Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

-La vie publique de Jésus commence avec son baptême par St Jean Baptiste:

-Evangile de St Matthieu chap 3:

En ce temps là parut Jean Baptiste, prêchant dans le désert de Judée. Il disait: repentez vous, le royaume des cieux

est proche, Jean est celui qui avait été annoncé par Esaïe le prophète,lorsqu'il dit:

"c'est ici la voix de celui qui crie dans le désert: préparez le chemin du seigneur, aplanissez ses sentiers."

Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et

de miel sauvage. Les habitants de Jérusalem, de toute la judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se

rendaient auprès de lui; et confessant leurs péchés, ils se laissaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain.


Jésus est donc initialement un disciple d'un ascète comme les esséniens qui vécurent à cette époque, vivant en groupe masculin, en dehors des cités, se consacrant à la méditation et au prêche, sans avoir de rapport sexuel, ayant une alimentation si frugale qu'elle entraînait le plus souvent une mort précoce.
 Ce mouvement ascétique et fanatique, se dévelloppa du fait du traumatisme de la profanation du temple par les romains, de la pauvreté de la population, et de la perte de confiance dans le clergé de Jérusalem considéré à la solde des romains. Ce fanatisme religieux aboutira à la destruction du temple de Jérusalem, au massacre de la population par des bandes armées voulant assurer leur salut en détruisant tout ce qui était impur avant que Dieu ne se manifeste dans le jugement dernier(lire "la guerre des juifs") ce qui entraîna l'intervention de l'armée romaine puis la déportation de la population de Jérusalem de crainte que le fanatisme de la vision apocalyptique ne gagne d'autres communautés juives de l'empire romain, notamment à Alexandrie en Egypte. Cette relation causale, classe dirigeante considérée comme corrompue et misère sociale à l'origine d'un fanatisme religieux se voulant purificateur, ne cessera de se renouveller au cours de l'histoire des peuples juifs, chrétiens, musulmans.
Jésus semble avoir suivi dans un premier temps les pas de Jean Baptiste qui est selon l'évangile de St Luc, le fils d'Elisabeth, parente à Marie la mère de Jésus. Jésus jeunera  pendant 40 jours, il appellera au repentir "car le royaume de Dieu est proche " comme Jean Baptiste. Jean Baptiste aura la tête coupée sur ordre d'Hérode et tout comme lui Jésus s'en prendra à l'élite du pays les pharisiens.
- Mais cependant, on peut constater chez lui une évolution dans son enseignement qui semble avoir été influencé essentiellement par des rencontres féminines, et il abandonnera l'ascétisme excessif de type essénien de Jean Baptiste.
Son comportement pendant le sabbat rapporté par les évangiles est assez évocateur:

-Evangile selon St Marc, chap2- v 15 à 28:

- Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie se

mirent aussi à table avec lui et ses disciples; car ils étaient nombreux et l'avaient suivi. Les scribes et les pharisiens,

le voyant manger avec les publicains et les gens de mauvaise vie, dirent à ses disciples: pOurquoi mange t-il et

boit-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie? Jésus ayant entendu cela, leur dit: ce ne sont pas ceux qui

se portent bien qui ont besoin d'un médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes mais des

pêcheurs.

- Les disciples de Jean et les pharisiens jeunaient . Ils vinrent dire à Jésus:Pourquoi les disciples de Jean et des

pharisiens jeûnent-ils, tandis que tes disciples ne jeunent point? Jésus leur répondit: les amis de l'époux peuvent-ils

jeûner pendant que l'époux est avec eux? Aussi longtemps qu'ils ont avec eux l'époux, ils ne peuvent jeûner. Les

jours viendront où l'époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ce jour là. Personne ne coud une pièce de drap

neuf à un vieil habit; autrement, la pièce de drap neuf emporterait une partie du vieux, et la déchirure serait encore

pire. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement le vin fait rompre les outres, et le vin et

les outres sont perdus; mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves.

Par ces paroles, Jésus déclare que son enseignement ne s'adresse donc pas à une population élitiste, et pratiquant le judaïsme avec ferveur, mais à ceux qui ne sont pas ou peu pratiquant. Il est là non pas pour améliorer la pratique des plus fervents, mais pour apporter l'essentiel au grand nombre des ignorants, ceux qui ne font pas partie de la "bonne société".
- D'autre part, il compare son enseignement à une pièce de drap neuf, à du vin nouveau, et les juifs sûrs de leur bonne pratique à un vieil habit, de vieilles outres.
Son enseignement est nouveau et ne peut être reçu par ceux dont l'esprit est encombré par de vieilles pratiques ancestrales, manifestations extérieurs de la foi qui perdurent quand la foi a disparu. Et la foi a disparu chez ceux qui se refusent au prosélytisme, qui ignorent leurs frères, enfants d'un même Dieu.
- Dans un autre passage de l'évangile de St Matthieu, Jésus se déclare être "le fils de l'homme", c'est à dire le fils de l'Adam céleste premier esprit humain et pur selon la gnose croyance commune aux juifs et aux grecs, il peut donc décider si ses disciples doivent faire le sabbat ou pas.

-évangile selon Matthieu chap 12  versets 1à 8:

En ce temps là, Jésus traversa des champs de blé un jour de sabbat. Ses disciples, qui avaient faim, se

mirent à arracher des épis et à manger. Les pharisiens voyant cela, lui dirent: voici, tes disciples font ce qu'il

n'est pas permis de faire pendant le sabbat. Mais jésus leur répondit: N'avez vous pas lu ce que fit David

lorsqu'il eut faim, lui, et ceux qui étaient avec lui; comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea les

pains de propositions, qu'il n'était permis de manger ni à lui ni à ceux qui étaient avec lui, et qui étaient

réservés aux sacrificateurs seuls?Ou, n'avez vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat, les

sacrificateurs violent le sabbat dans le temple sans se rendre coupables?Or, je vous le dis, il y a quelque

chose de plus grand que le temple. Si vous saviez ce que signifie: je prends plaisir à la miséricorde, et non

aux sacrifices, vous n'auriez pas condamné des innocents. Car le Fils de l'homme est maître du Sabbat.

 

P1010486

 

Les trois femmes qui influèrent sur l'enseignement de Jésus

 

 

-Il y eut en premier, Marie, sa mère.
 Marie est la seule femme à être nommée comme Eve, la femme du premier homme, Adam, "la vivante".
(Adam serait en faite l'ancêtre commun d'une tribu vivant dans l'actuelle Arabie, chassée par la désertification et qui migra vers un lac en dessous du niveau de la mer, à l'emplacement de l'actuelle mer noire jusqu'à ce que la montée des eaux de la Méditerranée entraîne la rupture de la barrière du Bosphore, il y a plus de 7000ans, et la formation de la mer noire par envahissement du lac par les eaux de la méditerranée.lire: Quand religion, histoire, et évolution psychologique ne font qu'un... )

Elle fut enceinte de Jésus alors qu'elle était fiancée à Joseph. Peut être fut-elle victime d'un viol, en tout cas,comme cela se produit assez souvent, lors d'un premier rapport sexuel, elle fut enceinte sans que l'hymen ne fut rompue(selon des textes déclarés apocryptes par l'église, elle aurait été examinée au temple et le respect de la virginité constatée. D'autre part elle est parente d'Elizabeth, de la maison d'Aaron qui elle aussi fut enceinte dans des circonstances troubles, donc Marie est aussi de la maison d'Aaron, c'est à dire la caste des prêtres du temple).
Une chose est certaine, Jésus sait que Joseph n'est pas son père biologique, et se nomme plusieurs fois "le fils de l'homme", faisant en cela référence à une croyance gnostique: Dieu aurait crée un Adam parfait auprès de lui, c'est à dire un Adam sous forme d'un esprit humain pur.La race humaine descendrait du second Adam crée par des démiurges à partir de la boue, si imparfait qu'il ne pouvait se mouvoir. Dieu en eut pitié et mis en lui une étincelle divine. C'est à partir de là qu'Esséniens, gnostiques orientaux, puis en France plus tard, Cathare, crurent que la matière était oeuvre du Diable, qu'il convenait de nous débarrasser de notre envelloppe corporelle pour retrouver une vie d'esprit pur vivant dans la félicité auprès de Dieu. La croyance gnostique était répandue aussi bien chez les grecs que chez les juifs, ce qui explique que les disciples hébreux de Jésus prennent un nom grec(ex Pierre se nommait Simon).
Selon la gnose, la Eve du premier Adam aurait été violée et précipitée sur terre par des démiurges, elle retrouvera sa pureté originelle en perdant son envelloppe corporelle et retournant auprès du premier Adam.
Marie, était donc la vierge qui ne pouvait être souillée, la Eve ayant retrouvée sa pureté originelle, qui portait l'enfant du premier Adam qui devait conduire les hommes à se préparer au jugement dernier quand surviendra l'Apocalypse mettant fin à ce monde matériel de souffrances et laissant place au royaume de Dieu, un royaume d'esprit. Les hommes devaient mériter leur place auprès du premier Adam au sein d'un Dieu d' Esprit, et Jésus, fils du premier Adam, était là pour les guider.

Mais Jésus s'émancipa de cet enseignement:
-évangile selon ST Marc, chap 3, v 1 à 35:

Jésus entra de nouveau dans la synagogue. Il s'y trouvait un homme qui avait une main sèche. Ils

observaient Jésus, pour voir s'il le guérirait le jour du Sabbat: c'était afin de l'accuser....il leur dit: est-il

permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal, de sauver une personne ou de la tuer? Mais ils

gardèrent le silence. Alors, promenant ses regards sur eux avec indignation, et en même temps affligé de

l'endurcissement de leur coeur, il dit à l'homme:Etend ta main. Il l'étendit, et sa main fut guérie.

Les pharisiens sortirent, et aussitôt se consultèrent avec les hérodiens sur les moyens de le faire périr.

Jésus était donc un guérisseur, et ce passage relate simplement des soins à une personne présentant

probablement un eczéma de la main, et il considérait que la souffrance devait être soulagée au plus vite,

quitte à enfreindre un règlement social et religieux: le Sabbat, qui, dira t-il encore," a été fait pour l'homme et

non l'homme pour le Sabbat".

Jésus se retira vers la mer avec ses disciples. Une grande multitude le suivit de la Galilée, et de la Judée, et

de Jérusalem, et de l'Idumée, et au delà du Jourdain, et des environs de Tyr et de Sidon, une grande

multitude apprenant ce qu'il faisait, vint à lui. Il chargea ses disciples de tenir toujours à sa disposition une

petite barque, afin de ne pas être pressé par la foule. Car comme il guérissait beaucoup de gens, tous ceux

quiavaient des maladiesse jetaient sur lui pour le toucher. Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se

prosternaient devant lui, et s'écriaient: tu est le Fils de Dieu. Mais il leur recommandait très sévèrement de ne

pas le faire connaître.


- Jésus donc doit sa popularité à ses talents de guérisseur, et refuse d'être appellé "fils de Dieu". Il parle de lui comme étant "le fils de l'homme", le fils du premier Adam qui est céleste et dont l'esprit est entièrement pur. En effet, chez les grecs ou les égyptiens, des vierges sont mises enceinte par des Dieux, pour les juifs, y compris Jésus, croire en une union entre Dieu et une mortelle est blasphème car Dieu est esprit, la matière étant oeuvre dans la gnose des Eons, créateurs imparfaits ou démiurges ou encore démons bibliques, issues du seul Dieu intemporel et d'esprit pur et parfait. Il est probable que sous l'influence populaire et greco-romaine dans laquelle se dévelloppa le christianisme primitif, la notion complexe de "fils de l'homme" fut assimilé à "fils de Dieu" donc Dieu lui même tel que s'autoproclamèrent l'empereur macédonien Alexandre le grand, et après lui des empereurs romains. De même la représentation de Dieu sous les traits d'un vieil homme solide et barbu, n'est pas sans évoquer Zeus, Dieu grec dominant sur les autres Dieux grecs. En effet à aucun moment Dieu n'a visage humain dans la bible, et l'homme est semblable à Dieu de part sa nature créatrice.
Matthieu, rédacteur de cet l'évangile qui fut faite bien après la mort de Jésus, interpréta sans doute l'interdiction faite par Jésus de l' appeler fils de Dieu, comme une volonté de ne pas vouloir être reconnu trop tôt, alors que pour Jésus, comme pour tout autre juif, cette appellation était blasphématoire.
D'autre part, cette précaution de Jésus de ne pas vouloir être reconnu, allait mal avec le caractère provoquant de Jésus qui n'hésitait pas à défier oralement ses détracteurs et se sauver in extrémis pour échapper à une lapidation.

Il monta ensuite sur la montagne; il appela ceux qu'il voulut, et ils vinrent auprès de lui. Il en établit

douze, pour les avoir auprès de lui, et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les démons...

Il se rendirent à la maison, et la foule s'assembla de nouveau, en sorte qu'ils ne pouvaient même pas prendre leur repas.

Les parents de Jésus, ayant appris ce qui se passait, vinrent pour se saisir de lui; car ils disaient: Il est hors

de sens

Et les scribes qui étaient descendus de Jérusalem, dirent: il est possédé de Béelzébul; c'st par le prince des

démons qu'il chasse les démons. Jésus les appela, et leur dit sous forme de paraboles: Comment Satan

peut-il chasser Satan? Si un royaume est divisé contre lui même, ce royaume ne peut subsister; et si une

maison est divisée contre elle même, cette maison ne peut subsister. Si donc Satan se révolte contre lui

même, il est divisé, et il ne peut subsister, mais c'en est fait de lui. Personne ne peut entrer dans la maison

d'un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort; alors il pillera sa maison. Je

vous le dit, tous les péchés seront pardonner aux fils des hommes, et les blasphèmes qu'ils auront proférés:

mais quiconque blasphèmera contre le Saint Esprit n'obtiendra jamais le pardon: il est coupable d'un péché

éternel. Jésus parlaainsi parce qu'il disaient: il est possédé d'un esprit impur.

Survinrent sa mère et ses frères qui se tenant dehors, l'envoyèrent appeler. La foule était assise autour de

lui, et on lui dit:Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit: Qui est ma mère, et

qui sont mes frères? Puis jetant des regards sur ceux qui étaient assis autour de lui: voici, dit-il,ma mère et

mes frères. Car quiconque fait la volonté de Dieu, celui là est mon frère, ma soeur, et ma mère
.

Dans ce texte, Jésus se démarque nettement de la solidarité tribale et montre sa détermination à fonder une communauté spirituelle aussi solidaire qu'une vraie famille. Il s'émancipe de la tutelle de Jean Baptiste, et probablement de celle de sa mère:
Il n'est pas là en tant que "purificateur-exterminateurs" tel que les esséniens et Jean Baptiste,voir sa mère, le conçevaient et ce qui sera également la conception, bien plus tard, des inquisiteurs du Vatican, ou encore des nazis, mais puisqu'il est "le fils de l'homme", c'est à dire de l'Adam spirituel, il sera plus fort que les démiurges et sera faire régner dans le coeur de chaque homme, l'étincelle spirituelle émanant du seul Dieu pur et d'esprit qui dominera sur la matière et dont la mort nous libère. En effet, après la mort, il reste l'âme, étincelle d'esprit du Dieu supérieur qui demeurera éternellement unie à ce dernier. A ceux qui lui demanderont si une femme, veuve plusieurs fois, s'est remariée plusieurs fois, de qui sera t-elle l'épouse après sa mort, Jésus répondit: de personne car après la mort, il n'y a plus ni homme ni femme, mais seulement des esprits au sein de Dieu dans la lumière de sa félicité et de sa vérité.
Si Marie, sa mère reste des plus discrètes, il semble que cela fut de la volonté même de Jésus.
Evangile de Luc chap 11, verset 27:...tandis que Jésus parlait ainsi, une femme élevant la voix du milieu

de la foule, lui dit:heureux le sein qui t'a porté! Heureuses les mamelles qui t'ont allaité! E t il répondit:

Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent!


Il y eut en second, une païenne, cananéenne selon St Matthieu, grecque selon St Marc:
Marc chap 7 verst 24 à 30

Jésus, ...s'en alla dans le territoire de Tyr et de Sidon. Il entra dans une maison, désirant que personne

ne le sache; mais il ne put resté caché. Car une femme, dont la fille était possédée d'un esprit impur,

entendit parler de lui, et vint se jeter à ses pieds. Cette femme était grecque, syrophénicienne d'origine.

Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille.Jésus lui dit: laisse d'abord les enfants se rassasier; car il

n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. Oui, Seigneur, dit elle,

mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maïtres. Alors il lui dit:

A cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille.Et quand elle rentra ..elle trouva l'enfant couchée

sur le lit, le démon étant sorti.

Ces sentiments de possession par un démon renvoie à des tableaux psychiatriques ou d'agitation chez un enfant lors d'un épisode fébrile, dont une grande angoisse est souvent l'élément de déclenchement ou d'accompagnement prédominant. Quand il s'agit d'un enfant,parfois c'est l'angoisse de la mère qui est ressentie et perturbe l'enfant, en rassurant la mère, n'apaise indirectement l'enfant De part son aura de sauveur et ses talents de guérisseur, Jésus est donc dans ce cas un habile psychothérapeute de l'angoisse.
Une païenne, cananéenne selon l'évangile de Matthieu, une grecque selon St Marc, s'adresse donc à Jésus pour calmer l'agitation de son enfant. Dans l'évangile de Matthieu, Jésus répondra également: "je n'ai été envoyé qu'aux brebis égarées de la maison d'Israël."
Il est plus probable que cette femme fut grecque, car des grecques, notamment les grecs gnostiques, s'interressèrent à l'enseignement du judaïsme, mais en général, ils refusaient la circoncision et ne pouvaient donc être convertis au judaïsme. Ils étaient autorisés à rester sur le parvis du temple pour suivre le prêche juif, et les juifs les nommèrent "les gentils" du fait de l'intérêt qu'ils portaient au judaïsme. Jésus lui fait donc remarquer qu'elle n'est pas juive et ne peut donc bénéficier de son aide puisqu'il intercède auprès du Dieu des juifs, elle lui rappelle que les grecs acceptent une position humiliante pour s'instruire religieusement au temple, ils ont des "miettes d'enseignement" et peuvent donc bénéficier de miettes de secours divin.Jésus, dont l'enseignement s'adresse aux humbles, pauvres, marginaux, ne peut qu'être touché par l'humlité de cette femme.
C'est peut être cette rencontre qui expliquera un changera d'attitude chez lui:
Dans l'évangile de Matthieu, (chap 10, verset 1à 15) Jésus dit à ses apôtres: "n'allez pas chez les païens, et n'entrez pas dans les villes des samaritains (les samaritains étant les descendants d'assyriens ou autres peuples transplantés dans le cadre d'une politique de colonisation assyrienne ancienne et convertit à un judaïsme moins rigoureux); alez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Allez préchez et dites: le royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressucitez les morts(il est probable qu'à cette époque un simple malaise lipothymique était considéré comme une mort suivie d'une ressurection, tant ce phénomène semble courant aussi bien dans la bible que dans le Coran!), purifiez les lépreux, chassez les démons."
Mais dans l'évangile de St Jean, Jésus s'adresse à une Samaritaine en lui demandant à boire, devine son passé comme le ferait une voyante, sans doute servit par son sens très aigü de l'observation, et par son entremise, gagne la foi d'un groupe de samaritains.
-Dans la parabole du bon samaritain, on constate qu'il n'est plus question de préparer une communauté juive au jugement dernier, mais de former une communauté harmonieuse avec tous ceux qui se considèrent comme "proche" au sein d'une solidarité sociale, basée non pas sur des liens tribaux mais sur des valeurs morales communes. La conception de la communauté chrétienne est née:

-Evangile de Luc, chap10, verset 25 à 37:

-Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver:Maître, que dois je faire pour hériter de la vie

éternelle?Jésus lui dit: Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis tu? Il répondit: tu aimeras le seigneur ton dieu de

toute ton âme, de toutes ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi même. Tu as bien

répondu, lui dit Jésus; fais cela et tu vivras. Mais lui, voulant se justifier, dit àJésus: et qui est mon prochain?

Jésus reprit la parole et dit: "un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba aumilieu des brigands,

qui ledépouillèrent, lechargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort.Un sacrificateur, qui

fortuitement descendait par le même chemin, ayant vu cet homme passa outre. Un lévite, qui arriva aussi

dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. Mais un samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de

compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit

sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui.Le lendemain, il tira deux deniers, les

donna à l'hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépensera en plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de

ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands? C'est celui qui a

exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: Va, et toi, fais de même.

  
La troisième femme jouera un rôle majeur, c'est Marie Madeleine, son épouse, à qui, se sachant condamner, il confiera la direction de la communauté chrétienne primitive.
L'évangile de Marie Madeleine, nous montre pourquoi et comment Pierre l'évinça.
Puis Paul s'attacha à limiter le rôle des femmes dans l'église naissante.

 

P1010429

 

Jésus l'homme qui mourut pour avoir été féministe, Mariamne fut sa compagne.

 

La tradition catholique en fit une prostituée repentie, occultant son rôle majeur dans la communauté chrétienne primitive, et principal auprès de Jésus.
La première femme juive émancipée par l'amour que lui porta Jésus le nazaréen, celui que les chrétiens nommeront "Jésus-Christ".
Mais aussi la première victime du sexisme chrétien dès la mort de Jésus.
L'histoire de Mariam est indissociable de celle de Jésus.  Aussi allons nous commencer par raconter l'histoire de Jésus que les découvertes archéologiques modernes éclaire d'un jour nouveau.
Selon les évangiles canoniques(sélection arbitraire par l'église des textes évangéliques sur lesquels se bâtit le dogme chrétien), Jésus serait né d'une vierge "Marie".
Dans l'antiquité, des naissances miraculeuses de "vierges" auquels des Dieux s'unissent sont nombreuses, chez les grecs comme chez les égyptiens, et bon nombre de personnages légendaires, ayant existés ou non, ont eu une naissance ou une enfance miraculeuse. Mais en ce qui concerne les juifs, Dieu ne pouvait être lié à un être humain, il s'agissait d'un blasphème païen.
Jésus est née dans la Palestine sous domination romaine, où l'opposition à l'occupant allait grandissante, beaucoup espéraient en un Messie, envoyé de Dieu pour les conduire sur le chemin de la renaissance du peuple juif libéré.
Selon les évangiles canoniques, Joseph s'apprétait à répudier Marie, sa fiancée enceinte, avec qui il n'avait eu aucun rapport sexuel quand "un ange" vint l'avertir en songe de ne rien en faire que la conception de cet enfant était la volonté de Dieu et de l'appeller "Jésus" ce qui signifie "libérateur". Le choix de ce nom indique clairement la croyance de Joseph en la prédestination de l'enfant à libérer son peuple.
Plusieurs récits sur la naissance de Jésus ont circuler après la cruxification: son géniteur aurait été romain du nom de Pantheas..., sa mère aurait été présentée au temple et l'intégrité de l'hymen constaté... Elle devait être amenée par Joseph pour servir au temple (et c'est un neveu de Joseph qui serait le géniteur de Jésus), car de même que dans les temples grecs païens, des jeunes filles vierges pouvaient servir au temple.
Si Joseph voulait épargner Marie, c'est que probablement il la tenait pour innocente car sinon elle encourait la peine de mort par lapidation. Tel était en effet la peine encourue pour la femme adultère ou la jeune fille perdant sa virginité, sauf si selon la loie de Moïse, il s'agissait d'un viol et que des témoins pouvaient attester qu'elle avait crier pour être secourue. Ainsi la lapidation était aussi le châtiment d'un viol sans témoin!
D'autre part, il peut y avoir fécondation sans rupture de l'hymen ou pénétration incomplète, ou cicatrisation après un rapport unique, voir petite déchirure sans saignement. 
Il est donc probable que c'est ce qui s'est passé pour Marie, mère de Jésus, l''intégrité de l'hymen donna à penser qu'elle n'avait pas été "souillée", mais sa grossesse remit tout en question. On sait que Joseph était veuf sans enfant, âgé semble t-il. Selon les auteurs, lui ou Marie seraient descendants du roi David, et c'est de sa descendance qu'un messie était attendue "né d'une fille de Sion"(autre nom d'Israël). Alors, comme tout le monde sait, la nuit porte conseil, et Joseph à son réveil tint le raisonnement suivant: comme Israël, Marie, fille de Sion avait été souillée, mais Dieu avait effacée l'outrage, cet enfant était "oint par le seigneur" , le Christ rédempteur qui régénèrera Israël. Pour les hébreux, seul l'homme possèdait "la vie" à l'image de Dieu. La capacité à donner la vie indibutablement lié au sexe de l'homme, la femme ne faisait que recevoir et elle ne pouvait avoir accès à la vie éternelle de l'esprit. En tant que juif, Joseph ne pouvait croire à une union charnelle entre Dieu et Marie, mais Dieu avait fait d'elle "une vivante", surnom que les premiers chrétiens donnèrent aussi à Marie, et donc ainsi le pouvoir de concevoir, il l'avait "consacré", son corps était un temple de Dieu inviolable d'où l'intégrité de l'hymen. Jésus dira de lui même, je suis la vie, je donne la vie, sous entendu la vie éternelle de l'adam primitif androgyne pour les adeptes de la gnose.
Il existe encore de nombreux mystères dans la vie de Jésus, mais on sait également maintenant des vérités que l'on ne peut ignorer sans être de parfaite mauvaise foi.

- Le rôle majeur des femmes tenu dans son ministère et qui en sont même à l'origine, au grand scandale d'une société patriarcale aussi bien chez les juifs que chez les romains:
*De part sa naissance particulière, donc de part sa mère, il est dès sa conception considéré comme prédestiné à sauver le peuple juif. D'autre part, sa mère chez les chrétiens d'Orient connu un véritable culte qui n'est pas sans rappeller une version de la gnose dans laquelle, la partie féminine du Dieu bon androgyne serait tombée sur terre, et que le Dieu bon devait par l'esprit s'unir à elle par l'esprit, et s'incarner ensemble en Jésus.
*Au début de son ministère, comme Jean Baptiste et les esséniens, il appelle à la repentance dans une vision apocalyptique, et ne s'adresse qu'aux juifs et non aux samaritains considérés comme indignes de l'alliance par les autres juifs car métissés avec d'autres peuples. C'est une cananéenne qui le fera changer d'avis:
évangile de Matthieu 10- (5 à 10): N'allez pas vers les païens, et n'entrez pas dans les villes des Samaritains; allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël...
Matthieu 15(21 à 28): ...Et voici une femme cananéenne ...lui cria: Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David! Ma fille est cruellement  tourmentée par le démon... Il lui répondit: Je n'ai  été envoyé qu'au brebis perdues de la maison d'Israël.
Mais elle vint se prosterner devant lui, disant: Seigneur secours moi! Il répondit: il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jetter aux petits chiens(Jésus, compare donc les cananéens à des chiens!) Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maïtres. Alors Jésus dit "femme ta foi est grande; qu'il te soit fait comme tu le veux. Et à l'heure même sa fille fut guérie.
*Quand il se rendra en Samarie, il ne sera pas reçu, parce qu'il était juif et que juifs et samaritains se haïssaient, c'est encore une femme, une samaritaine qui lui donnera de l'eau et qui le reconnut comme Messie
*Arrêté, il est abandonné de tous et ce sont "des femmes qui le suivent de loin," peut être prévenu par ce mystérieux "jeune homme nu" recouvert d'un drapqui suit Jésus et les juifs qui l'arrêtent et qui échappe à ceux qui veulent l'appréhender en lâchant le drap. S'il était nu c'est que probablement il avait quitté ses vêtements pour ne pas être reconnu, un romain peut être ou qu'il avait  traversé de l'eau.
*Au pied de la croix, trois femmes: 
Evangile de Jean19 (25à 27): Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala (nom de Marie Madeleine dans l'évangile) . Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: "Femme voici ton fils". Puis il dit au disciple:"Voilà ta mère." Et dès ce moment, le disciple la prit chez lui.
Qui était donc ce disciple? Au pied de la croix, sa mère, sa tante, sa compagne(voir évangile de Philippe, page "évangiles apocryptes prochainement"). Toutes trois répondant au prénom de Marie(ou Maria ou Mariamn) comme sa mère et toutes les femmes des évangiles qui cite également Marie de Béthanie et sa soeur Marthe, prénom derivée de Maria. Donc ce disciple que Jésus aimait c'est Mariamn (ou Marie de Magdala ou Marie Madeleine). Hors, il ne dit pas "voici ta femme" mais "voici ton fils", signifiant que son esprit restera uni à celui de Mariamn, ce que l'église dénommera plus tard "esprit sain" qui unit la communauté des croyants, et donc là encore, Mariam apparaît , au pied de la croix désigné pour remplacer Jésus auprès des siens. C'est aussi une consolation pour sa mère: l'esprit de son fils restera en Mariamn. L'église a glorifié qu'une Marie: la mère de Jésus et selon une concption judaïque: le réceptacle pur du fils de Dieu. Alors que pour Jésus, elle était bien autre chose qu'un vase sacré recevant la vie d'un enfant consacré à Dieu. Quand Jésus à 12ans se rend à Jérusalem, à la fête de Paques, ses parents au retour ne s'aperçoivent pas qu'il n'est pas parmi eux. Après avoir rebrousser chemin, au bout de trois jours, il le retrouveront assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Tous ceux qui l'entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. Quand sa mère lui demande pourquoi il a agi de la sorte et les a angoissés, il répond:  "Ne savez vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon père." Mais, nous dit l'évangile de LUC, ses parents ne comprirent pas ce qu'il disait. L'attitude du clergé de Jérusalem à son égard est difficile à connaître, mais on peut en conclure qu'adolescent, Jésus considérait Dieu comme son père et non joseph, sa mère comme l'épouse de Dieu, et donc explique le respect et l'intérêt qu'il portait aux femmes. C'est peut être vers 12 ans qu'il appris le secret de sa naissance. 
*Mais lisons l'évangile apocryphe de Marie(de Magdala):
...Simon Pierre leur dit:"Que Mariam(Marie Madeleine) nous quitte, car les femmes ne sont pas dignes de la Vie."
Jésus dit:"voici que moi je l'attirerai afin de la faire mâle, de façon à ce qu'elle aussi devienne un esprit vivant semblable à vous, les mâles. Car toutes femmes qui se fera mâle entrera dans le royaume des cieux."

...André prit alors la parole et s'adressa à ses frères: "Dites, que pensez vous de ce qu'elle vient de raconter? Pour ma part, je ne crois pas que l'enseigneur ait parlé ainsi; ces pensées diffèrent de celles que nous avons connues"
Pierre ajouta: "est-il possible que l'Enseigneur se soit entrtenu ainsi, avec une femme sur des secrets que nous ignorons? Devons nous changer nos habitudes; écouter cette femme? L'a-t-il vraiment choisie et préférez à nous?
...Alors Marie pleura. Elle dit à Pierre: Mon frère Pierre qu'as tu dans la tête? Crois tu que c'est toute seule, dans mon imagination que j'ai inventé cette vision, ou qu'à propos de notre enseigneur je dise des mensonges?
...Lévi prit la parole:" Pierre, tu as toujours été un emporté; je te vois maintenant t'acharner contre la femme comme le font nos adversaires. Pourtant si l'enseigneur l'a rendue digne, qui es tu pour la rejeter? Assurément l'enseigneur la connaît très bien...Il l'a aimée plus que nous.Ayons donc du repentir, et devenons l'être humain dans son entièreté; laissons le prendre racine en nous et croître comme il l'a demandé. Partons annoncer la bonne nouvelle sans chercher à établir d'autres lois en dehors de celle dont il fut le témoin."
Et Lévi rappelle ensuite que  Jésus l'a aimée plus que les autres apôtres.

Ainsi pouvons nous reconstituer la véritable histoire de Jésus et Mariam, occultée par l'église catholique et romaine, héritiaire du  temple de Jérusalem.
Dès son adolescence, Jésus reçoit un enseignement mystique et est préparé à être un leader spirituel et nationaliste.
Mais il se démarqua de son héritage judaïque en se considérant comme redevable envers Dieu seul, il se tourna vers une spiritualité d'harmonie et ouverte incompatible avec la partialité et agressivité d'un leader de révolte nationaliste d'un pays occuppé. Croyant lui aussi à "la fin des temps" et l'embrasement du monde", il parvint à la conclusion que cet embrasement résultait de l'absence d'harmonie sociale, elle même résultant de frustrations individuelles, elle même résultant d'une piètre spiritualité, elle même résultant de notre imperfection, imperfection qui ne pouvait se corriger qu'en retrouvant l'unité androgyne, et donc dans l'harmonie du couple et en donnant à la femme sa place dans la société.
Dans un premier temps, il marche sur les pas de Jean Baptiste, prêchant la repentance et la crainte de Dieu, la purification du temple. Il veut rassembler les juifs autour de lui, les affranchir du monde matériel qui doit disparaître, pour appartenir au monde de l'esprit du "Dieu vivant". C'est un prêcheur apocalyptique.
Mais le lien qui l'unit à sa mère, sa recherche paternel qui de par sa naissance le conduise à la recherche du Divin, son intelligence observatrice, vont lui donner une évolution individuelle unique: dans cet univers dominé par des hommes et des Dieux masculins, il va, dans un deuxième temps, s'interresser à l'esprit féminin, à la méditation comme à la sensualité.
Son Dieu est androgyne, l'homme et la femme sont comme deux parties d'une unité complémentaire, il prône la recherche de l'âme soeur, l'harmonie spirituelle qui dans l'union charnelle permet de retrouver la perfection de 
"l'Adam premier", être parfait spirituel issu du Dieu parfait et androgyne règnant sur le monde spirituel.
Dans sa philosophie religieuse, synchrétisme (religion puisant à plusieurs sources religieuses) de diverses pensées religieuses orientales(gnose grecque et judaïque, bouddhisme?, mystères égyptiens, mithraïsme d'origine indo-arienne), Jésus prônait une société moderne, ouvertes aux femmes et aux étrangers vertueux, de rechercher l'âme soeur, pour l'homme la femme n'était plus un objet convoîté et réceptacle de "sa semence", mais un esprit s'unissant au sien, lui apportant équilibre et sérénité. Du Judaïsme orthodoxe, il gardait le conseil de fuir le célibat.
Dans cette société confuse et violente, nageant dans l'angoisse existencielle nourrissant la folie meurtrière, il apportait les deux remèdes à l'angoisse existencielle débouchant sur le délire ou le suicide parfois collectif: la sérénité méditative et l'Amour total de son conjoint - âme soeur, l'amour des autres par la compréhension (amour de l'ennemi pris dans le sens "adversaire", et non pas le pervers qui tire jouissance de la souffrance des autres, qui lui, doit être retranché de la société: "mieux vaux perdre une branche pourrie que l'arbre")
Dans un troisième temps il refuse donc de devenir l'héritier de David qui rétablit un royaume juif, il veut être un leader spirituel, harmonisant les rapports entre les hommes et entre les hommes et les femmes. Il prêche au temple, au risque à la fin de se faire lapider, il dirige une communauté ouverte aux femmes et dont il lègue la direction à sa compagne Mariam quand il se sait condamné, provoquant la réprobation de l'apôtre Pierre qui probablement évincera Mariam. Pierre oeuvrera pour rétablir des rites judaïques et comme Paul "l'apôtre des païens", critiqueront les femmes qui prêchent.
L'influence du Judaïsme dans l'église dite "du Christ" est évidente quand on sait que la femme qui était avec Jésus un esprit à l'égal de l'homme, redevient assujetti à l'homme au point qu'il faudra un concile pour savoir si la femme avait une âme. Finalement ce sera Marie, mère de Jésus qui nous sauvera, pauvres femmes, puisque on ne pouvait décemment pas lui nier une âme et donc par conséquent nier une âme aux autres femmes!
L'encouragement au célibat est apparu dans la gnose gréco-judaïque, la femme empêchant la concentration de la méditation, l'encouragement au célibat a été fait uniquement par St Paul qui ne connut jamais Jésus de son vivant et appartenait selon lui à la caste des pharisiens, souvent critiqué par Jésus pour leur orgueil. Jésus ne prêcha jamais le célibat mais déclara : "n'avez vous pas lu que le créateur, dès l'origine, les fit Homme et femme?...Ainsi donc, l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme et les deux ne feront qu'une seule chair."
La loi juive encourageait le mariage et réprouvait le célibat, Jésus est appellé plusieurs fois "rabbi" dans les évangiles, c'est à dire "rabbin". S'il l'était, il devait être marié. De même, sans doute interrogé sur cette tendance des juifs mystiques(influence de la gnose greque), même mariés, de s'abstenir de relations sexuelles, Jésus répondit:
"il y en a qui sont eunuques et qui ne servent pas Dieu, et il y en a qui se font enuques pour servir Dieu, comprend qui pourra !"
Au sein d'une église qui sans le savoir se réclame d'un féministe, la femme reste inféodée à l'homme, pas de femmes ordonnées prêtres. Tout comme les premières femmes qui suivirent Jésus et prirent le nom de Marie, bien des jeunes filles devenant religieuses changeaient leur prénom par un prénom commençant par "Marie", mais elles n'ont pas droit de chercher l'âme soeur, comme Mariam elles doivent garder l'esprit de Jésus portaient une alliance en tant "qu'épouses de Dieu" devinrent des veuves innombrables, alors que Jésus conseillait aux jeunes veuves de se remarier contrairement à des usages orientaux ayant toujours cours de nos jours.
En France au moyen âge apparut la religion cathare dans le sud de la France en réaction à la luxure des grands prélats de l'église. Comme les zélotes, il croyait à un monde matériel dépendant du diable et on pouvait craindre de leur part des excès fanatiques également. Mais ils donnaient à la femme sa place dans la discussion religieuse, ce que les catholiques leur reprochaient, un religieux caholique refusa de discuter avec eux en présence d'une femme dont le rôle était selon lui, de cuisiner ou broder. C'est oublier ce passage d'évangile "canonique" dont reconnu par l'église:
évangile de Luc 10(38)-11: ..Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une soeur Marie, qui, s'étant assise au pied du seigneur, écoutait sa parole. Marthe occupée à divers soins domestiques survint et dit: Seigneur, celà ne te fait il rien
que ma soeur me laisse seule pour servir? Dis lui donc de m'aider. Le Seigneur lui répondit: Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisie la bonne part et elle ne lui sera pas ôtée. 
Paradoxalement des musulmans intégristes qui ne connaissent que le Coran et exècrent le Judaïsme, donne à la femme la place qui était la sienne dans le judaïsme de Jérusalem antique, oubliant que le Coran se réfère à Jésus qualifié d' "homme parfait" , et par là même renient ce qu'ils prétentent tenir pour sacré!


Finalement, Jésus se fera probablement consacrer héritier de David, mais la description de la cène où il dit "ceci est mon sang, verser pour vous, prenez et buvez, et rompant le pain "ceci est mon corps, prenez et mangez" révèle un rite
mithraïque de communautés secrètes répandues dans l'empire romain(voir page à ce sujet publiée prochainement)
Judas le livre probablement avec son accord, car il entend être sacrifier pour sauver son monde de l'embrasement et en pratiquant un rite mithraïque faire de sa communauté une communauté judaïque, intégrant les communautés mithraïques. Mais Pilate se montra avisé, il ne condamna pas lui même Jésus en tant qu'agitateur voulant renverser le pouvoir en place, mais ce sont les juifs qui réclamèrent sa mort par cruxifiction, mort douloureuse et ignominieuse, l'agonie par asphixie lente pouvant durer trois jours. Puis à la grande colère des juifs, il fit mettre une inscription au pied de la croix "Jésus roi des juifs", ainsi l'héritier du trône de David mourrait condamné par le Sanhédrin comme hérétique, ce qui discrèditait et tuait encore plus sûrement la descendance de David. Mais selon les évangiles, à la fin de son agonie, des phénomènes évoquant un phénomène sismique sont décrit, ces manifestations naturelles sont évidemment interprétées comme de nature divine, et, selon ses opinions, chacun en tira sa conclusion:
- Les disciples de Jésus y virent une manifestation divine de reconnaissance de la nature divine de Jésus
- Les juifs comme la manifestation de la colère divine pour avoir voulu faire roi un hérétique et sa malédiction sur la lignée de David. Pour les zélotes qui par la suite attaquèrent Jérusalem et incendièrent le temple, la volonté de Dieu de détruire le temple de Jérusalem et purifier, par le fer et le sang versé, la ville. Une folie meurtrière dont précisément Jésus voulait sauver ses contemporains.

Jésus cependant  a probablement survécut à la crucifixion. En effet, pour abréger le supplice, on pouvait fracturer les jambes des condamnés qui, ne pouvant plus prendre appui sur leurs jambes pour respirer, mourraient asphixiés rapidement. Hors, comme Jésus avait été cruxifié entre deux zélotes(juifs en révolte contre le Temple jugé corrompu et l'occupant romain) pendant la préparation du sabbat, l'ordre fut donné de leur rompre les jambes afin de pouvoir enlever les corps avant le sabbat. C'est ce que firent les soldats pour les deux zélotes, mais Jésus, sous prétexte qu'il était déjà mort (en fait probable perte de connaissance) reçut simplement un coups de lance sur le flanc. Pilate autorisa Joseph d'Arimathée à prendre le corps de Jésus où il l'amena dans un tombeau en pierre neuf, c'est à dire une petite salle creusé dans la roche dans laquelle on laissait sur une dalle en pierre le cadavre se décomposer avant de receuillir les ossements dans un ossuaire. On peut supposer qu'il fut évacué dans la nuit, et c'est encore des femmes dont Marie de Magdala, la compagne de Jésus, qui trouvèrent le tombeau vide le matin et annoncèrent sa résurrection.   

- lire la revue n° 28 déc 2006 "les grands mystères de l'histoire" pour qui s'interresse à la Gnose et les textes apocryphes

 

 

221030313_8542bc7386.jpg

 

L'enseignement par paraboles de Jésus:

vangile de Marc 7 verset 1 à 23:

Les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, s'assemblèrent auprès de Jésus. Ils virent quelques uns de ses disciples prendre leurs repas avecdes mains impures, c'est à dire non lavées.Or les pharisiens et tous les juifs ne mangent rien sans s'être lavés soigneusement les mains, conformément à la tradition des anciens; et quand ils reviennent de la place publique, ils ne mangent qu'après s'être purifiés. Ils ont aussi beaucoups d'autres  observances traditionnelles comme le lavage des cruches et des vases d'airain. Et les pharisiens et les scribes lui demandèrent: Pourquoi tes disciples ne suivent pas la tradition des anciens, mais prennent-ils leurs repas avec des mains impures? Jésus leur répondit: hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, ainsi qu'il est écrit:
Ce peuple m'honore des lèvres, mais son coeur est éloigné de moi.c'est en vain qu'ils m'honorent, en donnant despréceptes qui sont des commandements des hommes.
Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes.
Il leur dit encore: vous rejettez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition. Car Moïse a dit: honore ton père et ta mère; et celui  qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous vous dites: si un homme dit à son père ou à sa mère: ce dont j'aurais pu t'assister est corban; c'est à dire c'est une offrande à Dieu, vous ne le laissez plus rienfaire pour son père ou sa mère, annulant ainsi la parole de Dieu par votre tradition , que vou savez établie. Et vous faites beaucoup de choses semblables.
Ensuite, ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit: Ecoutez moi tous et comprenez. IL n'est hors de l'homme rien qui, entrant en lui puisse le souiller; mais c'est ce qui sort de lui qui le souille. Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
Lorsqu'il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l'interrogèrent sur cette parabole. Il leur dit: vous aussi, êtes vous donc sans intelligence? Ne comprenez vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l'homme peut le souiller?
Car celà n'entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s'en va dans les lieux secrets qui purifient tous les aliments. Il dit encore: ce qui sort de l'homme, c'est ce qui souille l'homme car c'est du  dedans, c'est du coeur des hommes que viennent les mauvaises pensées, les adultères, les débauches, les meurtres, les vols,les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l'homme.

Ce texte appelle plusieurs réflexions:
- Les pharisiens dans ce texte semblent observer des règles hygiéniques, mais il s'agit en fait d'un rituel de purification. L'eau dans le judaïsme a des vertus purificatrices, ainsi lorsque des soldats reviennent du combat, avant de pénétrer dans le camps doivent-ils se purifier en se baignant dans la rivière la plus proche. Jésus condamne donc en fait les rituels de purification:
l'eau n'efface pas le crime. L'erreur au moyen âge fut de voir dans ce texte une condamnation de règles hygiéniques, et le christianisme moyennageux  eut le triste effet de voir disparaître le souci de purification à valeur hygiénique de l' Antiquité. Cependant il est vrai que si l'eau est elle même polluée ou contient des parasites, elle peut être un vecteur de tansmission de maladies ou parasites, et Jésus évoque l'idée juste dans le système digestif, la salive, les sucs digestis ont des vertus antiseptiques. Mais là n'est pas le propos de Jésus, il distingue les règles des hommes en société, sans pour autant les rejeter ni les imposer, qui décident de la manière de se comporter en société, et les valeurs humaines qu'au nom de Dieu on se doit de respecter, Dieu ne nous juge pas sur des rituels traditionnels, mais sur les actes résultant de mauvaises pensées naissant au coeur de l'homme et dont il faut apprendre à se débarrasser: jalousie, convoitise, haine meurtrière, pensée d'adultère...sinon nous perdrons nos valeurs humaines.
- Ce texte est un exemple parfait des conséquences désastreuses de la croyance dépourvu d'esprit critique et de réflexion, mais aussi de la mentalité religieuse qui consiste à "conserver les rituels" en oubliant le but de la religion. Ainsi dit-il qu'il est préférable d'être un soutien alimentaire à des parents âgés plutôt que de faire une offrande au temple au détriment de cette aide alimentaire.

 

De la même manière aujourd'hui, on peut se demander si le musulman qui ne mange pas de porc, même élevé dans de bonnes conditions sanitaires, mais consomme des aliments trop gras, trop sucré, contenant des substances nocives à la  santé, n'observe pas une tradition vidée de son sens, ou le croyant qui n'est pas un antinucléaire et accepte donc que l'homme prenne le risque de porter une atteinte grave au patrimoine génétique de l'humanité.

 



 

221024440_d180f95804.jpg

 

La bouillabaisse ou la soupe de Jésus!

 

En effet, le passage de l'évangile connu sous le nom de "la multiplication des pains" par les amateurs de "miracles", semble bien révéler que Jésus, après avoir innové en coupant le vin avec l'eau( les noces à Cana en Galilée: -Jean 2(1 à 10), eut un grand succès en son temps pour avoir eut l'idée, le premier en Palestine, de faire "une bouillabaisse", c'est à dire une soupe aux poisson, recette régionnale provençale:

 

Multiplication des pains pour les 5000 hommes.

(Evangile de Marc chap 6, v 30 à 44)

Les apôtres, s'étant rassemblés auprès de Jésus, lui racontèrent tout ce qu'ils avaient fait et toutce qu'ils avaient enseigné. Jésus leur dit:Venez à l'écart dans un lieu désert, et reposez vous un peu. Car il y avait beaucoup d'allants et venants, et ils n'avaient même pas le temps de manger.

Ils partirent donc à l'écart, dans un lieu désert. Beaucoup de gens les virent s'en aller et les reconnurent,et de toutes les villes on accourut à pied et on les devança au lieu où ils se rendaient.

Quand il sortit de la barque, Jésus vit une grande foule, et fut ému de compassion pour eux, parce qu'eils étaient comme des brebis qui n'ont point de berger; et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses.

Comme l'heure était déjà avancée, ses disciples s'approchèrent de lui, et dirent: Ce lieu est un lieu désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie-les afin qu'ils aillent dans les campagnes et dans les villages des environs, pour s'acheter de quoi manger. Jésus leur répondit: Donnez leur vous même à manger. Mais ils lui dirent: Irions nous acheter des pains pour deux cents deniers et leur donnerions nous à manger? Et il leur dit:Combien avez vous de pain? Allez voir. Ils s'en assurèrent et répondirent: cinq et deux poissons. Alors il commanda de les faire tous assoir par groupes sur l'herbe verte, et ils s'assirent par rangées de cent et de cinquante. IL prit les cinq pains et les deux poissons, et levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis il rompit les pains, et les donna aux disciples, afin qu'ils les distribuent à la foule. Il partagea aussi les deux poissons entre tous. Tous mangèrent et furent rassasiés, ...Ceux qui avaient mangé les pains étaient cinq mille hommes.

 

 

commentaire:

- Jésus et ses disciples veulent se reposer dans un lieu désert, loin de leurs "fans", ils partent donc pour quelques jours, et comme le lieu est désert, ils emportent comme provisions, un aliment de base: le pain, et donc non pas "cinq pains" pour 12, mais cinq pains par personne, prévoyant sans doute, un pain par jour par personne pendant 5 jours.

- Ils se rendent en barque dans ce lieu, hors la foule, à pied et contournant l'eau, arrive avant lui car probablement ils pêchent deux petits poissons par personnes.

- Il répartit la foule en groupe de cent et de cinquante.

Neuf disciples donnent chacun leurs cinq pains et leurs poissons à chaque groupe de cent, un donne divise sa ration en deux pour deux groupes de cinquante, deux gardent leur ration pour Jésus et ses disciples pour cinq jours.

Avec chaque pain et du poisson, on fait une soupe pour dix, et avec 5 pains, on fait de la soupe pour 5 fois 10 personnes, soit, 500 personnes, comme chacun des dix disciples donne 5 pains, on obtient donc bien de la soupe pour 10 fois 500 personnes, soit 5000 personnes.

 

-Un autre jour, toujours dans l'évangile de Marc, Jésus fait une soupe avec 7 pains et des petits poissons pour 4000 personnes: Jésus institue "la bouillabaisse" comme plat du partage entre "frères", fils d' un Dieu paternel, et fixe la recette sur la base des chiffres sacrés: 7, le nombre de pains, le nombre de poissons variant selon la pêche, pour 4000 convives, 4000 étant un multiple du nombre sacré 40.

 

Marie de Magdala, ou Marie-Madeleine, qui selon le livre "le tombeau de Jésus"(édition Michel Lafon), se basant sur des tests ADN, et les noms de filiation trouvés dans un tombeau familial contenant des ossuaires pour établir qu'il s'agit probabalement du tombeau famillial de Jésus, serait la femme de Jésus.Selon "l'évangile de Marie Madeleine", évangile apocrypte, et la tradition des Stes Maries de la mer lieu-dit où elle aurait accoster, elle serait venu évangéliser la Provence, avant de retourner en Palestine où elle mourut. Une légende provençale dit également que Jésus serait né en Provence. En fait, dans le tombeau considéré être celui de la famille de Jésus, il y avait aussi l'ossuaire d'un enfant de 9 ans environ, Judas, fils de Jésus. Hors, lors de l'arrestation de Jésus, un jeune homme caché sous un manteau le suivait, on voulut l'appréhender, mais il lâcha le manteau qui le recouvrait et s'enfuit nu, c'était peut être son fils qui fut lui aussi éliminé un peu plus tard car il aurait pu succéder à son père.

Hors, selon l'évangile de St Jean, sur la croix, Jésus dit à sa mère: "femme voici ton fils", en parlant du disciple qu'il aimait, donc du fils qu'il aurait eu de Marie Madeleine. On peut imaginer qu'après le meurtre de son époux, puis de son fils, de Pierre qui selon l'évangile de Marie Madeleine, s'opposa à sa présence parmi les disciples de Jésus(cette histoire rappelle la querelle d'héritage spirituelle entre le gendre de Mahomet, Ali, et les "généraux" de Mahomet, et finalement l'assassinat d'Ali qui provoqua le schisme sunnite-chiite), Marie Madeleine qui était peut être enceinte de Jésus lorsqu'elle devint veuve, alla se réfugier, accompagnée de Marie de Béthanie(qui serait, Marie, mère de Jésus de Nazareth) en Provence, où elle accoucha d'un fils qu'elle nomma Jésus comme son père, donnant matière à la légende de "Jésus né en Provence".

Qui sait si ce n'est pas elle qui institua la "bouillabaisse" provençale?

 

lire également:link Marthe et Marie

 

Terre.jpg


 

 L'enseignement de Jésus: deuxième partie link

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages