Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

sont indibutablement liés et interactifs...

L'origine de ce qui deviendra sur plusieurs millénaires le judaïsme, se trouve dans le traumatisme post- diluvien des rescapés.
Mais il faut d'abords préciser, que contrairement à ce que l'église enseigna pendant des siècles, le déluge biblique décrit dans le livre de la génèse n'a jamais concerné toute la terre mais une région particulière.
En effet "Adam" eut deux fils, Abel et Caïn, et Caïn tua Abel. Après ce meurtre, Adam eut un troisième fils, Seth, ancêtre de Noé, lui et sa famille furent les seuls survivants au Déluge. Mais Caïn, après avoir tué son frère Abel, craignant la colère de Dieu, s'éloigna en terre de Nod et sa descendance ne fut pas détruite par le déluge et serait selon la bible représentée par plusieurs peuples contemporains des hébreux. Lemec, descendant de Caïn, "prit deux femmes: le nom de l'une d'elle était Ada, le nom de l'autre était Tsilla. Ada engendra Jabal, il fut le père de ceux qui habitent sous des tentes et près des troupeaux. Le nom de son frère était Jubal; il fut le père de tous ceux qui jouent de la harpe et du chalumeau. Tsilla de son coté engendra Tubal Caïn, qui forgeait tous les instruments d'airain.
Ce texte semble donc attribuer à Caïn la paternité des peuples suivants:
-peuples nomades contemporain des récits initialement oraux du livre de la Genèse vivant au Moyen-Orient,
-peuples indo-aryens à qui l'on attribut l'utilisation première d'épées en fer plus solides que celles en bronze, ce qui assura la domination des vagues migratrices indo-aryennes sur les peuples de l'Indus, puis de l'actuelle Grèce,
-la civilisation minoënne crétoise à qui l'on attribue l'invention de la harpe. La mythologie grecque a conserver également le souvenir d'une civilisation prédiluvienne avancée dont un îlot aurait suvécut.

Si l'on s'interresse à la généalogie des patriarches, d'Adam (qui serait donc à la fois l'ancêtre des indo-aryens, de divers peuples nomades du moyen orient et des crétois(sur un territoire allant de l'Euphrate au Nil), jusqu'à Abraham, ( ancêtre des futurs tribus hébreux, médianites et arabes, Mahomet se réclamant de la lignée d'Abraham selon le Coran également), on constate une forte consanguinité, qui de nos jours serait considérée comme incestueuse:
En effet Abram épouse sa demi-soeur Saraï puisqu'il déclare à Pharaon: "il est vrai qu'elle est ma soeur, fille de mon père; seulement elle n'est pas fille de ma mère; et elle est devenue ma femme."(Genèse 20 v12)
Il s'exprime comme s'il exprimait une règle morale admise par les deux interlocuteurs, l'inceste est donc proscrit, mais la notion d'inceste concerne uniquement les descendants directs et frères et soeurs, et non les demi-frères et demi-soeurs. Il faudra attendre Moïse pour que soit interdit diverses unions consanguines. Mais cela n'a rien d'exeptionnel pour l'époque, au contraire, en la matière Moïse apparait comme un précurseur: les relations qui de nos jours sont qualifiées d'incestueuses étaient admises dans l'Egypte des pharaons, l'empire romain païens, dans les clans germains ou celtes, l'Inca règnant sur la civilisation Inca était toujours le fruit d'une union consanguine. Le frère d' Abraham, Nachor, épousa sa nièce, le fils d' Abraham, Isaac épousa sa cousine germaine, Rébecca, fille de Nachor. Isaac eut deux fils, Esaü et Jacob, Jacob épousa deux soeurs, Léa et Rachel qui étaient ses cousines germaines maternelles et cousines au 3eme degré coté paternel. Esaü qui avait pris pour femmes des cananéennes, vit que cela déplaisait à son père et prit une troisième épouse, fille d'Ismaël, le demi frère de son père Isaac soit une "demi-nièce". Lévi, un fils de Jacob eut pour descendant Amram, père de Moïse, Amra épousa sa tante Jokébed.
- Jacob, le premier, rompit cette règle d'endogamie et voulut marier sa fille Dina avec le fils d'un roi d'une cité afin de se sédantariser, cela entraina la révolte des frères de Dina, fils de sa première épouse, Léa. Joseph, fils de Jacob et de Rachel(deuxième épouse, soeur de Léa) épousa la fille du grand prêtre égyptien, et Pharaon permit aux hébreux de rentrer en Egypte. Moïse prit pour femme, Séphora, la fille du sacrificateur de Madian et dans un premier temps Moïse proposa aux Madianites de s'allier aux Hébreux(les médianites étaient les descendants de la seconde épouse d'Abraham, une éthiopienne) afin de conquérir Canaan, mais cela tourna au drame, les madianites furent accusés de trahison et massacrés, le livre de l'exode ne nous dit pas ce qu' est devenu Séphora et ses deux fils, les fils d'Aaron sont ensuite présentés comme la descendance de Moïse et Aaron. Moïse prit ensuite pour femme une éthiopienne, ce qui laisse présumer que Séphora est morte. En effet la bible rapporte des unions monogame après Abraham, et Jacob ne voulait épouser que Rachel, ce fut son beau-père qui, par ruse, lui imposa Léa comme première épouse.( Abraham et Moïse, la vraie histoire...)
Mais Myriam, soeur de Moïse, et Aaron son frère lui reprochèrent de ne pas prendre une femme du peuple, d'agir contre la volonté de l' Eternel. On peut supposer que Moïse, en épousant une éthiopienne, voulait se faire des alliés en vue de conquérir Canaan, comme il l'avait fait avec les madianites. Mais Moïse n'atteindra jamais Canaan, et chose surprenante, alors que les hébreux emporte avec eux les os de Joseph pour les enterrer sur leur futur terre en Canaan, Moïse est enterré sans même que le livre de l'exode nous indique le lieu, il n'entre pas en Canaan parce qu'il aurait mécontenté "l'éternel". Les chefs de tribus qui entrent en Canaan, ne voulait pas à priori
de Moïse, ne voulant pas, probablement, partager Canaan avec des éthiopiens.(l'épopée de Moïse)

 Malgré, les siècles, voir millénaire, séparant Abraham de Moïse, deux conceptions d'héritage s'opposent:
-La transmission des biens et de lignée raciale par la femme, héritage de Sumer, conception héritée de la conception  de la déesse-mère commune à toutes les cités états du Néolithique, un homme doit épouser une femme de la maison paternelle(demi-soeur, nièce, cousine germaine). Tradition qui était celle d' Abraham originaire d'Ur, cité sumérienne(lire  dont seul le fils de Saraï, sa demi-soeur, est considéré comme héritier légitime, celle des frères de Dina (dont Lévi, ancêtre direct de Moïse) qui n'acceptèrent pas que leur père Jacob, marie leur soeur à un étranger, et enfin celle d'Aaron et Myriam.
-La transmission des biens et de la lignée raciale par l'homme, défendue par Jacob, Joseph, Moïse, ce qui permettait les mariages d'alliance, entre sédentaires et nomades voulant se sédentariser ou en vue d'une conquête.
On peut donc regarder les livres de la bible comme un témoignage à la fois historique et  généalogique, mais aussi comme les témoins de l'évolution des moeurs de l'humanité rendue nécessaire pour lutter contre les conséquences de la consanguinité: stérilité, maladies héréditaires, que la lecture du livre de la génèse permet de retrouver.
Cette évolution n'a pas été "linéaire" et a connu des "accrocs". En effet chaque tribu se réfère à un ancêtre, et si la mort de l'individu est admise, il est capital d'assurer la survie tribale. Ainsi peut-on lire: "Lot quitta Tsoar pour la hauteur, et se fixa sur la montagne, avec ses deux filles car il craignait de rester à Tsoar. Il habita avec ses deux filles dans une caverne, lui et ses deux filles. L'aînée dit à la plus jeune: "notre père est vieux, et il n'y a point d'homme dans la contrée pour venir vers nous, selon l'usage de tous les pays. Viens, faisons boire du vin à notre père, et couchons avec lui, afin que nous conservions la race de notre père(...)Les deux filles de Lot devinrent enceintes de leur père. L'aînée enfanta un fils qu'elle appela Moab, c'est l'ancêtre des moabites, la plus jeune enfanta aussi un fils, qu'elle appela du nom de Ben Ammi, c'est le père des ammonites jusqu'à ce jour."
Lot, était en fait l'unique "juste" qui échappa avec sa famille(sauf sa femme qui se "retourna" et fut changée en pierre) à la destruction de Sodome par l'Eternel(en fait destruction et incendie provoquer par un séïsme qui projetta du bitume en fusion sur la ville et qui se trouvait à l'air libre dans cette région). Le Coran également s'en fait l'écho, et ce châtiment de Dieu aussi bien selon le livre de la genèse que le Coran, un châtiment de l'Eternel pour pratiquer l'homosexualité. Hors si Lot était un juste, père de tout un peuple, comment justifier qu'il soit un père incestueux? C'est pour cette raison, pour sauver la réputation du patriarche, que la faute, hypocritement, incomba à ses filles, le livre de la genèse fait donc de ces victimes d'inceste, deux soeurs complices, vicieuses et manipulatrices qui font "boire" leur père pour arriver à leur fin, elles n'encourent pas cependant de châtiement divin puisque leur but était louable: sauver une race qui servait l'Eternel. Quand plus de six siècles après J.C, le Coran fait l'éloge de Lot (un juste qui n'est pas homosexuel), même sous l'emprise de la boisson, l'inceste apparaît comme inacceptable. Cet épisode de la vie de Lot, disparaît donc dans le Coran, mais il en reste des commandements qui en sont probablement la raison:
-l'interdiction du vin
-l'interdiction de prendre deux soeurs pour épouses, car c'est la complicité entre deux soeurs qui selon le livre de la genèse aurait permis ce crime, et surtout, c'est la rivalité entre  deux soeurs, toutes deux sur un pied d'égalité, épouses de Jacob, qui furent à l'origine de lutte intestines entre tribus issues de ces soeurs, de rebellion contre Jacob qui deshérita le fils de la soeur aînée, voulut imposer Joseph, fils de la cadette dont il était amoureux et qui réalisa le voeux de son père: se sédentariser , ce qu'il fit en devenant l'intendant de Pharaon en Egypte.

 Le déluge qui ne laissa que peu de survivants, éliminant des tribus entières, fut donc vécu comme un évènement profondément traumatisant, et comme toujours dans un traumatisme collectif, on chercha la raison de ce qui fut vécu comme un terrible châtiment divin, l'anéantissement racial. Si on lit le récit du déluge d'un texte sumérien, on retrouve un récit similaire à la genèse, avec un personnage, Umnapishti, vieux sage immortel, qui comme Noé échappe au déluge, construisant une grande barque où il embarqua avec sa famille et les animaux de sa ferme sur les conseils du Dieu  dont la description évoque celle de l'éternel,  Ea, ce qui n'a rien d'étonnant, Abram étant originaire d'Ur, cité sumérienne, mais contrairement à la genèse, la raison pour laquelle les dieux décidèrent d' "anéantir la race des hommes" par le déluge n'est pas donné dans le récit sumérien dans le passage se rapportant au vieux sage immortel.
Dans la mythologie sumérienne, l'homme a été créé pour servir les Dieux, craignant qu'il ne devienne aussi puissant qu'eux, les Dieux rendent l'homme mortel.
- Hors cette rivalité entre les Dieux et les hommes, on la retrouvent également dans le livre de la genèse, c'est la raison pour laquelle Adam et Eve sont chassés d'Eden
(Genèse chap 3, verset 22 à 24) :
L'Eternel Dieu dit: Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons le maintenant d'avancer sa main, de prendre l'arbre de vie".
Dans ce texte, on constate que "l'Eternel, n'est qu'un Dieu parmi d'autres (puisqu'il dit "l'un de NOUS"), et la Genèse cite la période à partir de laquelle il est évoqué: après la naissance du fils de Seth, Enosh, Seth étant le troisième fils d'Adam. L'Eternel(ou Ea dans le texte sumérien) est donc le dieu tribal protecteur de la tribu de Seth, troisième fils d'Adam né après le meurtre d'Abel par Caïn(Seth dérivant de "placer", "mettre", il est donc celui qui est placé pour remplacer Abel). La mort brutal d'Abel engendra probablement un choc, et la naissance de Seth fut donc vécu comme une volonté divine de maintenir et protéger sa race, un Dieu, l'Eternel, protégeait la descendance de Seth, ce Dieu deviendra Ea, le "Dieu de l'Esprit" sumérien, "celui qui connait tout, qui contient tous les êtres ayant existés jusque là".
Avant Seth, le Dieu tribal est un Dieu territorial, à qui Abel et Caïn firent des offrandes pour qu'il protège le troupeau de l'un, la récolte de l'autre, c'est avec Seth qu'apparait l'Eternel seigneur des âmes, maître de la vie et de la connaissance. Il est le Dieu protecteur d'un peuple de nomades qui traverse les territoires de peuples sédentaires où rêgnent des dieux locaux, territoriaux, ou sous la protection d'un dieu universel particulier (lune ou soleil), Moïse proclamera que l'Eternel guide son peuple et qu'il est le seul vrai Dieu, non pas parce qu'unique mais parce que plus fort que les autres dieux.
En effet ce n'est qu'avec l'apôtre Paul, surnommé "l'apôtre des païens" car prêchant dans tout l'empire romain que le Dieu des hébreux sera déclaré unique, et l'adoration des dieux païens qualifiée d'adoration d'idoles en pierre sans vie fabriquées par les hommes. Ce sera un empereur romain, l'empereur Constantin qui fera de ce Dieu un dieu règnant officiellement sur l'empire romain, un Dieu au royaume céleste et à visage barbu, un Dieu masculin dont le culte sera dirigé par des hommes.

-Le Dieu de Jésus n'était-il pas Ea prenant l'apparence du soleil aux douze rayons comme dans le culte solaire mithraïque?Et n'est-il pas de nos jours à la fois le patrimoine génétique de l'humanité, aboutissement d'une longue évolution des espèces jusqu'à l'homme, et l'esprit universel de la connaissance scientifique universelle, "l' Esprit saint" des chrétiens, de la communion des saints, c'est à dire l'union spirituelle universelle sous l'égide du Christ, d'une humanité accèdant à l'état de conscience à la fois de l'Univers et d'une conscience d'espèce de l'humanité.
Cette conception a donné naissance dans le monde gréco-romain à la conception d'un monde divisé réunifié: le monde civilisé qui regroupait, les grecs, les romains, les juifs, les arabes, les égyptiens le monde qui a "oublié" Dieu* comme disait St Paul et le monde "barbare" représenté par les germains qui n'aurait jamais connu le Dieu qui jadis se nomma Seth et deviendra un Dieu ne devant plus être évoqué pour les égyptiens après la dévastatrice éruption de la caldeira du Santorin (qui selon les écrits bibliques semblent lui avoir été imputée).

- Aton, le Dieu solaire unique égyptien sous le règne d'Akhenaton dont Seth voila la face par le nuage de poussière et de roches en fusion, sembla désormais trop faible pour protéger l'Egypte qui connut une nouvelle révolution religieuse et politique avec le retour des cultes des divinités locales sous le règne de Ramsès, successeur d'Akhenaton.
 Akhenaton avait abandonné le culte d'Amon, dieu dynastique, "le Dieu caché" qui évoque aussi bien Ea des sumériens, El des cananéens, que l'Eternel(Yavhé) des juifs ou des musulmans, au profit d'Aton. Avec Jésus Ea ou Amon ou l'Eternel et Aton sont confondus en une même entité. Le judaïsme donc, suivant les époques, aurait recouvert deux cultes, le culte de Yavhé(Eternel) par "les fils de la lumière" et celui de Seth par "les fils des ténèbres", lointain héritage de l'époque de Joseph intendant de Pharaon, où la barque solaire d'Aton, Dieu protecteur des égyptiens, voyageait la nuit dans les profondeurs de la terre sous la protection de Seth, Dieu protecteur des hébreux, qui protégeait la barque solaire des attaques notamment d'un serpent géant. Seth se manifestait par les grondements des séïsme terrestre dont la bible fait allusion de nombreuses fois, et dans le ciel, ce Dieu coléreux, manifestait sa colère par des éclairs, et chez les grecs, il fut probablement à l'origine de Zeus.
L'explosion de la Caldeira du Santorin donna à Seth un aspect maudit, maléfique, qui sans doute sera à l'origine de "Lucifer" ou de Satan, ou diable moyennageux, prince des démons aux enfers, séjour de tortures des morts punis par les Dieux chez les grecs, lieu sous terre où le feu est homnis présent.

L'Eglise "catholique et romaine" hérita de Yavhé, mais son culte ne fut pas fidèlement celui de la communauté de Jésus, mais plutôt celui d'un culte juif de l'époque préchrétienne auquel s'ajouta le culte d'un homme-Dieu
, Jésus, St Paul en fut son inspirateur principal. Le célibat des prêtres, par exemple ne peut se revendiqué de l'enseignement de Jésus.(lire: C dans l'air: les prêtres pédophiles )
 

- Le culte de Jésus chez les chrétiens, amena à considérer les juifs avant Jésus comme "le peuple de Dieu", mais la cruxifiction de Jésus et les persécutions des premiers chrétiens, fut à l'origine par la suite du rejet des juifs rejetant le christianisme bien que selon St Paul, ils étaient aussi appelés à se convertir(il prédisait qu'ils seraient "le dernier peuple à se convertir).
Les nazis se plongèrent dans les procès de l' Inquisition, il n'est pas impossible qu'ils cherchaient à identifier chez les juifs un culte satanique. Hitler s'était présenté comme "le protecteur de toutes les églises, des catholiques comme des protestants", et le peuple allemand qu'il qualifiait "d'aryen" devait être un peuple au dessus des autres, le nouveau peuple de Dieu, les juifs eux devaient donc devenir un peuple déchu de droit divin, la conversion chrétienne leur était même interdite, un peuple que le nazisme voulait lié à Satan comme le firent avant lui les fidèles de Marcion, hérésie orientale très ancienne, condamnée par l'église catholique, puis la religion cathare dans le sud de la France qui fut persécutée par l'inquisition. L'origine de ces croyances sont probablement liée à l'explosion de la Caldeira du Santorin que les égyptiens attribuèrent au culte de Seth que pratiqua Joseph en Egypte et dont les "fils des ténèbres", que l'on retrouve à l'époque de la Palestine romaine, seraient des juifs restés fidèle à ce culte. En effet, en offrant un "holocauste", c'est à dire un animal égorgé, brûlé entierement, ils pensaient éviter la colère de Seth. Le nom de Seth disparut, mais la croyance d'un temple qui par ses sacrifices rituels protègeait le monde persista, et la violation du temple par les romains, eut pour effet de déclencher une angoisse de "fin du monde" que chrétiens et musulmans reprendront par la suite à leur compte: la perte de la foi entraînera la fin du monde.
Cette explosion explique que le paisible séjour des morts sous terre des religions très anciennes, fit place à l'Enfer chez les grecs, puis chez les chrétiens aux moyennage bien qu'ils ne connaissaient pas la tragédie du Santorin.

Pourtant, après la conquête de Canaan, ce fut Yavhé, l'Eternel, qui fut adoré. Les fameuses tables de la loi furent sans doute inspirées par Pharaon, l'invocation de Seth interdit, Jacob ou Israël fut choisi comme patriarche commun dont on baptisa la terre, et non Abraham qui servait Seth jadis. Mais les hébreux offrirent à Yahvé des animaux entièrement consummés par le feu, rituel de sacrifices dédiés à Seth, afin de ne pas être victimes de tremblement de terre ou volcanisme, le pouvoir de Seth se manifestant dans les éclairs et tremblements de terre fut attribué à Yavhé dans le royaume céleste comme celui du Dieu Aton des égyptiens
 



Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages