Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Le virus de la grippe mute et est multiple. Le virus de la grippe A(de même celui de la grippe aviaire) serait proche de celui de la "grippe espagnole "en 1918 et pour cette raison particulièrement dangereux, notamment parce qu'il interresse des sujets jeunes?
En ce qui me concerne, je pense que ce n'est pas le virus de la grippe en 1918 en lui même qui était dangereux pour les sujets jeunes, mais plutôt son interaction avec le BK(bacille de Koch tuberculeux).Je m'explique:
En 1914,une jeune fille de 19ans, originaire d'un petit village savoyard et qui était ma grande tante,placée comme "bonne" à Genève, rentra chez elle,exténuée, avec une forte fièvre, visiblement très malade.Elle mourut la première assez rapidement, c'était un tableau de détresse respiratoire, avec des saignements.

Quant à ses soeurs, le virus grippal favorisa la virulence du bacille tuberculeux(B.K) et elle décédèrent, l'une au bout d'un an, l'autre au bout de deux ans, ma grand mère qui était la plus jeune décèdera d'une péritonite tuberculeuse en 1942,. il est donc fort probable que sur ces cinq soeurs, quatre ont fait à cette époque une primo infection tuberculeuse. Cette grippe, de mon aïeul(à moins qu'il s'agissait d'une miliaire tuberculeuse c'est à dire au lieu d'avoir une primo infection tuberculeuse puis la teberculose en deux temps, la primo infection prend l'allure d'une tuberculose ensemmant dans les deux champs pulmonaires avec une fièvre à 40 alors que la fièvre tuberculeuse ne dépasse guère 38, on peut donc se demander également siune infection virale comme la grippe concommitante avec une primo-infection peut déclencher une miliaire tuberculeuse?)comme la grippe "espagnole" en 1918,  tuait donc les sujets jeunes qui à cette époque étaient des jeunes filles. à un âge où la primo infection par le BK était fréquente.

Il était fréquent qu' en temps de guerre, de jeunes soldats fassent une primo infection. Les conditons de vie des "poilus" de la première guerre mondiale n'ont pu que favoriser la contamination tuberculeuse, c'est ce terrain, et non pas la virulence du germe, qui explique l'hécatombe de la grippe en 1918, époque de fin de guerre où les troupes parcouraient l'Europe et se mêlèrent à la population lors du retour chez lui du soldat.

La conclusion de tout cela est que le virus grippal est un prédateur de l'espèce humaine. Comme tous les prédateurs, ils s'attaquent au plus faible: dans une population saine, il supprime les plus âgés, en cas d'infestation par le BK par exemple, il supprime les sujets contaminés, et par là même donc, limite les infestations par le BK, puisqu'éliminant les sujets contaminés rapidement, donc diminuant fortement le risque de contagiosité. Ainsi, la tuberculose, ou primo infection, favorise les grandes épidémies de grippe, qui elle même diminue le nombre d'hôtes du BK.

Quand une épidemie de grippe fait mourir des sujets jeunes, plutôt que de s'interroger sur le virus, il est préférable de rechercher un élément fragilisant la population, c'est un indice de la santé d'une population, qui tue les sujets âgés d'une population saine, les sujets jeunes d'une population fragilisée par le BK par exemple.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages