Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

2568199925_1.jpgOn ne vous a pas oublié petites victimes de la "phtisie" ou encore "maladie des poumons", car c'est ainsi qu'on dénommait la tuberculose jadis, c'était une mort pour laquelle le surnom habituel "la grande faucheuse" convenait guère car, là, la mort prenait son temps, le fil de la vie n'était pas sectionné brutalement comme l'herbe sous la lame de la faux. Non, c'était une mort lente qui vous laissait le temps du désespoir, qui souvent comme ce fut votre cas, vous torturait jusqu'à l'asphixie après avoir vu autour de vous mourir ceux que vous aimiez dans les mêmes tourments que vous subissiez. L'une agonisait tandis que la maladie déjà avait prise sur une autre de ses soeurs.

 

Ma grand mère Marguerite n'est pas sur la photo, elle était la petite dernière de cette famille de cinq filles, la photo a donc dû être prise vers 1908, date de naissance de ma grand-mère,née trois ans après la plus jeune sur la photo, Alice.
Leur parents étaient des paysans d'un petit village savoyard.

-  Alexandrine est morte en 1913 à 19ans.
- A côté, Laurence, morte en 1925 à l' âge de 29ans.
- En bas à gauche, Eugénie, la seule épargnée par cette cruelle tueuse.
- A côté, Alice, morte à 12 ans en 1916. Pour Marthe, c'était une petite sainte, se rendant quotidiennement à l'église et qui dit à sa mère qui avait déjà enterré deux filles et ne pouvait contenir ses larmes: "Pourquoi tu pleures? Ne sois pas triste, tu sais bien qu'on va toutes se retrouver au Paradis!
-Marguerite à 18ans avait vu mourir trois de ses soeurs, elle même deviendra tuberculeuse et mourra en 1942.

 

- La tuberculose ne tuait pas au hazard.

- Souvent elle choisissait ses victimes, les jeunes, ceux que la pauvreté, l'insalubrité et la promiscuité des logements fragilisaient ou encore des conditions de travail malsaines, l'exposition au froid et à l'humidité. C'était l'oeuvre d'un bacille particulièrement résistant, qui pouvait survivre dans la literie ce que ces paysans ignoraient et aucune précaution n'était prise. Marthe était une miraculée!
En effet elle avait l'avantage d'être fille unique, ses parents étaient plus aisé. Mais sa mère ne croyait pas aux "microbes", elle croyait seulement au "vers", et la phtisie pour elle était provoquée par le froid humide: quand les filles allaient au lavoir et cassaient la glace pour laver leur linge,elles prenaient froid selon elle, car elles se mouillaient souvent. Sur ce point elle avait vu juste, le froid humide favorise diverses affections bronchopulmonaires y compris la tuberculose. Aussi quand une voisine vint la trouver en lui demandant de laisser dormir Marthe à côté de sa fille car cette dernière étouffait et très angoissée réclamait la présence de Marthe, la mère de Marthe n'hésita pas une seconde, elle avait le sens de la charité chrétienne et elle envoya Marthe chez la voisine. Marthe me dit que dès qu'elle fut à ses côtés, l'enfant se calma mais le lendemain matin elle mourut.
Bien des morts auraient pu être évités, même sans aucun traitement antibiotique, en isolant les malades, en améliorant les conditions de vie. Oh, rien d'extraordinaire, seulement le minimum, des conditions de travail et de logement compatibles avec le respect de la vie humaine.

 

- Alors au nom de toutes ces petites victimes, aujourd'hui je n'hésite pas à clamer haut et fort malgré l'omerta des "bien pensant" que je suis "sodomophobe", que je ne peux admettre qu'au nom de la tolérance on ait déculpabilisé, voir encouragé un comportement consistant à avoir des rapports sexuels par sodomie au mépris de la vie humaine.
A ses origines, il y a une vingtaine d'années, le Sida toucha de manière élective jusqu'à 80°/° de la population homosexuel masculine de certaines mégapôles. On constata également à cette époque que les rapports sexuels par voie anale chez la femme étaient un facteur favorisant majeur, pour deux raisons: ce type de rapport était à l'origine de petites lésions des muqueuses favorisant la pénétration du virus, et il n'y avait pas l'action immunitaire de défense certaine de la glaire sécrétée par les cellules du col cervical de l'utérus dans le vagin .
Un médecin généraliste dans je ne sais plus quel pays fortement affecté par le sida avait constaté que des prostituées appartenant toutes à une même tribu, n'était pas atteinte du sida: leur glaire vaginale était particulièrement efficace, le virus était neutralisé sans pouvoir pénétré, par contre elles pouvaient transmettre le virus d'un client à un autre par l'intermédiaire de la glaire si les rapports étaient rapprochés et le virus encore actif. On peut se demander également si l'utilisation de pillule contraceptive diminuant la production de glaire vaginale, n'a pas eu un rôle dans la propagation du virus chez la femme sous contraceptif (pillule minidosée notamment qui ont une action majeure sur la glaire).
Le virus du SIDA a donc trouvé un terrain favorisant sa transmission dans la communauté homosexuelle masculine. Hors on sait qu'un virus qui se multiplie a tendance à muter et acquérir une nouvelle virulence du fait des mutations: ce qui expliquerait que le sida, après s'être propager dans la communauté "gay" a acquis une nouvelle virulence lui permettant de franchir la barrière de la glaire vaginale, d'autant plus que de grandes populations de femmes sous pillule contraceptive ont une forte diminution de production de cette glaire.
Hors le SIDA, prépare le terrain à la grande tueuse, la tuberculose qui maintenant dispose de germes résistants à tous les antibiotiques. Depuis son apparition, la tueuse n'a cessé de nous faire revoir sans cesse notre arsenal contre elle, sans doute il nous faudra utiliser une biotechnique contre elle, mais ces techniques sont extrêmement couteuses. Hors si un bouleversement climatique se produit, la pollution, un climat chaud et humide, pourrait à nouveau rendre des populations entières à la merci de la grande tueuse.

 

lire également:

 

Les grands maîtres de la manipulation médiatique.

 

Hypothèse de l'origine vaccinale d'affections auto-immun: une explication biologique.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages