Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 10:09

"Eli, Eli, Lamma Sabachtani"? Selon l'évangile de Mathieu mais aussi de Marc, c'est dans ce dernier cri de désespoir que Jésus aurait rendu son dernier soupir. Et les deux évangélistes de traduire par "mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné"? Jésus doutant de Dieu, voilà qui rendit perplexe des générations de commentateurs bibliques et donna lieu à des interprétations ahurrisantes. On retiendra seulement dans l'expression de ce doute, l'expression bien humaine du doute face à l'échec ou la mort.  

- Replaçons maintenant ce cri dans le contexte biblique:

"Or depuis six heures il y eut des ténèbres sur tout le pays, jusqu'à neuf heures. 46Et environ les neuf heures Jésus s'écria à haute voix, en disant : Eli, Eli, lamma sabachthani? c'est-à-dire, Mon Dieu! mon Dieu! pourquoi m'as-tu abandonné? 47Et quelques-uns de ceux qui étaient là présents, ayant entendu cela, disaient : il appelle Elie. 48Et aussitôt un d'entre eux courut, et prit une éponge, et l'ayant remplie de vinaigre, la mit au bout d'un roseau, et lui en donna à boire. 49Mais les autres disaient : laisse, voyons si Elie viendra le sauver. 50Alors Jésus ayant crié encore à haute voix, rendit l'esprit."

( Martin Bible, Mathieu 27)

On remarquera que Jésus se fit appeler le plus souvent "fils de l'homme" et que l'expression "fils de Dieu" ne se retrouve que dans le récit de son procès, je renvoie le lecteur à la lecture des vidéos ci - dessous. D'autre part, dans une tradition orientale, Thomas, rédacteur d'un évangile apocryphe aurait été le frère jumeau de Jésus. On peut se demander si le récit de la transfiguration où "Jésus" apparait entouré par Moïse et Elie, n'est pas le reliquat d'un Jésus historique ayant un jumeau dont l'un aurait été considéré comme la réincarnation de Moïse, l'autre d'Elie. Aussi bien dans l'évangile de Mathieu que dans l'évangile de Marc(15), il est question de témoins qui comprennent qu'il appelle "Elie" à son secours. Le plus vraisemblabe est donc qu'effectivement il interpelle un certain "Elie", la traduction par "mon Dieu" des évangélistes semble plus probable lié à la conception plus tardive de "Jésus fils de Dieu" introduite ultérieurement, conception que ne partageait pas notamment Thomas l'évangéliste ni d'autres juifs le considérant comme prophète(les "mi - juifs" fut l'expression de l'église pour désigner les juifs voyant en Jésus un prophète sans lui reconnaître de caractère divin). On connait la suite: un légionnaire au pied de la croix croit en lui, Joseph d'Arimathie réclame son corps, Jésus est descendu de la croix sans avoir les jambes brisées, tenu pour mort, et pour s'en assurer, le légionnaire lui perce le flan de sa lance. Thomas aurait évangélisé en Asie du et serait mort le dos percé d'une lance. 

On peut supposer que si Jésus et Thomas était effectivement deux jumeaux dont la tradition fit d'eux un seul Jésus, sans doute pour la même raison que Jésus ne pouvait en tant que fils de Dieu avoir des frères selon l'église et que le mot "frère" aurait désigné ses cousins, cette confusion fut renforcer parce qu'ils jouaient sans doute de leur ressemblance pour déconcerter leurs ennemies: l'un se montrant pour l'attirer quand l'autre était en mauvaise posture et risquait d'être pris. Dans ce scénario, on peut donc se demander si par la suite l'histoire des deux fut mélangé dans le récit d'un seul personnage, d'où la lance du légionnaire perçant le flan du crucifié. La vidéo ci dessous montre la description de deux Jésus: l'un pieux disciple de Jean Baptiste, l'autre débonnaire, ne respectant pas le sabbat, et dans le récit de l'eucharistie semblant vouloir initier ses disciples au mithraïsme, religion monothéiste répandue dans l'empire romain antérieur au christianisme, basé sur le culte du soleil. Peut être l'éponge contenait une drogue le longeant dans un état plus ou moins léthargique, peut être donc fut-il supplicié et non pas tué sur la croix, peut être son adhésion au mithraïsme répandu dans les légions romaines le sauva, décribilisé par sa mise en croix, il ne représentait plus un danger pour Rome, sauf si un séïsme fut vécu comme la manifestation de la colère divine. Thomas continua l'évangélisation, nul doute cependant que Rome ne pouvait laisser vivre le frère jumeau d'un homme qui jugé apostat par les siens, devenait à son tour prétendant royal légitime même s'il s'agissait d'un ascète préférant l'évangélisation à l'intrigue politique qui avait déjà fait coulé tant de sang.  

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans histoire religieuse
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 14:53

2e partie

Dans la première partie nous avons vu que les mythes du déluge à Sumer, à Babylone ou dans le livre biblique de la genèse semble être les vestiges du souvenir de deux déluges, l'un en Mer noire, l'autre la montée des eaux du Golf persique, récits des deux entremêlés et mêlé à celui de l'explosion de la caldeira de Santorin.

Cherchons maintenant à travers les récits de la création s'il existe également des liens et les renseignements donnés par ces textes sur les hommes qu'il décrit et voyons s'il est possible de les rattacher à un type de peuplement.

- La création:

G6: la terre était informe et vide; il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au dessus des eaux...Dieu sépara la lumière des ténèbres

Dieu dit: qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux. Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au dessus de l'étendue. Et cela fut ainsi. Dieu appela l'étendue ciel.

Mythe sumérien: Anki, la montagne primordial cosmique(représentée par la ziggourat) sortit de l'océan primordial Nammu. De Nammu naquit aussi Enlil dieu des vents, et Enki esprit qui contient tous les esprits des êtres vivants

Enlil sépare An(ciel), partie mâle, de ki, partie femelle(terre), créant ainsi le ciel habité par le dieu An, le roi des dieux, l'espace entre le ciel et la terre domaine de Enlil qui deviendra roi des dieux à la place d'An, les eaux souterraines domaine de Enki.

Dans les deux cas, il y a donc création de 3 espaces(lire numérologie 3 chiffre sacré), créé par un seul dieu, YWH dans la genèse, Enlil un des 4 grands dieux créateur (les dieux créateurs sont: An créateur des dieux Annunakis, des Igigis qui servent les Annunakis (avant leur révolte et de gagner le ciel), Enlil dieu de l'atmosphère et végétation qui crée les animaux en s'unissant à Ki(déesse Ninsursag), Enki(Ea) qui crée l'humanité, pour remplacer les Igigis dans leur service aux dieux, en s'unissant aussi à Ki).

On peut penser que l'idée de la montagne cosmique surgissant de l'océan chaotique, est l'idée d'un peuple marin qui prit pour analogie de la création, l'apparition d'une île dans l'océan ou mer, île qui peut disparaître comme la terre sous le déluge.

Mais le mythe de Babylone se rapproche encore mieux de celui de la Genèse.

La création de Babylone est celle "d'un monde nouveau". Il y eu d'abord un monde de dieux (idem que celui de Sumer) apparu suite à l'union de l'eau douce Apsû(mâle)et Tiamat,l'océan et Dragon des mers, qui jusque là coulait côte à côte sans jamais se toucher. Ce qui n'est pas sans évoquer les bouleversements engendrés par la rupture de la barrière du Bosphore en Mer noire.

Il a en commun d'avoir un seul Dieu créateur, Marduk, qui devient roi des dieux pour avoir tué Tiamat: Il brisa d'un coup de massue le crâne de Tiamat; et le sang de la déesse porté par les vents devint une sève féconde donnant la vie. Marduk ouvre le crâne de Tiamat, de la partie supérieure il fit la voûte du ciel, de la partie inférieure, les assises de la terre. Et l'on retrouve les 3 domaines confiés aux 3 dieux: An, le ciel, Enlil l'espace intermédiaire, Enki, les eaux souterraines. Un ordre était crée. Il fixa les astres au firmament, ordonna au soleil de tourner autour de la terre, et accrochant la lune sur son cercle. Il ouvrit dans l'univers une porte à l'est et une autre à l'ouest pour livrer passage au soleil. Il régla le cours des étoiles, déterminant la longueur des saisons et celle des années; et désormais, le temps connut une marche mesurée.

genèse1,(14 à 19): Dieu dit: qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour de la nuit; que ce soit des signes pour marquer les époques, les jours et les années; et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand pour présider au jour, le plus petit pour la nuit; il fit aussi les étoiles.

Mais il y a une différence surprenante sur le "fond" en conservant "la forme", c'est ce qui concerne la création des hommes

Enki(Ea) crée non pas un homme mais "les hommes", ce qui est plus conforme à la réalité biologique car une espèce ne peut se développer avec un seule couple.

Alors que dans la genèse, YHWH crée un homme dont il crée la femme à partir de la côte de l'homme. Seul l'homme est crée avec la poussière et le souffle divin, ce qui conduisit dans le judaïsme archaïque et dans l'Islam conservateur à considérer que seul l'homme était animé d'un esprit issu du divin, la femme restant "la chair" de son père, puis plus tard la "terre" fertile de son mari. Jésus innova en déclarant qu'un enfant était un esprit né de l'union de l'esprit de son père ET de sa mère.

Dans l'épopée de Gilgamesh(akkadien -1700), Enkidu est cependant décrit comme une créature mi dieu - mi homme le fils de AN, dieu du ciel, qui est fait "à sa ressemblance":

Gilgamesh étant un terrible tyran, les gens d'Uruk se plaignirent à Anû. Le maître du ciel entendit leur prière et eut pitié de leur malheureuse condition. S'adressant à la déesse Aruru(déesse de la terre ou Ninturhag), celle là même qui autrefois avait formé les hommes avec de la glaise sur laquelle Ea avait soufflé le souffle de la vie et assigné un destin, "conçut une image d'Anu", lava ses mains, prit de l'argile, la jeta dans la steppe; Dans la steppe forma Enkidu le preux. Mis au monde dans la solitude, puissant bloc de Ninurta, Velu par tout le corps. Il a une chevelure de femme, drue comme ceux de la déesse des orges(autre version: ses cheveux étaient longs, descendaient sur sa nuque; tout son corps était hérissé de poils, qui se distinguaient à peine de peaux de bêtes qui formaient son vêtement. )Il broute l'herbe. Avec les hardes(d'animaux) il boit au point d'eau...

La genèse également nous décrit un être humain très particulier, Esaü, frère jumeau de Jacob(ou Israël), ancêtre des 12 tribus hébreux d'Israël:

G25, 25(naissance): le premier sortit entièrement roux, comme un manteau de poils...

plus tard, son frère Jacob, lui volera son droit d'aînesse et sa mère, lui couvrira les mains et le cou avec une peau de chevreau pour que son père, aveugle, puisse croire en le touchant qu'il est Esaü et le bénisse.

Enkidu est décrit comme poilu, blond, les yeux bleus probablement puisqu'il est créé à la ressemblance du ciel. Les cheveux descendants sur sa nuque, comme à cette époque en orient, les hommes portent tous les cheveux longs, s'agit - il d'une implantation basse comme...pour l'homme de Néenderthal dont le crâne particulier était à l'origine d'un empâtement à la base de la nuque cachant le cou très court et musclé, d'où une implantation basse des cheveux? Coupa t- on les cheveux de Samson, non point pour lui enlever sa force mais pour voir chez un métis, l'implantation de cheveux? Esaü comme Samson ou Enkidu sont décrit comme d'une force surhumaine. Ces textes reflètent-ils le souvenir de l'insertion de Néandertalien isolé au sein des homo sapiens, apprécié pour leur force comme soldat ou dans les travaux de chantiers monumentaux, en Egypte ou en Mésopotamie? Puis, comme les Igigis, se sont -ils révoltés et ont été éliminés. Faut - il y voir là l'origine des sacrifices d'enfant(culte Molok répandu à Carthage et en Canaan)?

Nous avons trop peu d'éléments pour y répondre, et l'on considère que Néenderthal a disparu vers-2800. Mais on peut se poser la question et ...chercher!

Mais une chose est certaine, c'est que la genèse a gardé le souvenir d'Eden comme étant Sumer à la fin de l'époque Obeïd (voir 1er partie) si on en croit la généalogie d'Adam et en prenant - 2004 comme date du départ d'Abraham:

Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là se divisait en 4 bras(le Nil était la référence, et l'Euphrate coulait "à l'envers", d'où la desciption de l'aval vers l'amont!).

<le nom du premier est Pischon, ; c'est celui qui entoure tout le pays d'Havila, où se trouve l'or. L'or de ce pays est pur, on y trouve aussi le bedellium(résine aromatique d'Arabie) et la pierre d'onyx. Le nom du second fleuve est Guihon, c'est celui qui entoure tout le pays de Cush(hors un fleuve traversant tout le plateau arabique se jetait dans l'Euphrate, il disparu dans une faille, il y a 8500 ans au moins, (mais des résurgences on peut être existées et aujourd'hui disparut), le nom du troisième est Hiddékel, c'est celui qui coule à l'orient de l'Assyrie. Le quatrième c'est l'Euphrate.

D'autre part sur la carte ci dessous(voir lien), on voit que il y a 5000 ans, les rivages du golf étaient différents si bien que 4 fleuves s'y jette.

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans histoire religieuse
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de &quot;plaidoyer pour un monde viable&quot;(commande aj56@live.fr)-sociologie- et &quot;le temps des révélations&quot; roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de &quot;plaidoyer pour un monde viable&quot;(commande aj56@live.fr)-sociologie- et &quot;le temps des révélations&quot; roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages