Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 19:05

Enfer...oui, ce sera l'enfer si la caldeira de Yellowstone se réveille...

Et que l'Amérique du Nord ne soit plus qu'une plaie béante, une terre éventrée qui expulse ses entrailles, brasier apocalyptique, terre de cendres sur plusieurs mètres qui anéantira les orgueilleux USA, et une partie du Canada. 

Et comme si cet immense malheur ne suffisait pas, il aura fallu encore qu'à cet enfer, les descendants des migrants européens qui en découvrant l'Amérique crurent pour certains avoir découvert le paradis de la génèse, ajoutent d'autres plaies à cette terre pour l'achever, voir assassiner la vie de notre monde.

En effet, plus au nord existe d'autres terres de désolation, des terres qui auraient pu être refuge de vie, des terres de forêts vivaces et vivantes: les forêts du grand nord assassinée par l'homme:

  • Selon Greenpeace, 88°/° des forêts publiques productives du Québec ont été détruites à des fins d'exploitation industrielles.
  • Depuis les années 70, près de 19 millions d'hectares de forêts publiques ont été exploités, soit une surface de plus de la moitié de l'Allemagne, ou de 6 fois la surface de la Belgique.
  • Exploitation du gaz de schiste, ou encore mines de charbon à ciel ouvert, immenses plaies gangréneuses de cette terre canadienne qui se meure, longues de plusieurs kilomètres et profondes de plusieurs centaines de mètre: des tombes pour les prochaines générations.

 

Maintenant réfléchissons quel sera l'impact de ce crime écologique s'il s'ajoute à cette déforestation brutale des forêts du Nord:

 

Ces mines contribuent à  l'empoussièrement de l'atmosphère, aggravant encore l' obscuration atmosphérique par les cendres vomient par millions de mètres cubes de la caldeira, et donc à un hiver volcanique particulièrement froid. Souvenons nous, que la terre dans un lointain passée aurait connu un épisode "boule de glace", presque en totalité si ce n'est en totalité couverte par les glaces, la vie qui à cette époque, il y a 750 millions d'années n'avait pas la luxuriance de notre ère du quaternaire, n'avait pu se défendre. En effet, cet épisode glacière majeur aurait découlé de la fracturation du continent Rodiana et des millions de mètres cubes de laves dans un contexte favorisant la glaciation jusqu'au 30 e parallèle.(voir Wikipédia glaciation de Varanger). Par la suite l'augmentation de l'effet albédo(réfléchissement des rayons solaires par la glace ou la neige) aurait eu pour conséquence un formidable refroidissement responsable de la glaciation de la presuqe totalité de la planète.

Mais comme le phoenix renaissant de ses cendres, à chaque fois mortellement blessée par les forces de la nature, la Vie renaît et reprend ses droits, à chaque fois trouvant une nouvelle parade un autre chemin pour continuer sa route.

Et cette parade pourrait bien être la luxuriance de ses vertes forêts du nord qui diminue de manière significative l'albédo. 

Ainsi, pour une consommation énergivore boulimique et l'appat du gain, non seulement des terres possible refuge pour les générations futures sont détruites dans un immense gachis, mais en plus nous risquons une traîtrise attaque contre notre mère la terre quand elle convulsera en expulsant ses tripes.

 

Comment une telle monstruosité peut elle être possible, assassiner ses propres rejetons?

Mais comment est ce possible que par milliers des prisonniers furent passés au fil de l'épée, comment est ce possible que des peuples furent méthodiquement massacrés dans un monde civilisé du XX°s, comment est ce possible que l'on ait pu seulement CONCEVOIR, des armes de destructions massives? 

...Simplement et toujours pour la même raison: tant que la VIe ne sera pas plus précieuse que l'or, tant que l'on oubliera que le pétrole ne se boit pas, ect...

Ce sera donc toujours pour cette même raison que l'humanité mettra fin au monde vivant à laquelle elle appartient, sacrifiant au confort d'une génération, la vie de celles qui la suivent...

lire: linkpour une politique écologique et humaniste(catégorie écologie site www.mariejeannejourdan

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 17:56

Depuis qu'apparurent les premières cellules primitives, aucun embranchement, aucune classe, aucun ordre, aucune famille du règne animal n'a disparu, toutes ont seulement évoluées.

Les  grandes extinctions animales éliminent simplement la masse des individus les plus prolifères donc les mieux adaptés à leur environnement donc ceux qui ont évolué vers une plus grande spécificité à un milieu, et par conséquent les plus vulnérables aux changements brutaux de ce même milieu, leur spécificité engendrant une incapacité d'adaptation rapide.

 

Les bactéries n'ont cessées de se multipliée bien qu'étant les premières cellules vivantes. Les eubactéries(vraies bactéries) occupent la plupart des milieux, et constituent certainement, en nombre de cellules et peut-être en masse, la plus grande partie du vivant. Elles remplissent des fonctions fondamentales dans l'écosystème terrestre, comme par exemple dans le cycle de l'azote ou du soufre. Elles jouent aussi un rôle prépondérant dans le recyclage des déchets organiques.(voir wikipedia)

Pour certains les premiers êtres unicellulaire(une cellule) possédant un noyau, auraient intégré par phagocytose - (méthode d'absorption de nutriments pour les unicellulaires) des bactéries primitves qui seraient à l'origine des mitochondries des cellules animales et des plastes des cellules végétales qui permettent la photo synthèse.

Les plus anciens fossiles connus, les stromatobolites sont d'origine bactérienne et sont datés de 3,5 milliards d'années.  Avec l'usage des antibiotiques, elles ont augmenté leur défense  et développé un système d'agression et de défense vis à vis de l'homme, par production de "plasmides"(ADN bicaténaire, extra chromosomique le plus souvent) résistant aux antibiotiques.

 

 

- Les dinosaures gigantesques ont disparus, un cataclysme planétaire, il y a 65 millions d'années les décimant, permettant ainsi le règne des mammifères qui se diversifièrent et des espèces plus grosses adaptées spécifiquement à un environnement virent le jour. Mais les oiseaux, les poules notamment qui comme certains géants du jurassique, avalent des petits caillous pour broyer leur aliments, certains survivants archaïques comme les crocodiles ou les lézards géants comme le dragon de Komodo, sont des reptiliens tout comme les dinosaures du jurassique ou l'anaconda de nos jours. Si une extinction touchait l'homme, il n'est pas dit que les reptiliens ne rêgneraient pas à nouveau sur une bonne partie de la Terre, ne laissant subsister que les mammifères les plus petits et prolifiques.

 

- Quant aux insectes, ils étaient là avant les dinosaures, et mettent régulièrement en échec les techniques de l'homme voulant les évincer.

 

-L'homme a cette particularité d'être de nos jours le seul représentant du genre homo qui fait partie de la famille des hominidae(grands singes), famille dont l'homme menace l'habitat et qui aurait déjà disparu s'ils n'avaient été l'objet de mesures de protection. Sa seconde spécificité, est sa nature prolifique jusqu'à ce qu'apparaissent des politiques de dénétalité par le contrôle des naissances. En effet, bien que n'ayant physiologiquement qu'un enfant tous les 1 à 3 ans, la durée de vie génitale active est longue chez la femme, à une époque où la durée de vie ne dépassait guère 40 ans, souvent aussi longue que la durée de vie tout court, si les conditions de vie sont bonnes, les familles de 7 à 10 enfants étaient courante encore dans le monde, il y a seulement un peu plus d'un siècle et aujourd'hui encore, dans certains pays africains, il y a 4 à 5 enfants en moyenne par femme. Hors l'homme est le prédateur supérieur depuis qu'il a inventé des outils de chasse notamment des armes de jet.  

C'est là que l'ordonnancement de la vie fut bouleversé: à l'apparition de l'homme -chasseur utilisant des armes de jet. les prédateurs partageant un territoire avec leur proie sont bien moins nombreux que ces dernières. Et si deux prédateurs  se retrouvent sur un même territoire, bien souvent l'un est chassé ou tué par l'autre, souvent en éliminant la progéniture du rival à défaut de pouvoir éliminer ce rival. Le lion tue les petits des autres lions et de ceux du guépard plus faible que lui. Et les loups regroupés en meutes, comme les hommes en tribus, c'est à dire en grandes familles chassent les autres meutes pénétrant sur son territoire. Et les proies sont les animaux les plus faibles, la progéniture certes, mais surtout l'animal malade, âgé ou blessé, assainissant ainsi le troupeau. L'homme, lui, même à l'époque antique où les jeux de cirque de Rome décimèrent la faune, chasse "un bel animal", sain, vigoureux, avant même parfois qu'il ne se soit reproduit, il chasse aussi par défi, pour briller parmi ses semblables, devenir chef de tribu. Il cherche les gros animaux, ce qui expliquerait la disparition de certaines espèces dont l'extinction suit la pérégrination humaine, et le chasseur suivait les troupeaux qui le firent sortir d'Afrique et joindre le Moyen-Orient puis toute 'Eurasie.

Le chasseur élimina de plus en plus d'espèces comptant de nombreux individus., surtout des mammifères, (les oiseaux ayant surtout été victimes de la pollution et destruction d'habitat liée aux activités humaines)

L'évolution animale en suivant la classification animale par taxon, est un fleuve au si nombreuses méandres, affluents et bras qui se perdent dans le sol, qu'on ne sait dire d'où il vient ni où il va. Aussi pour essayer de répondre à la question existentielle: qui sont nos ancêtres? Et vers quel monde l'évolution peut nous emmener? Nous allons nous contenter d'une classification fonctionnelle et essayer de comprendre ce qui fit que nous sommes là, seuls parmis les homo ou sommes nous le résultat de croisements hybrides féconds inter espèces.

 

 

 

- Avant l'apparition de l'homme, voyons comment s'établit l'équilibre des espèces:


  Tout animal terrestre actuel: oiseaux(dont l'ancêtre commun était un petit dinosaure), reptiliens, mammifères, amphibiens descendent des tétrapodes, apparus à la fin du dévonien il y a presque 380 millions d'année. Les tétrapodes sont des vertébrés dont le squelette comporte deux paires de membres et dont la respiration est pulmonaire en général. Les premières sorties de l'eau connues dateraient de 365 millions d'années, avec Ichthyostega, le plus ancien des vertébrés connus présentant des adaptations pour une locomotion autre que la nage.

Les premiers tétrapodes étaient des animaux exclusivement aquatique, leurs proto-pattes semblent avoir servi aux déplacements dans les fouillis végétaux des berges immergées. Leurs poumons semblent une adaptation à des eaux pauvres en oxygène. Les tétrapodes semblent le dernier stade de l'évolution des poissons sarcoptérygiens, appelés aussi "poissons aux nageoires charnues" et dont un seul représentant de cette classe semble survivre actuellement: le coelacanthe. Avec les sarcoptéygiens l'évolution semble faire un bon en avant, et les premières adaptations à la vie terrestre sont déjà là comme "programmées" par le créateur. En effet :

  • Le groupe possède comme les poissons à nageoires rayonnées une mâchoire articulée (maxillaire), et les dents se couvrent d' émail.
  • Les nageoires paires évoluent vers une forme de membre : l'attache basale se réduit à un seul élément (fémur, omoplate et humérus), et des muscles permettent l'articulation indépendante des rayons (doigts).
  • Le poumon (vessie natatoire / sac à air) devient fonctionnel et muni d'alvéoles.

La dernière évolution du type est la naissance du cou : l'attache du membre antérieur (ceinture scapulaire) se détache de la tête, et les premières vertèbres cervicales se spécialisent pour permettre une articulation du cou.

 source: wikipédia

Mais en fait, l'apparition de poumon à partir du sac à air(commun à de nombreux poissons dans un but aérodynamique aquatique), de même que l'évolution des nageoires, est le fruit de bouleversement de la vie aquatique: suite à des catastrophes naturels, on sait que les eaux furent encombrées de matière organique au point de les rendre putride, d'autres poissons s'adaptèrent en sortant la tête de l'eau pour piper l'air et stocker l'oxygène dans leur intestin. L'acquisition du poumon permit un gain d'énergie par la respiration aérobie et donc le développement des membres par adaptation au fouinement des fonds herbeux. On trouve dans Wikipédia une hypothèse séductrice expliquant le passage à la vie terrestre, à une époque où l'on ne trouve que des arthropodes(araignées crabes) sur terre: les jeunes tétrapodes se seraient réfugiés près des berges puis sur les berges, se nourrissant d'insectes et d'arthropodes. C'est donc pas la sélection par compétition des espèces qui fut la cause de l'évolution, mais la nécessité de s'adapter à de difficiles conditions de survie, en l'occurence, des eaux manquant d'oxygène et des fonds herbeux d'eau peu profonde. Et la conquête terrestre fut fortuite, non planifiée, mais elle offrit un territoire nouveau, engendrant une flambée des possibilités évolutives.

Dans ce cas de conquête d'un nouveau territoire, la terre ferme, c'est l'espèce qui avait été le plus loin dans l'adaptation à un milieu aquatique défavorable qui fit cette conquête.

Mais un autre acquis par les tétrapodes permit la vie terrestre, l'oeuf amniotique:

Les amniotes sont des tétrapodes ayant acquis la capacité de produire des oeufs amniotiques, permettant à l'embryon de se développer dans un milieu aqueux isolé, ce qui leur a permis de s'émanciper du milieu aquatique pour leur reproduction. Wikipédia.

Là encore c'est une hécatombe en milieu aquatique qui stimula cette évolution: les oeufs de poissons ont souvent besoin d'eau riche en oxygène, ce qui n'est pas le cas des eaux remplies de matière organique en état de putréfaction. C'est donc là encore une dégradation grave du milieu aquatique qui sélectionna ce critère.

 

 

- L'évolution par les catastrophes est peut être également l'histoire de l'évolution de la lignée homo:  

d'après les descriptions de la dentition de l'homme du Néenderthal trouvé par internet, i l n'y a pas de fossette d'implantation de la canine sur les mâchoires de l'homme du Néenderthal, la canine ne serait pas pointue mais en forme de "pelle". J'aimerais confirmation qu'il s'agit bien, non pas d'une dent de carnivore dont la canine a forme de croc, mais plutôt celle d'un rongeur omnivore. Hors Homo antécessor trouvé sur le site espagnol d' atapuelca et qui a vécu entre 1,2 et 0,7 millions d'années possédait de véritable croc et les entailles trouvés sur des ossements, ne laissait peu de doutes quant à son caractère anthropophage. Rien de surprenant à celà, c'est la règle de l'équilibre des espèces: après les premiers herbivores ou frugivores les rigueurs climatiques en cas de catastrophe climatique à grande échelle, sélectionneront les herbivores dont les dents pourront ronger racines et écorce des arbres pour évoluer vers une nouvelle espèce de rongeurs puis de charognard et enfin de carnivores quand les herbivores redeviendront nombreux avec l'amélioration climatique. En limitant la prolifération des herbivores, les carnivores limiteront du même coups leur impact sur le couvert végétal et un nouvel écosystème équilibré est né. C'est ce qui se passa probablement pour les dinosaures, et après la (ou les) terrible catastrophe qui élimina les dinosaures, les petits mammifères rongeurs évoluèrent vers des herbivores et des carnivores. Ilo en fut de même de la lignée homo, et au sein de la lignée homo on trouve un grand carnivore Homo antécessor, avec une canine caractéristique.

Hors la confirmation du régime alimentaire d'une espèce fossile peut être connu de part l'examen des dents: stries horizontale pour les herbivores, obliques pour les omnivores, verticales pour les carnivores, et par l'analyse chimique des dents et des os: le poucentage chimique de C13 et C12, le rapport strontium sur calcium fortement diminué chez les carnivores, et l'homme du néanderthal était un carnassier. Alors dans ce cas, comment expliquer l'absence d'une canine tel que celle d'homo - antécessor chez l'homme du Néanderthal( existence entre 250 000 et 28 000 ans)?

Homo érectus aurait été le premier à maîtriser le feu, il y a 450 000 ans.

La maîtrise du feu, aurait-elle renversé l'équilibre de la nature, et permis la domination des homo "gibier" sur l'homo "anthropophage" et l'éradiction de ces derniers, ce qui aurait été le premier facteur de prolifération de la lignée homo puisqu'elle a éliminé, il y a longtemps sauf exception, son "prédateur interne" anthropophage? Ce qui explique également l'évolution vers des communautés nombreuses devant pratiquer l'élevage et la culture de céréales permettant les provisions d'hiver et donc l'origine du déboisement et en conséquence l'apparition d'un processus de désertification qui devient dramatique et se poursuit encore aujourd'hui?

 

 

Nous sommes le dernier maillon d'une chaîne évolutive, le dernier maillon de l'évolution des mammifères dont l'histoire commença selon le plus ancien fossile connu, il y a 220 millions d'années contre 315 pour le premier fossile de dinosaure. Mais les mammifères font eux mêmes partie des synapsides dont le plus ancien spécimen connu remonte à 320 millions d'années. Les dinosaures ainsi que les reptiles et les oiseaux(qui sont issus de l'évolution de dinosaures) font partie des sauropsides qui avec les synapsides forme le clade des amniotes regroupant par filiation phylogénétiques la descendance des animaux dont les oeufs possédaient une cavité amniotique, c'est à dire une poche liquidienne qui leur permit de s'affranchir du milieu aqueux (mer ou eau douce).

Nos prédateurs existaient au début de la vie terrestre, ils appartiennent au monde microscopique, les "microbes", c'est à dire des agents pathogènes qui changent, évoluent très vite, sans disparaître, et  restent une perpétuelle menace, près à nous évincer dès que nous sommes fragilisés par destruction de notre habitat planétaire. Il nous faut donc de toute urgence à la fois reboiser pour arrêter la désertification, nous mobiliser pour notre survie de manière efficace sans perte d'énergie dans des luttes intestines, et contrôler efficacement, autoritairement(maximum à quatre enfants par femme), les naissances à l'échelle planétaire.
Cela ne peut être fait que par une éducation du respect de la vie, des connaissances scientifiques de bases, une organisation de partage et de solidarité à l'échelle planétaire

lire:link faire face aux désastres planétaires...


 

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 20:48

Le journal télévisé globalmag sur arte(3), proposait à notre réflexion diverses propositions concernant la manière la plus écologique d'enlever nos morts, les cimetières du fait de la dégradation du vernis ou des poignées des cerceuils ou encore les prothèses et soins dentaires( contenant du mercure) pollueraient la nappe phréatique:

-La crémation ne serait pas une bonne solution: rejet de gaz toxiques provenant soit de matériel chirugical ou dentaire ou de la combustion du vernis et des poignées chromées du cerceuil.

-Le cerceuil en chêne brut, non vernis, avec poignée en corde: quel dommage d'abattre des chênes, arbres qui poussent lentement, résistent à la sécheresse et aux tempêtes du fait de racines plus profondes que celles du sapin, et sont donc moins inflammables que les sapins. Lutter contre le réchauffement climatique, passe d'abord par la lutte contre la déforestation. Le cercueil en chêne est donc le plus mauvais choix en ce qui concerne le choix du bois, il faut lui préférer le sapin ou autres arbres à pousse rapide.

-Le cerceuil en amidon de maïs ou carton pâte forme sarcophage semble une bonne solution, mais il ne faudrait pas pour autant que cela se fasse au détriment des cultures destinées à l'alimentation humaine ou entraîne un déboisement.

Le bambou me semble également un choix possible(pousse très rapide, dans des zones innondées non cultivables, léger à transporter)

- Le sac en amidon de maïs en forme d'oeuf avec le mort en position foetale, bonne idée, sauf qu'elle me semble irréalisable, à moins de mettre rapidement le corps dans cette position avant qu'il ne s'enraidisse en refroidissant.

 

- Ma première idée, suite à l'émission, fut: Et si l'homme réintégrait la chaîne alimentaire?link:

Mais il est vrai que cette solution semble contrarier nos habitudes cérémoniales aidant "au travail de deuil".

 

-Après mûre réflexion, l'immersion dans un cerceuil cellulosique en haute mer m'a semblé la meilleure solution.

Voici le choix que j'aimerais avoir pour mes propres funérailles et les raisons de ce choix, suivez le lien ci dessous et donnez votre avis: link:mes funérailles écologiques

 

adresse:http://0z.fr/TVSTc

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 10:05

réponse: OUI !

- Autant je ne suis pas partisante de laisser une population en danger dans une zone inondable alors que le niveau des océans montent, autant je suis méfiante vis à vis des digues qui peuvent favoriser un raz marée mortelle quand l'eau submergeant ou détruisant la digue, envahit brutalement les terres de plusieurs mètres, autant je vote pour sauver la terre qui un jour deviendra rare peut être ou en grande partie inhabitable. Certes le chantier ne peut être supporté par une commune, il doit s'agir d'un travail titanesque à l'échelle nationnal pour renforcer en béton armé la base des falaises, une ligne maginot qui cette fois ci aurait son utilité(et comme je suis pour le recyclage, pourquoi ne pas utilisé tous ces blocs de béton armé que les deux guerres mondiales ont laissé sur notre territoire et s'en servir pour renforcer les côtes?

Les populations seront sécurisées, l'eau n'atteint pas le sommet des falaises mais les sapent à leur base, faisons s'il le faut une "muraille de France" pour protéger nos côtes comme les chinois firent la leur pour se protéger des mongols!

Encore une idée écolo pour donner du travail aux chômeurs. Si l'on se lançait dans tous les travaux écologiques rentables pour garder ou obtenir une bonne terre, je ne suis pas sûre que même en remettant à 14 ans l'âge d'autorisation de travailler, il y aurait assez de bras! Il faudrait également profiter de cette montée des eaux pour faire des canaux remplissant des anciens lacs ou mer en zones aujourd'hui désertiques et recréer ainsi un microclimat prospice à la vie.

-Alors c'est un choix pour la vie, un choix non pas de société mais de survie de notre civilisation.

 

Evidemment dans le monde utopiste des écolobabistes, ce serait la multinationale de l'union franco anglaise qui se lançerait dans ce gigantesque chantier pour préserver les falaises anglaises, de Normandie et de Bretagne.

link(la france dans le monde écolobabiste)

link(bâtir un monde viable)

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 09:39

-Une émission télévisée nous montrait déjà un américain fabriquant des rails avec du plastique de diverses origines et dont la diversité empêche notamment le recyclage.Et je subgérait d'en faire également des éléments de construction dont la légèreté éviterait des morts en zone sismique.

-Récemment le magazine télévisé global mag nous a montré des nigériens, faisant fondre puis compactant dans un simple seau rempli d'eau des sacs plastiques pour obtenir une pâte qu'ils versaient dans des moules à pavés! Certes, ces ingénieux africains mettent leur santé en danger car ils travailles en s'exposant à une fumée toxique, mais la technique mériterait d'être généralisée et sécurisée.

-Quand on sait que la fabrication de plastique entraîne une grande quantité de billes de plastiques, polluant les océans, tuant poissons et oiseaux ou tortues aquatiques, quand on voit d'immenses paysages en Indes notamment recouvert d'immondices et le bétail s'empoisonnant en mangeant du plastique, quand en France, on voit des bouteilles, des sacs s'agrippant aux arbustes, polluant eau et prairies, qu'attend t-on pour donner du travail à ceux qui en demandent en recyclant tous les plastiques qui menacent d'étouffer les êtres vivants de la planète?

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 21:57
- Avant de vous livrer mes impressions, un petit rappel résumant le scénario de chaque extinction massive des espèces depuis que la vie est apparue sur terre, série documentaire télévisée de la 5.

Episode1: Une étoile de la voie lactée explose en supernova, un déluge de rayons gamma atteint la terre et détruit 30)°/° de la couche d'ozone(article france5.fr: la menace invisible)...
il y a 440 millions d'années. le cataclysme de l'ordovicien(documentaire la 5 animal argameddon)

Images de synthèse basées sur les travaux de paléontologues, cette série ramène à la vie les animaux préhistoriques© Parthenon Entertainment Ltd

Quelque 400 000 ans après l'explosion de rayons gamma, deux tiers des espèces initiales ont disparu. Les plus coriaces doivent maintenant affronter un réchauffement climatique aussi soudain qu'assassin. Une dernière épreuve dont sort vainqueur l'acanthodien, le cousin de l'astrapis considéré comme l'ancêtre de tous les vertébrés.




Episode 2: 
-La Terre en enfer- Il y a 377 millions d'années, bien avant les premiers dinosaures, une éruption volcanique bien plus importante que l'ensemble des activités volcaniques actuelles embrasa la mer à l'emplacement de l'actuelle Sibérie, et la terre pendant 1,5 millions d'années et faillit faire disparaître la vie animale et entraîner un retour à un monde microbien, bactérien essentiellement. C'est ce cataclysme qui cependant poussa la vie hors de l'eau, à une époque où la terre n'était recouverte que d'immenses fougères et où règnaient des insectes.
-Fuyant un océan chaud et putride du fait du réchauffement climatique
(provoqué par la libération de gaz à effet de serre responsable sur terre de la mort des végétaux qui entraînés par des orages vers l'océan  se décomposent, et dans l'océan, quand la température atteint 32°, de la mort des coraux)
- 8000 ans après l'éruption, le tiktaalik, muni de branchies et de poumons, ,le premier amphibien à l'origine des vertébrés sur terre fit son apparition.
 
- De cet enfer qui dura une éternité, la vie reprit le dessus, après l'hiver nucléaire qui éteignit le panache volcanique, 70°/° des espèces ont péri, l'océan est morne et vide, les rescapés se débattent pour survivre. Pourtant dans les marais, 10 millions d'années plus tard, la vie, sous d'autres formes, reprend ses droits:
- un nouveau prédateur est apparu: l' Ichthyostégas, vertébré marin, démuni de branchies, possédant des poumons comme la baleine ou le dauphin, un descendant du ticktaalik, mais aussi le premier à posséder des doigts(7 par membre) comme les mammifères terrestres.
-300 000 ans après l'éruption apparait le Materpsicis aux dents puissantes lui permettant de survivre à cet enfer, c'est le premier vivipare, ce qui lui permet donc de protéger ses embryons et lui assure un avantage pour la reproduction.

Episode 3: -Il y a 65 millions d'années, les dinosaures s'éteignaient brutalement après avoir régné pendant 150 millions d'années entre la fin du crétacé et le début du tertiaire, après la chute d'une météorite, près de l'actuelle pointe du Yucatan que l'on suppose de 10 km de diamètre, provoquant au point d'impact un cratère dans le golf du Mexique de 3OOkm de large, tuant et recouvrant toute vie autour sous 15m de gravats, provoquant une onde de choc se propageant à la vitesse de la lumière, équivalente à celle de 100 000 milliard de tonnes de TNT, soit 5 milliard de fois la puissance d'une bombe atomique.
Cette onde de choc déclencha à distance des vents soufflant à 1600km/h, arrachant les arbres et tuant les animaux, provoquant un tsunami avec des vagues de 150m de haut s'enfonçant loin dans les côtes.
Mais ces cataclysmes n'ont provoqué que la disparition locales des dinosaures, la disparition brutale des dinosaures à la fin du crétacé sur toute la surface du globe terrestre provient d'un autre danger:

- Cette titanesque éruption a soulevé un énorme nuage de débris, de vapeur d'eau, de poussière, et a même arraché une partie de la croûte terrestre qui a été projetée dans la strastosphère.
Certains morceaux de la croûte terrestre projetés dans la strastosphère ont quitter l'atmosphère et l'orbite terrestre pour atterrir sur la lune ou sur d'autres planètes(Mars), d'autres sont retombés sur toute la surface du globe terrestre. Une pluie de milliards de météorites, provoquant un véritable rideau de feu, tombèrent sur la terre, provoquant des incendies sur tout le globe, brûlant vif sur son passage les animeaux, en réchappèrent ceux pouvant s'abriter sous terre ou dans des grottes.
Ce fut la fin du règne des dinosaures, et le début du règne des mammifères puis, parmi eux l'homme.

Conclusion, réflexions personnelles sur cette série documentaire:
- Les dinosaures règnaient sans partage dans tous les écosystèmes du globe, leur cerveau, notamment chez les carnivores s'était développé, leur permettant d'acquérir des capacités cognitives comparables à des mammifères actuelles qui font parler "d'intelligence animale".
Les premiers dinosaures étaient apparus il y a plus de 230 millions d'années, ils ont régnés pendant 150 000 pour s'éteindre à quelques exceptions près comme certaines espèces actuelles qui sont leurs descendants, les sauriens regroupant les oiseaux et des reptiles terrestres.
- La lignée homina, parmis les hominidés, à laquelle appartient le genre humain et des espèces disparues comme l'australopithèques est apparue il y a seulement 7millions d'années si l'on en croit la recherche paléanthologique avec la découverte du plus ancien australopithèque, "le fossile de Toumaï". L'homo sapiens est apparu il y a 200 000 ans et son règne sur le monde animal est encore plus récent, quelques millénaires, plus d'une fois l'humanité a failli disparaître.

- Actuellement, le seul cataclysme planétaire prévisible pouvant engendrer une extinction d'espèces massives est l'explosion de la caldeira de Yellowstone, et si l'on ne s'y prépare pas, ce pourrait bien être la fin de l'humanité pour les raisons suivantes:
- Cette caldeira est sur un point chaud toujours, des signes inquiétants d'activités sont enregistrés(mouvement du fond du lac de yellowstone, une année le fond de ce lac froid a tellement réchauffé les eaux qu'il a entraîné la mort d'un grand nombre de poissons dans le lac et la rivière alimentée par le lac, ect...voir site laterredufutur, vulcanologie à ce sujet)
- L'explosion sera de type stombolytique et le nuage de poussière toxique atteindra la stratosphère, réalisant un danger pour tout l'hémisphère nord où se trouve l'essentiel des terres cultivables, provoquant la mort par famine de ceux qui ne seront pas morts des conséquences directes de l'explosion ou du nuage toxique.(voir le roman "le temps des révélations édition en ligne publibook)
- Chaque extinction massive a vu l'extinction de l'espèce dominante: ce qui est logique, si une espèce domine, c'est que les conditions de dévelloppement sur la planète lui était favorable, par conséquent, si ces conditions changent, elle sera la plus menacée car la plus dépendante d'un milieu qui disparaît. Le genre humain pourrait donc bien être le plus menacé par la prochaine extinction massive des espèces, extinction cyclique du cycle de la vie terrestre.

- L'explosion de la caldeira de Yellowstone pourrait annoncer, un nouveau règne de part ses conséquences, celui des insectes et du monde bactérien, ennemis mortels de l'être humain
(voir le roman "le temps des révélations" cité plus haut)
Cette extinction qui nous menace, ne peut être évitée que si l'on s'y prépare, en se souvenant, qu'à chaque extinction, la vie dote l'espèce survivante de nouveaux atouts:
comparer aux dinosaures, notre règne aura été insignifiant si l'explosion de la caldeira de Yellowstone doit y mettre un terme prochainement(à l'échelle paléanthologique), mais nous avons l'avantage d'hériter d'un cerveau bien plus évolué que celui des dinosaures, c'est donc sur lui que nous devons compter pour notre survie, c'est donc à votre intelligence et votre instinct de survie que j'ai dédié le blog "écolo-babisme, cartographie", blog du conseil de guerre mondial virtuel, face au danger que représente cette caldeira, et dont vous trouverez le lien dans la colonne de droite de ce blog ou bien cliquer sur le lien ci dessous:
link



Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 14:36
Quelle magnifique ballet que ces dauphins tournant en rond autour d'un banc de sardines pour compacter le banc, puis l'obliger à remonter près de la surface.
En effet, le dauphin est un mammifère supérieur, tout comme les homnidés ou le chimpanzé, et non pas un poisson, il lui faut donc remonter à la surface pour respirer, donc en faisant remonter le banc près de la surface, il peut plus aisément manger les sardines. Il dirige donc le "troupeau de sardines" comme un berger des océans; et son travail profite à une multitude d'espèces, des requins, des oiseaux marins... qui profitent du festin. Voilà donc une autre raison de protéger le dauphin: de son travail dépends la subsistance d'autres espèces.
Par contre l'homme étant lui aussi un prédateur de poissons, sardines notamment, il convient donc de chasser le requin d'une part pour préserver les réserves en poissons, et d'autre part certaines espèces de requins affamés deviennent dangereux pour l'homme, changeant de comportement, se rapprochant des côtes et pouvant attaquer nageur ou surffeur.
On a longtemps dit que les dauphins "suivaient les bâteaux de pêche"; mais n'était ce pas le contraire? Les dauphins remontant les sardines à la surface, les bâteaux de pêche empruntaient peut être sans le savoir les terrains de chasse des dauphins!
Amis pêcheurs, qu'en pensez vous? Ne peut-on envisager une pêche moins industrielle, s'alliant aux dauphins, tuant les requins dont la chair parfois peu consommable pourrait être utilisée pour l'alimentation déshydratée des chats ou chiens? Les bâteaux pêcheurs pourraient -ils être rentabilisés en embarquant quelques plongeurs expérimentés désireux d'observer les dauphins?
-Amis pêcheurs, donnent nous ton avis.
Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 23:09
Si l'espèce humaine a proliféré sur la planète terre c'est pour deux raisons:
- Dans l'ordre naturel, l'homme est le plus grand prédateur capable d'éliminer tout autre prédateurs carnivores.
- Il a lutter pour survivre dans tous les milieux naturels, pour cela, par la pratique de l'agriculture, l'élevage, il a adapté le milieu naturel à ses besoins et non pas ses besoins au milieu naturel. Malheureusement cette "domestication" de la nature n'a pas été sans conséquences, et les déserts actuels sont bien souvent les conséquences de cette domestication irrespectueuse.

-Mais peut on revenir à un état "naturel" de l'homme qui est celui du "chasseur-ceuilleur" de la préhistoire?
Je ne le crois pas, et personne pratiquement ne le croit.

- Est-il "moral" de vouloir protéger de grands prédateurs quand la faim en Afrique tue tant de monde?
Peut-on àl a fois protéger "la nature sauvage" et nourrir tous les hommes?
Je ne le crois pas.
Il nous faut préserver la biodiversité animale et végétale, sauver nos cousins les grands singes, mais il nous faudra choisir entre l'homme et les espèces des grands prédateurs que sont le loup, le lion, le tigre, le crocodile, l'anaconda ect..
car l'homme maintenant a pris leur place au sein de la chaîne alimentaire.
L'homme a évolué, pourquoi refuserions nous ce droit à d'autres espèces? Aucun de nous je suppose n'aimerais finir sous les crocs d'un fauve, alors pourquoi croire que les autres espèces animales apprécieraient-elles la cruelle loi de la nature manger ou être mangé. Le chien très proche du loup, a, au contact de l'homme "humanisé" son alimentation, sa consommation de viande a diminué, peut-être viendra t-il un jour  où cela sera possible également pour d'autres espèces prédatrices? En tout cas la réintroduction de grands prédateurs des milieux naturels où ils avaient disparus est un non sens pour qui ne considèrent pas comme normal que des hommes meurent pour que des fauves vivent.
Mais il faut évidemment avoir une politique de limitation des naissances efficace en imposant la stérilisation par ligature des trompes lors de l'accouchement  du quatrième enfant(voir troisième dans les villes surpeuplées) notamment en Afrique. La politique de découragement et culpabilisation de la natalité en Europe a eu pour conséquence actuelle d'augmenter la migration de la jeunesse africaine vers l'Europe vieillissante.

Par contre, lutter contre la désertification, signifie arrêter la déforestation et reboiser en créant des forêts diversifiées, en limitant les surfaces cultivables, en ayant des cultures diversifiées et séparées par des haies, en ayant un sous bois dans des bois de grands arbres clairsemés, sous bois produisant des fruits et permettant la chasse de gibier par l'homme, l'élévage de petits troupeaux. La chèvre ou le sanglier pouvant être élevée dans un sous bois qu'ils débroussaillent et protègent des incendies, alors que l'élévage de la chèvre en milieu semi aride a crée d'immenses déserts en s'ataquant à des buissons ou jeunes arbres résistants à la sécheresse et en broutant l'herbe de manière bien plus rase que les ovins(de même le mouton).

Il nous faut choisir une politique de juste milieu, plutôt que la nature sauvage et cruelle, celle d'une nature aménagée discrètement et diversifiée.
  

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 21:17
-Ecologie, c'était à ses débuts, manger bio pour sa santé mais aussi pour ne pas avoir une agriculture qui polluait l'air et l'eau par ses engrais azotés, ses pecticides et herbicides.
-Pour quelques uns c'étaient aussi être antinucléaire, contre les pronucléaires qui voulaient une politique énergétique indépendante de la France, et le nucléaire semblait la seule alternative. Ecolo, antinucléaire, apparurent ainsi aux yeux de beaucoups comme une propagande de la gauche mondialiste, anti-nationalistes.
- Et puis l'écologie engagea des combats pour des enjeux planétaires, trou d'ozone, réchauffement climatique,....
Et celà fit penser à beaucoup à un combat des grandes causes de gauche car c'était une cause sans frontières.
- On oubliait seulement que les drames de l'histoire étaient liées à la nécessité pour chaque peuple de possèder un territoire où exprimer sa culture, un comportement communautaire, comportement de notre nature humaine de mammifère qui réclame "sa niche écologique". Et paradoxalement une gauche écolo pronant un melting pot à l'Américaine(même si le melting-pot communautaire des U.S.A semble très anecdotique et récent et que les U.S.A semble s'être plutôt "tricoter" un patriotisme sur le mode "patchwork" de communautés juxtaposés et une valeur commune de liberté associative et d'entreprise), dans la vieille Europe où elle défend une migration multicontinentale, africaine surtout, fut à l'origine d'un mouvement "dit "altermondialiste" qui lui précisément prône une écologie humaine respectueuse des des petites communautés ethniques et d'un travail artisanal face au bulldozer du capitalisme mondial dont elle a pourtant favoriser l'avènement par l'antinationalisme.
- Et puis l'écologie apparut comme un comportement du quotidien: consommer moins, croissance zéro, attention à l'eau, transport en commun...

Et dans une période de récession économique où la classe moyenne connait de plus en plus de difficultés, où le chômage fait peur, ces mots "consommer moins" "décroissance" donnaient à l'avenir la couleur d'un ciel gris.-
- Maintenant  les écologistes semblent vouloir balayer leur contradiction, et avec juste raison lançent le mot d'ordre "régionalisation".


En effet, il n' y a plus de "solution miracle", fini "le tout pétrole", le" tout nucléaire", à chaque région son génie innovateur, et la recherche de la production locale énergétique selon les possibilités locales et souvent multiple(solaire, éolienne, géothermique, hydroélectrique....), l'état n'intervenant que dans un second temps pour aider une région en déficit énergétique. Cette régionalisation ira de paire avec une "justice économique", fini le sous dévelloppepement de certaines région, production locale énergétique allant de paire avec consommation locale, d'où diminution des transports énergétiques.

-Alors je dis, ne nous arrêtons pas en si bon chemin, poursuivons en ce même état d'esprit en ouvrant nos yeux sur le monde. Transformer l'Europe en une gigantesque entité économique, en renforçant le pouvoir régionnal et donc l'identité régionnale, ne doit pas se faire au détriment de l'identité nationale. Ce serait aller à contre courant de l'histoire où on assiste dans toute l'Eurasie à un renforcement de l'identité nationale ou ethnique, et aller à contre courant de l'histoire, cela se termine toujours dans le chaos révolutionnaire. Non, renforçons le pouvoir économique régional et l'égaité entre les régions, mais encourageons le nationalisme culturel et de solidarité, car l'Europe, entité culturelle, bien peu s'y reconnaissent(moi la première). Et puis dans ce cas là, nous n'aurons fait que créer "un nouveau bloc" comme l'histoire en a déjà si douloureusement connu, bloc est contre ouest, politique des blocs ayant donné deux guerres mondiales et une Afrique anarchique et dépeuplé malgré une forte natalité...D'ailleurs les partisans de l'Europe que dirent-ils et que disent-ils? Une Europe contre la suprématie américaine, puis contre les tentatives de prise d'otage énergétique de l'Europe par la Russie de Poutine, contre "le péril jaune" que l'on craignait déjà avant la première guerre mondiale, et ce fut "le péril rouge"!ect...Nous créerons une Europe qui poursuivra sa lutte d'influence avec la Russie, qui continuera son rôle de "pôle attractif de la misère du monde", qui rivalisera avec les autres blocs, américain, chinois ou peut être l'Asie par un rapprochement entre Pékin et Tokio, pour un contrôle des matières premières comme le lithium des voitures électriques que l'on ne trouve que dans les salars andins, au Tibet, et en Australie." Le droit des peuples de disposer d'eux même" continuera de rester un voeux pieux, et ce monde n'empêchera pas la misère de se propager, la mort par la faim ou la soif par désetification ou la mort dans un contexte de cataclysme planétaire attendu passivement sera le destin de ceux que la nature impitoyable désignera, c'est à dire une bonne part de l'humanité.
C'est pourquoi j'appelle à la régionalisation économique planétaire en grandes niches écologiques et au respect du nationalisme, en séparant frontières culturelles et frontières économiques. S'il nous faut consommer mieux, il nous faudra aussi "produire plus" "travailler plus" pour lutter contre la famine et le manque d'eau, la désertification car il nous faudra prévoir des bouleversements majistraux de frontières par des cataclysmes planétaires, donc utiliser toutes les surfaces cultivables et faire reculer, disparaître les déserts, stocker des céréales.

J'invite ceux que ce projet interresse à cliquer sur le lien suivant pour rechercher les cartographies géopolitiques de ce blog, et à ne pas hésiter à me laisser des commentaires.
http://mariejeannejourdan07.skyrock.com/

lire également (cliquer): A propos de crise...

ATTENTION, le blog de skyrock va être transféré sur un overblog, si le lien ne fonctionne pas, revenir un autre jour.


 
Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 18:21
vendredi 25 septembre, canal+ documentaire- déforestation: massacre à la tronçonneuse.

Oui, plus qu'un désastre écologique, avec la disparition d'une des dernières forêts primaires dont certaines espèces d' arbres ont plus de 10 000 ans, qui abritent des bois aux essences rares et des espèces animales protégées, des fougères de 4m et de 500ans d'âge et dont l'existence remonte au Jurassique. L'abandon de cette forêt qui fut un parc nationnal aux mains d'industriels du papier est un crime contre l'humanité.
Cette forêt, unique au monde, non pas exploitée rationnellement, mais dont une surface comme "une fois et demi la surface de Paris disparaît chaque année", dont les 3/4 des arbres coupés ne seront pas utilisés mais brûlés sur place après arrosage par hélicoptère avec un mélange pétrole-gel, ne repoussera jamais, dans des clairières où l'on pratiquait une culture locale avant l'arrivée des industriels de la pâte à papier, on plante une monoculture d'Eucalyptus commun et non pas l'espèce géante, et l'on empoisonne les espèces animales de la forêt pour éviter qu'ils ne dévorent les jeunes plants, bon nombre d'animeaux domestiques s'empoisonnent ainsi également et meurent dans d'atroces souffrances au grand désespoir de leur maître.
Ces pratiques sont ignobles, mais bien des hommes s'accomodent de ce qui est ignoble mais...rentable! Aussi ce n'est pas cela qui me fait pousser un cri d'horreur mais la pensée que sous mes yeux se prépare un crime contre l'humanité, un crime qui va survenir probablement dans quelques années: c'est tout l'hémisphère nord qui est actuellement sous la menace de séïsmes majeurs( voir: LE TEMPS DES REVELATIONS ) ; hors, une grande majorité des terres se trouvent dans l'hémisphère nord, l'Australie est elle même en grande partie une terre désertique ou semi aride, cet été il y eut des incendies gravissimes, et l'on crée encore un désert dans une forêt qui apparait comme une terre d'exil et de survie pour l'humanité. Il est plus important de classer cette forêt "patrimoine de l'humanité" que les pyramides d'Egypte! Car il s'agit non pas d'un patrimoine culturel mais d'un patrimoine de survie pour dans 3ans, 5ans ou plus, espérons le, mais même dans 500ans, nous n'avons pas le droit moral d'une telle désinvolture criminelle vis à vis des générations à venir. Souvenons nous de Tchernobyl: la possibilité de cet  accident, tel qu'il s'est produit, à savoir un accident du système de refroidissement  et empêchant l'abaissement des barres de contrôle séparant le combustible(voir accident de Tchernobyl sur Wikipédia), fut envisagée dans la revue "sciences et vie" bien avant que l'accident n'eut lieu. A cette époque il y avait des réunions publiques organisées par E.D.F en France pour promouvoir "le tout nucléaire", je demandais donc, lors d'une de ces réunions au cadre d'EDF qui l'animait, compte tenu de la gravité d'un tel accident, si l'on pouvait se premettre de prendre un tel risque pour la population même si la probabilité de ce risque était faible; j'ajoutais également qu'un accident d'une plateforme pétrolière en mer du Nord, avait eu lieu quelques années après sa mise en route, alors que la probabilité de cet accident avait été estimé à 1/10 000. Avec assurance mon interlocuteur répondit qu'une probabilité d'un accident de ce type du réacteur était bien inférieure à 1/10 000 on ne disait pas "nulle" car en statistique, "nulle" n'existe pas, mais le risque était si faible qu'on pouvait le considérer comme théorique uniquement. L'assurance de sa réponse m'entraîna une autre assurance: celle qu'au cours de ma vie je verrai cet accident se produire, ce fût le cas effectivement, une dizaine d'années plus tard! Aussi, aujourd'hui, suis je persuadée que la négligence coupable qui consiste à détruire une terre de l'hémisphère sud quand celles de l'hémisphère nord risquent de devenir inhabitable en grande partie pendant plusieurs années, l'humanité aura à le regretter bientôt.
Je salue le combat héroïque que mènent en Tasmanie, une poignée d'écolo déterminés, au prix de leur vie, leur santé, la perte de leur bien, aux prises avec les géants de l'industrie du papier. Etre écolo, c'est une manière de vivre, de penser, de se soucier des autres, autour de nous et après nous, c'est un idéal de vie commun à un grand nombre d'individus et ceux qui souffrent  pour avoir voulu vivre leur idéal doivent être assimilés à des victimes pour discrimination religieuse ou syndicale.(dans rubrique blog complémentaire: cliquez sur cartographie géopolitique et chercher l'article religion écolo-babiste)
 Propositions pour sauver la forêt en Tashmanie (cliquer)
Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans écologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages