comparer les besoins énergétiques de l'Europe ou de la Chine à l'Afrique, car on doit tenir compte du facteur climatique, un climat rude une partie de l'année en Europe en Chine, impose une forte consommation énergétique liée au chauffage. L'Afrique dispose d'une énergie intarrissable toute l'année: l'énergie solaire de part son ensoleillement constant. Diminuer la natalité en Europe ne peut avoir pour conséquence que de favoriser un peu plus la migration africaine vers l'Europe, alors qu'il conviendrait de renverser le sens du flux migratoire.
-La création d'une région française dans le Sahara algérien, tel que la "Françalgérie" décrite dans le blog cartogaphie(voir colonne de droite, blog complémentaire) devrait le permettre. Ce territoire serait une juste compensation de l'augmentation des besoins des français crée par le flux migratoire venant d'Algérie après l'indépendance de l'Algérie jusqu'à nos jours, et les descendants de ces migrants.
-Tant que des enfants meurent de malnutrition en Afrique, l'effort doit porter sur une politique de contrôle des naissance autoritaire, encourager la stérilisation après le 3eme enfant, stérilisation obligatoire par ligature des trompes en post partum du quatrième enfant(immédiatement après l'accouchement). Car la terre africaine est acquise au prix d'une déforestation sur un sol peu profond et donc fragile. L'irrigation d'une terre déboisée aboutit à une évaporation et une augmentation de la salininité des sols en sels minéraux et les rendent impropres à la culture, cette terre devient semi aride, le pâturage de chèvres ou de moutons sur ces sols détruit les herbes ou épineux plus résistant et l'on obtient un désert définitif. Le désert est avant tout l'oeuvre de l'homme depuis des millénaire, depuis qu'il pratique l'élevage d'ovins ou caprins sur des terres déforestées.
La lutte contre la famine, la nécessité de stocker des céréales en cas de cataclysme majeur quelqu'il soit, la lutte contre le réchauffement climatique, passe par une politique de reboisement des terres désertiques et une exploitation raisonnée et raisonnable du sous bois( arbustes à fruits, élevage de vollaille, et même élevage de caprins pour nettoyer le sous bois et limiter le risque d'incendie quand on aura obtenu une forêt d'arbres hauts. Mais avant tout il convient de sauver de la déforestation, ce qui reste de forêts primaires, notamment dans l'hémisphère sud comme la forêt de Tanzanie, île au sud de l'Australie. Ces arbres immenses, de diamètre impressionnant, doivent être respecté et l'on pourra exploiter le sous-bois, sinon, le désert gagnera encore de nouvelles terres. Ces terres du Sud sont précieuses, la majorité des terres se trouvent dans l'hémisphère nord, et un cataclysme comme l'explosion de la caldeirade yellowstone peut rendre inhabitables la majorité de ces terres de l'hémisphère nord, du fait de la rotation de la terre, un nuage de poussière gagnant la stratosphère, devrait s'étendre à peu près du 30eme au 50eme parallèle, provoquer des pluies acides, serait toxique et radioactif, entraînerait probablement une galciation sur plusieurs années d'une bonne partie de ces terres. Protéger ces terres est donc une question de préserver l'espèce humaine.

-s'il n'impose pas une limitation des transports, notamment en dévelloppant des énergies diversifiées et locales et la consommation sur place de cette énergie par un complexe artisanal ou industriel.

- s'il n'est pas le départ d'une politique de désurbanisation des mégapôles et des zones à haut risque sismique.
Si on prend le cas de la caldeira de Yellowstone, c'est une grande partie des U.S.A qui devrait être rendu à la forêt ou à l'agriculture, et les zones urbaines en région frontalière, en Alaska, sur la côte ouest. Celà pourrait être aussi un sérieux coup de pouce pour diminuer les gaz à effets de serre:la reconstruction se ferait sur des normes écologiques, les villes américaines sont trop étendues, et les quartiers trop spécifiques(habitat, commercial, bureaux...) il y a toujours de grandes distances à parcourir entre le lieu du travail, le domicile, l'école, les magasins, voir...la boîte au lettre, et tout ce fait en voiture le plus souvent, les transports en commun étant peu utilisés et mal organisés (c'est tout au moins ce qui ressortait d'une émission télévisée). Comme jadis l'incendie de Rome permit de créer une nouvelle Rome avec de grandes artères sous Néron, la volonté de Napoléon III de contrôler Paris, dont les rues étroites permettaient aux révolutionnaires de faire facilement des "barricades", conduisit à l'aération de la ville et à son embellissement, sauver des millions d'américains d'une mort certaine le jour certain où la caldeira explosera, peut aussi être une occasion de revoir l'urbanisation sur un mode plus écologique. 

Le sommet de Copenhague est une belle initiative, mais qui restera sans intérêt s'il n'affirme pas que les frontières actuelles seront impossible à respecter si on n'organise pas la planète en régions planétaires permettant d'organiser une migration de survie et de lutter contre la désertification, s'il ne prévoit pas une réorganisation de L'O.N.U, décentralisant le pouvoir décisionnel et permettant des initiatives rapides, et efficaces, s'ils n'affirment pas le besoin de créer de nouveaux espaces d'échanges économiques, tout en respectant l'identité culturelle des peuples, s'il ne crée une réglementation universelle du travail et des règles écologiques, s'il  ne favorise pas la naissance d'états culturels forts capables d'imposer en Afrique une stabilité politique et donc un monde de paix et sans faim.
réorganisation de l'O.N.U(cliquer)
 
-Voir dans colonne de droite, lien blog complémentaire, cartographie géopolitique.
Lire article:- bâtir un monde viable, cliquer fin d'article réorganisation de l'ONU.
                   -organiser la planète en grandes régions planétaires,

Partager cet article

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans actualités
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite par email 18/08/2016 16:16

C’est pour la première que je viens de visiter votre site et je le trouve vraiment intéressant ! Bravo !

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages