Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 20:18



La religion pour la Vie en ce début du 3eme millénaire, née sur internet, prend le nom d' Ecolo-babisme en hommage au Bab,

Le Bab est né en Perse et qui fut, à partir de 1844, à l'origine d' un important mouvement religieux qui rassembla chrétiens, musulmans,bouddhistes, sur l'idée que "Dieu adressa différents prophètes à différents peuples pour mener l'humanité sur le chemin de l' unité, . Plus tard, Baha Ulla s'en inspira pour créer le Bahaïsme toujours persécuté en Perse. Mais le bahaïsme diffère du babisme, en ce sens qu'il correspondaient à une époque aux idéologies internationales et antinationaliste, le nationalisme se définissant comme une unité culturelle sur un même territoire, le communisme qui prétendait unir les classes ouvrières de tous les pays pour s'élever contre d'autres catégories sociales, dans les deux cas il y .a avait recherche d'une humanité unifiée.

- L'écolo - babisme, religion virtuelle qui deviendra réelle si elle correspond à un besoin actuel (et c'est ce que je crois) ne recherche pas l'unité dans la fusion des cultures mais dans la complémentarité des différences, une humanité aux multiples visages, comme notre terre aux multiples paysages
Il proclame que "le Dieu vivant" du judaïsme, christianisme, de l'islam..., se manifeste dans le "patrimoine génétique commun de l'humanité" qu'il nous faut préserver afin d'assurer notre résurrection génétique puisqu'un un nombre fini de combinaisons génétiques sur un temps que nous voulons infini en oeuvrant contre l'extinction de l'espèce par un cataclysme planétaire naturel ou d'origine humain, finit par régénérer des individus génétiquement très proches. N'oublions pas que 99°/° de notre patrimoine génétique est commun avec le chimpanzé, si on enlève également des critères raciaux commun à un groupe, ce n'est qu'un petit nombre de gènes qui codent notre individualité.
Chacun peut bien nommer son Dieu du nom qu'il lui plaira, en ce qui me concerne, le Dieu de la civilisation sumérienne, vieille de plus de 5000 ans, Ea, me semble fort bien convenir, selon la description suivante:
Anu règnant sur le ciel, engendra à son tour un seul fils: ce fut Ea. Avec Ea, l'univers connut une force nouvelle, et ce fut l'esprit....il était "Celui qui connaît". En lui se trouvait contenu, de façon mystérieuse, tous les êtres qui avaient existé jusque là. Il n'y avait plus de secret dans le monde, car Ea connaissait tout.
Dès lors, les générations divines se succédèrent avec une grande rapidité. Il naquit des dieux en grand nombre, chacun incarnant une qualité d'Ea. Il y eut le dieu de la Guerre, la déesse des fileuses, le patron des artisans, celui des moissonneurs,celui des bergers, les divinités des sources et celles des montagnes. Ea par sa seule pensée, concevait les êtres à venir, et chacune de ses pensées était un Dieu qui naissait.
-extrait de contes et légendes de Babylone et de Perse.


BUT ACTUEL: obtenir un droit de consultant pour notre foi auprès de l'ONU comme tout autre religion, afin de mettre en place la "régionalisation planétaire" qui évite les conflits liés au contrôle de l'eau, énergie, matières premières, et prévoit pour toute population une terre d'accueil si destruction de son territoire, entend désurbaniser les zones à haut risque sismique, et faire reculer, disparaître le désert.



ORGANISATION :

S'inspire des premières communautés chrétiennes:
Formation de "cercles ou "communauté"d'individus ayant un même idéal, allant vers la protection de la vie.
Chaque cercle ou communautés s'organise autour d'un maître qui anime le groupe, définit les conditions d'appartenance au groupe (religieux, professionnel, passion commune...virtuel..).
Les groupes babistes ont seulement en commun:

  • La volonté de protéger la vie et survie en s'organisant pour faire face à un cataclysme. Par définition c'est donc une pensée écologique.
  • le respect et la défense du patrimoine génétique de l'humanité et pour cette raison refuse l'usage du nucléaire(sauf dans le domaine de la conquête de l'espace).
  • Leur Dieu, c'est la Vie, peu importe le dogme divin auquel il se rattache: Dieu matériel créateur des francs maçons, la manifestation du Dieu vivant des monothéïsmes issu du monothéïsme judaïque. ou l'esprit communautaire nationaliste ou autre(corps de métier cf dogme sumérien Ea)
  • l'égalité en droits de l'homme et de la femme.

Les liens entre les cercles ou communautés se font par les médiateurs qui appartiennent au deux communautés ou apôtres s'il s'agit de deux communautés religieuses. Le médiateur pratique l'équité et l'hermétisme c'est à dire il agit dans l'intérêt des deux communautés et il ne donne aucun renseignement concernant un cercle ou communauté à l'autre cercle sans y être autorisé par les intéressés.

- Pour les croyants, le patrimoine génétique de l'humanité est le corps d'une entité vivante d'une pensée universelle fusionnelle que chaque individu peut enrichir en communion avec ses semblables(communication inconsciente par la pensée) et qui inspire tout individu en état de réflexion profonde. L'harmonie des relations humaines accouchera d'un Dieu véritablement universel et du paradis terrestre où chaque individu libéré de la peur et des aliénations qui en naissent(drogue, cupidité,...) aura les moyens de se réaliser pleinement suivant ses facultés. Pour que ce patrimoine ne s'appauvrisse pas et permette la régénération de tous, il faut permettre à tous de vivre et transmettre la vie, en limitant cependant à 4 le nombre d'enfants par femme sur l'ensemble de la planète, et à 3 en cas de villes surpeuplées.

Le calendrier écolo-babiste, ses particularités:

Il garde les fêtes suivantes: nouvel an, noël, les fêtes nationales selon les pays. Y figure les prénoms de tous ceux qui ont apporté un + à l'humanité, on distingue:

-Les prénoms liés à un message universel: des philosophes universels(Jésus, Bouddha), les scientifiques, de grands humanistes comme soeur Théréza de Calcutta ou soeur Emmanuelle et les chiffoniers du Caire, ou Abdul Sattar et sa femme Guildir Edhi à l'origine de la fondation Edhi du pakistan qui a ouvert des orphelinats et hospices dans tous le pays et suit avec intérêt le devenir des enfants receuillis. Abdul Sattar Edhi et sa femme Guildir Edhi à l'origine d'une fondation caritative au Pakistan qui a secouru jusqu'à 20 000 enfants abandonnés, amis en place des berceaux dans la rue pour receuil anonyme des orphelins, secouru également des sans abris, toxicomanes, femmes battues, handicapés mentaux abandonnés... et même une jeune hindou sourde et muette libre de pratiquer son culte à la fondation en privé(documentaire TV). Edhi devient un prénom. les héros universels comme les liquidateurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ou les pompiers morts en mission...ou des créateurs artistiques ou sportifs pour ceux qui les prennent comme modèle. Ou bien encore ceux morts pour la liberté d'expression.

-Les héros nationaux ou représentatifs d'une communauté humaine: Mahomet car l'islam est une théocratie et non une philosophie, Jeanne d'arc en France, Napoléon ect...

-des prénoms symboliques de paix et fraternité notamment, comme Pacahontas, les noms des héros du roman fantastique du "seigneur des anneaux", ect...

-Le ramadan et le carême sont remplacés par le ramarême qui ne dure que 14 jours et à dates fixes. Il se termine par la fête de "Jésus, Bouddha et Mahomet" au 15e jour.

Chaque communauté humaine établit son calendrier en fonction de ses caractéristiques particulières:

ex: calendrier professionnel ou associatif, y figurent les prénoms de créateurs ou inventeurs se rapportant à leur activité

- les prénoms des membres fondateurs du cercle associatif, professionnel, ou familial.

-En dédicace de ce calendrier pourrait figurer cette citation d'Alphonse Daudet(écrivain français (1844-1924)

La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs, mais parce qu'un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l'état pacifique.

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 18:18

Ami lecteur,

- Hier, je mettais à jour le calendrier écolobabiste sur ecolobabisme.com link, quand, à la date du 18 février, je suis tombée sur la fête de Ste Bernadette ou Bernade Soubirous(1844 - 1879) qui devint religieuse sous le nom de soeur Marie Bernard et fut déclarée "bienheureuse" par le pape. Sur ce calendrier vous trouverez le nom de tous ceux qui se sont battus pour protéger la vie, religieux ou non, et aussi ceux qui par leur action ont contribué à l'évolution de la science, la connaissance partagée ou encore le nom de leader culturel qui sont l'objet d'une vénération d'un grand nombre 

- Et  je me suis interrogée pour savoir si "Bernadette Soubirous" devait être noté sur ce calendrier:

  • Certes je ne crois pas à l'existence d'apparition en tant que personne exprimant une volonté, "la Vierge Marie " en l'occurence.Une vision représente une réponse a une question existentielle capital pour le sujet chez qui elle se produit et qui doit déterminer par la suite une conduite de vie.
  • Mais il est vrai que  Lourdes après les visions de Bernadette a apporté soulagement et espoir aux plus désespérés, voir une foi guériseuse pour certains et ce pour des milliers de pélerins pendant plus d'un siècle. Si l'on ne considère que le résultat des visions de Bernadette ne mérite t-elle pas de figurer sur ce calendrier?
  • Durant sa courte vie(décédée à 35 ans de la tuberculose) malgré sa santé fragile et ses propres souffrances, elle sera toujours à l'écoute des autres, notamment en travaillant à l'hospice des indigents quand elle sera religieuse, et donc "un modèle chrétien à l'image du Christ souffrant" tel qu'on le conçoit chez les catholiques pieux: au service des autres, protectrice de l'indigent, mais sans en retirer de l'orgueil en agissant avec condescence, mais en étant réceptive à la souffrance d'autrui qui devient donc sa propre souffrance n'est ce pas là la meilleure raison?

 

 Pour examiner ce problème, reprenons le récit de sa vie qui en est fait sur wikipédia:

  • Sa mère se retrouvant enceinte avant de l'avoir sevré, elle est confiée à une nourrice, une femme dont l'enfant est mort né et qui s'attache à l'enfant, la gardant gratuitement jusqu'à l'âge de deux ans. 
  • Elle est l'aînée et s'occupe des cadets.
  • Il y a dans cette famille, 3 enfants morts en bas âge et une fille mort - née. Pour les deux premiers, Bernadette n' a que 1 an puis 4 ans au moments de ces décès, mais pour le 3 e, elle a 20 ans et le nourrisson décédé a 7 mois, et 22 ans pour la dernière mort -  née. Les apparitions se produisent en 1958, soit l'année de sa première communion. Elle est donc soit trop jeune, soit trop âgée pour qu'un lien direct puisse s'établir entre ses visions et ces décès.
  • sa famille connait la misère, vivant à six dans une pièce d'environ 4m sur 4m. Son père fera 8 jours de prison, soupçonné d'avoir volé deux sacs de farine, la grande pauvreté dans laquelle se trouve cette famille est la raison du soupçon qui pèse sur lui. A 13 ans, elle travaille dans le bar tenu par sa marraine chez qui elle loge, soeur aîné de son père. Puis elle retournera chez son ancienne nourrice à Bathrès où elle s'occupe de deux jeunes enfants, du ménage et des agneaux. C'est là qu'elle commencera à suivre le cathéchisme en vue de la première communion; mais le village perd son abbé et elle retourne à Lourdes pour pouvoir faire sa première communion.
  • Sa première vision, elle l'a à 14 ans, alors qu'elle est accompagnée de sa soeur de 12 ans qui répètera à sa mère les confidences de sa soeur, ce qui leur vaudra des coups de bâton.
  • Elle a de fréquentes "crises d'asthme"
  • Elle devient tuberculeuse en 1875 et meurt, à 35 ans de la tuberculose en 1979, soit 4 ans plus tard.

 

- On constate qu'elle a connu deux évènements traumatisants: elle est séparée à 2 ans d'une nourrice  à qui elle a servi de substitut affectif à la perte de son nouveau né et non par nécessité et pour salaire. Elle subit le mépris et la méfiance qu'inspire la pauvreté puisque son père est jeté en prison sur simple accusation, sa famille sera deux fois expulsée, l'armoire, unique meuble, confisquée. Ce n'est qu'à 14 ans qu'elle s'instruit de manière irrégulière pour apprendre le métier de couturière chez les soeurs de la charité, dans la classe des indigents, avant, elle n'a jamais été scolarisé. Et c'est peu de temps après cette scolarisation qu'elle a sa première apparition.

 

 

Examinons cette première apparition:

- Pendant longtemps, elle dira simplement voir  une "petite demoiselle".

la vision de Bernadette(son prénom est Bernarde, mais on l'appelle par son diminutif "Bernadette" pour la distinguer de sa marraine dont elle porte le prénom) est simple à comprendre: elle s'apprête à faire sa communion, et ce sacrement a pour elle une grande importance: cette "petite demoiselle", c'est elle qu'elle voit, une pensée tellement forte qu'elle s'impose à la vision: la communion lui redonne sa dignité et efface des années d'humiliation, ce jour là elle sera à l'honneur, toute en blanc et avec une belle robe. Et sans doute, être dans la classe des indigents lui vaut le mépris des autres classes, ce n'est peut être pas un hazard si cette vision se produit quelques jours après sa scolarisation à 14 ans, quand la plupart des jeunes filles les terminaient à 12 ans. Lorsqu'à l'école on connait  sa vision, que d'autres ont interprété comme celle de la vierge Marie, elle est traitée de va - nu - pied (wikipédia);

Au fond d'elle même, Bernadette sait que cette vision est en rapport avec sa personne, mais comme une "amie imaginaire" et non une autre elle même. Cette vision est probablement une projection dans le temps de ce qu'elle fut à 2ans: l'enfant désiré dans une famille non miséreuse.

J'ai eu à ce sujet le témoignage de deux personnes âgées dans ma jeunesse:

-l'une avait été laissé en nourrice jusqu'à deux ans à  la campagne par sa mère. Elle se souvenait qu'il y avait d'autres enfants et pour elle la nourrice était sa mère, les autres enfants ses frères et soeurs. Elle a toujours gardé la nostalgie de cette perte, c'était surtout le statut de "fille unique" dont elle souffrit.

- L'autre, d'une famille paysanne nombreuse, s'attira l'affection de la châtelaine qui la prit chez elle régulièrement, ce qui prenait le chemin d'une adoption. Mais sa mère coupa les liens. Celle ci considéra que sa père avait été égoïste, chez la chatelaine sa vie aurait été meilleure.

Bernadette, elle, est sans doute entre ces deux cas: elle aime sa fratrie, s'ennuie alors qu'elle est retournée chez sa nourrice car elle a 14 ans, elle est là pour aider et non pour être maternée. Mais elle devient une jeune fille respectée, qui travaille comme toutes les jeunes paysannes de 14 ans, à qui l'on confie les enfants, soit une tâche de confiance, au cathéchisme elle devient une "enfant de Dieu" comme les autres, elle apprend qu'il y a un monde après la mort où l'on a ni faim ni froid, et, suprême honneur, on est près de Dieu et égaux en tout.Elle a soif de dignité, mais son cathéchisme est interrompu et elle retourne à Lourdes. La communion est un jour solennel, ce jour là elle se sentira repecté, mais elle sait qu'elle restera la pauvresse, elle ne peut être qu'une fille à marier sans dot, et même pour entrer en religion, elle rentrera sans dote; même au sein du couvent les classes sociales se reconnaissent.

Elle apprécie que sa vision dit - elle, parle occitan et la vouvoie à une époque où les enfants ne parlant pas français à l'école étaient réprimés. Cette grotte qui ressemble à une porte sur un autre monde, lui donne un aperçu du paradis tel qu'elle le conçoit pour elle: une belle robe blanche et on la respecte, le paradis des demoiselles (tandis que dans le Coran on trouve le paradis pour un homme).

 

, elle éprouve le besoin de se confier à sa soeur mais elle lui demande de le dire à personne, consciente qu'on ne la croira pas, elle, la "va - nue - pied" .Et c'est aussi pour cette raison qu'une femme du monde, ancienne domestique épousée par son maîtreva sera la seule à s'interesser à elle au départ: cette femme s'est élévé par le mariage tout comme Bernadette devrait  - l'être par sa vision, cette femme met en place un mini affrontement des classes sociales.

Ce n'est que parce que l'on doute de sa vision, qu'on la bat et qu'elle est encore humiliée, que les religieux ne s'interresse qu'à l'apparition de la vierge Marie, qu'elle finira par déclarer, sans mentir, mais parce qu'inconsciemment on l'y a conditionné,  avoir vu "l'Immaculée conception" et non la "vierge" que l'imagerie populaire représente sous les traits d'une femme adulte et mère. Cette réponse, en effet, pour cette petite paysanne semble lui avoir été "souflée":  Bernadette refuse de dire avoir vu la Vierge malgré les propos insinuatif de l'entourage religieux, elle s'en tient à la vision de la "petite demoiselle", alors sans doute un avis de ce genre est émis: elle a vu la Vierge "enfant", "immaculée dès sa conception.Que la vierge apparaisse à un enfant, celà est admis aisément, mais un double d'elle même apparait comme une ruse du "malin" pour la posséder, la volée de coups de bâton au yeux de sa mère  peut être vertu d'exorcisme...Que ce soit pour cette raison ou parce qu'elle pense qu'elles mentent ou blasphèment, leur mère a sans doute compris qu'elles rêvent d'être dans un milieu social mieux respecté. Une chose est sûre, la misère n'est pas que dans le monde ouvrier et la famille Soubirous semble sortir d'un roman d'Emile Zola.

La mère du couvent de Nevers ne s'y trompera pas, pour elle, Bernadette s'identifie à la vierge qui selon elle apparait sous une forme juvénile. Dans un premier temps, elle est sans cesse humiliée de crainte que cette vision soit le fruit de l'orgueil et du diable, mais la mère supérieure finira par déclarer qu'elle est la "fille de Marie", sa vision annonçait sa vocation religieuse..Les carmélites voulurent également que Bernadette choisissent leur couvent, et pour une visionnaire chrétienne, quoi de plus logique qu'un couvent consacré à la méditation? Mais le clergé manoeuvre pour éviter cela: Il ne veut pas que Bernadette devienne la vierge incarnée ou l'annonciatrice de la Vierge , tout comme Jean Baptiste annonça Jésus, bref que les carmélites en face une nouvelle papesse.Ce combat dont la pauvre Bernadette est l'enjeu, qui se déroule derrière les murs portes fermées des monastères et hauts lieux de l'église catholique, reste le même combat  depuis Jésus, la parole aux femmes: Jésusqui leur la donne,l'église empreinte du judaïsme et du patriarchat romain qui la restreint , Bernadette de Soubirous qui favorise le culte de la vierge, annonciateur du combat des temps nouveaux, celui de l'émancipation de la femme qui aujourd'hui encore, n'est pas partout gagné.

Ceci dit, il faut encore souligner la justesse de la vision de Bernadette(je dis bien "vision" et non "hallucination", Bernadette est en état de rêve éveillée, mais vit en toute conscience le monde réel): selon les écrits orthodoxes, Marie aurait servit au temple avant que Joseph ne la prenne chez lui. Joseph est veuf, si elle va dans sa maison, c'est qu'elle n'a plus ses propres parents ou que Joseph est un parent éloigné ou qu'elle est promise à un fils de Joseph. Donc quand elle sert au temple elle ne peut avoir atteint la puberté parce qu'aucune femme menstruée(jugée impure) ne pouvait servir au temple, et l'âge maritale pour la femme était de 13 ans. L'image de Marie, avant la naissance de Jésus est donc bien celle d'une "petite demoiselle" et non celle d'une femme mature.

- Bernadette, inconsciemment à la recherche d'une certaine forme d'égalité sociale, cherche un "temple" pour l'abriter de ce monde injuste, et cette image qui surgit lui vient peut être de ce que je nomme "la mémoire génétique", cette mémoire qui fait que même sans éducation parentale, "l'instinct" dicte des conduites instinctives chez l'animal. Chez l'homme, peut être surgit -il lors d'angoisse mystique et des zones habituellement inactives de chromatine de notre ADN cellulaire nous transmet des images du passé par un mécanisme encore inconnu: la mémoire inter - générationnelle quand on se trouve dans une situation identique à celle qui a marqué un lointain ancêtre. Jésus est considéré comme un descendant de David. Les descendants de David furent massacrés par Hérode, peut être que Marie, jeune veuve et enceinte se cacha dans un premier temps au temple puis fut marié à Joseph dans un second temps. Et ce mécanisme peut très bien s'associer au premier pour expliquer la vision

 

A chacun donc de penser ce qu'il veut, une chose est sûre: Bernadette fut une martyre de plus de la bêtise humaine.

Si Bernadette était restée chez sa nourrice et fait sa communion auprès de l'abbé de Barthès, elle se serait senti valorisé par sa première communion et aurait probablement mené une vie comme toutes les jeunes filles de son temps: elle se serait marier ou serait rentrer au couvent.Et si les religieux de son temps avaient respecté sa vision, il aurait fait comme elle le demandait un petit couvent sans les "marchands du temple" que la basilique attira, un couvent de carmélites. Car imprégné par la culture des "hermites", Bernadette voulut manger l'herbe et boire l'eau boueuse de la source qu'elle trouva en grattant la terre, montrant par là qu'elle avait bien une conduite instinctive développée. Mais elle semblait guère enthousiaste par cette épreuve, et les hermites ont toujours été des hommes.

 

L'écolobabisme considère que s'il y a lieu d'avoir des lieux de retraite paisible, il n'est pas souhaitable de générer une inutile souffrance par abstinence sexuelle à vie qui entretient les visions pouvant déboucher sur l'hallucination.

La valeur chrétienne se juge dans les actes, pas dans la méditation qui ne peut avoir d'intérêt que si elle débouche sur des actes ou des valeurs humaines transmissibles.

 

 

 

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 21:50

Eden, le premier "jardin du seigneur" a bien existé, il y a plus de 12000 ans, soit à la fin de la dernière glaciation.

Le terme "jardin du seigneur",  désigne en effet une zone bien irriguée pour des tribus nomades du moyen oreint traversant des déserts: c'est ainsi que l'Egypte(delta du Nil), la vallée du Jourdain, ou encore Sodome et Gomorrhe avant leur destruction, Canaan sont désigné.

D'autre part, Eden est géographiquement bien localisé:

Eden est lié à quatre fleuves: "l'Eternel Dieu planta un jardin en Eden(signification:délices), du côté de l'Orient, et il y mit l'homme qu'il avait formé. L'Eternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréable et bon à manger, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Un fleuve sortait d'Eden et se divisait en quatre bras. Le nom du premier est Pischon; c'est celui qui entoure tout le pays d'Havila, ou se trouve l'or. L'or de ce pays est pur; on y trouve aussi le bdellium(arbre à myhrre qui pousse en Arabie et Afrique de l'est) et la pierre d'onyx. Le nom du du second fleuve est Guihon; c'est celui qui entoure tout le pays de Cush(Ethiopie), le nom du troisième est Hiddékel(tigre); c'est celui qui coule à l'orient de l'Assyrie. Le quatrième fleuve c'est l'Euphrate."

- mais les auteurs de ce texte n'ont évidemment pas des conceptions géographiques modernes: les fleuves ont valeur de frontière naturelle limitant une ère de vie qui les entoure, ils ne se préoccupent pas des affluents, ni même du sens du courant et de la notion source et embouchure: ainsi le Nil pour les anciens égyptiens était "le fleuve", et l'Euphrate "le fleuve qui coule à l'envers" puisqu'il se jette dans le Golf persique par rapport au Nil de direction sud-nord, en direction de la Méditerranée.

 le Tigre et l'Euphrate sont deux affluents se jetant dans "le fleuve sortant d'Eden"  ainsi que deux autres fleuves dont l'un "entourant le pays de Cush" semble être le Nil, et l'autre le pays d'Havila. Mais l'auteur du texte en parlant de fleuve "sortant" et qui se divise en quatre bras, semble évoquer un delta, cela s'explique aisément, l'auteur décrit Eden en se référant "au jardin" de son temps, le delta du nil et ses sept branches.

 Havila cité dans  des textes anciens de part la présence de bdellium et de l'or évoque une région d'Arabie. Ce fleuve entourant Havila est nommé Pischon. Hors, en 1993 des géologues américains observant une carte satellite, découvrit un fleuve fossile qui prenait sa source dans  les montagne du Hédjaz, une région du nord ouest de la péninsule arabique et se terminant dans l'actuel Koweït.

Ce fleuve fossile suivait une faille géologique et aurait disparu il y a au moins12000 ans: ce qui nous fait dater l'histoire d'Eden à cette même période, ce qui correspond à la fin de la dernière glaciation. lire à ce sujet: linkgematrie.online

Il s'agissait donc d' un fleuve se dirigeant encore vers l'ancien lit de l'Euphrate dont la portion terminale se trouve actuellement, sous le Golf Persique(vu par satellite). En effet, le niveau des océans et avec lui celui du Golf persique à monter à la fin de la dernière période glaciaire qui s'achèvera vers -11 000 ans, l'holocène notre ère interglaciaire actuelle, donc il y a 12000 ans et plus, à l'époque d'Eden, le niveau des eaux persique était plus bas et l'Euphrate parcourait une bien plus longue distance avant son embouchure dans le golf, et Eden se trouvait en aval des affluents décrits. Quand au Nil bleu, bien qu'il soit en Afrique et donc n'a jamais pu être un affluent de cet ancien tronçon de l'Euphrate sous les eaux, sa citation dans le texte s'explique aisément: il devait être infranchissable pour un radeau de l'époque, par contre la mer rouge dont le niveau était plus bas qu'actuellement du fait de la glaciation, devait être aisément franchissable avec une embarcation légère. Il s'agit donc d'une tribu de chasseur-ceuilleur, au vaste territoire, allant de l'embouchure de l'ancien Euphrate, jusqu' en éthiopie sur la rive est du Nil.

Ce fut donc l'augmentation du niveau des océans, le changement climatique qui sépara la tribu mère, l'avancée des eaux du Golf, la désertification liée au réchauffement(Eden était arrosé par une buée montant du sol, donc une évaporation dans une région marécageuse à brouillard mais à rare pluviométrie à l'occasion de moussons par exemple): les inondations chassèrent les populations qui furent séparées par les eaux du Golf, l'assèchement de Pishon provoqua probablement une désertification, donc une migration. lire:A travers le livre de la génèse et des tablettes sumériennes recherche des civilisations originelles. Les phénomènes amenant la disparition d'Eden furent les mêmes que ceux qui furent à l'origine du peuplement de cette région, des phénomènes récurrents de peuplement en provenance de l'Ethiopie depuis qu'homo sapiens quitta l'Afrique. En effet, celon l'hypothèse la plus communément admise, l'homme moderne serait apparue d'abords en Tanzanie puis aurait migré en Afrique de l'Est jusqu'en Tanzanie. Vivant probablement en partiede fruits de mer, leur migration aurait suivi la côte jusqu'en Ethiopie où ils auraient traversés la mer rouge dans sa portion la plus étroite quand le niveau de la mer aurait été au plus bas. Le départ du "berceau africain", d'abord fixé vers 40 000 ans, a été repoussé à 125 000 ans: voir blog en quête de sciences article du 27/01/2011(non classé). En effet des squelettes et des outils de pierre taillés remontant à cette époque ont été trouvés à Jebel Faya aux Emirats Unis. Hors, il y a 130 000 ans, nous précise cet article, c'était la fin d'une glaciation, le niveau de la mer rouge était à son point le plus bas, permettant la traversée pendant une courte période du détroit de Bab al Mandhab. Cette tribu ancestrale fut sans doute chassée par la désertification du Dakanil ou les phénomènes sismiques et volcaniques du Erta Ale, et la fin de la glaciation à cette même époque,.

En effet dans le livre de la genèse "il(Dieu) mit à l' Orient du jardin d' Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante pour garder le chemin de l'arbre de la Vie " Ces chérubins aux épées flamboyantes évoquent des monts volcaniques tout comme "les hommes scorpions" de l'épopée de Gilgamesh comme nous le verrons plus tard. Mais cet Eden là n'est pas celui d'Arabie, mais plutôt une région de l'Actuel désert du Dakanil où se situent la chaîne volcanique du Erta Ale dont le souvenir s'est confondu avec celui de l'Eden arabique au fil du temps. 

 

Mais quel est donc cet "arbre de la Vie?"

 

- Pour tenter de le savoir, il nous faut nous replonger dans les tablettes sumériennes:

 

Dans le poême de Enki et Ninshursag, Enki(forme sémite d'Ea Dieu symbolysant l'esprit créatif humain) mange les huits plantes faites par Ninshursag, symbolisant probablement Eden, la terre fertile, et est puni pour cela, il tombe malade. Il mange la plante la plante arbre, la plante miel, la plante mauvaise herbe des chemins, la plante d'eau, la plante épines, la plante câpre, la plante casse. Ce poême montre la disparition de la végétation qui est attribué à l'activité humaine. Dans la bible, la punition divine consistant à chasser le premier homme Adam(sous entendre la première tribu, la tribu d'Adam), est provoquée par la consommation de l'arbre de Vie qui donne la connaissance du bien et du mal. Hors l'usage de plantes aux propriétés hallucinatoires on souvent été associées à des rituels religieux et divinatoires. Très tôt, avant même l'agriculture, l'homme a tenté de favoriser la pousse de certaines plantes dont il avait usage au détriment d'autres. On peut se demander si l'homme n'a pas favorisé, comme ce fut le cas dans notre monde contemporain pour l'introduction du prosopis au Kenya,  peut être simplement en disséminant les amandes de fruits qu'il consommait, l'implantation d'une plante aux effets hallucinogènes poussant dans le désert, dans des zones semi arides, près des fleuves où l'homme vivait, et que cette plante s'est montré invasive, détruisant une végétation dépendant des moussons à une époque où le climat s'assèchait, accélérant ainsi la désertification et la migration humaine. Par la suite, la déesse guérira Enki en donnant naissance à de nouveaux Dieux, symbolisants probablement les activités humaines leur permettant de la nature par la pratique d'un début d'agriculture. Hors dans la bible, il est question du " bdedellium", nom probable de l'arbre à myrrhe, il pousse en Ethiopie et en arabie, a t' il été introduit par l'homme en Arabie? Et une éruption volcanique a t'elle été interprété comme une condamnation divine de cette importation?

 

Les monts volcaniques doubles et la quête d'Eden.

L'histoire humaine est donc jalonnée de quête d'un nouvel "Eden". On constate que cette quête est liée à la présence de monts volcaniques doubles symbole de la présence divine et d'un point d'eau lieu de vie des hommes:

- Quand Gilgamesh part dans sa quête mythique de l'immortalité vers le 3e millénaire avant J.C, il se rend auprès des hommes scorpions pour connaître le chemin de "l'île des bienheureux"où vit "le héros du déluge, celui dont les ancêtres survécuent au déluge en montant dans une barque.

La description qu'il fait évoque deux monts volcanique avec un lac de lave considéré comme "l'entrée du soleil":

"Il finit par arriver devant une montagne dont le sommet était double. C'était le mont Mashu, devant lequel veille des monstres, les hommes scorpions qui gardent la porte du soleil(hors au sommet du Erta Alé il existe effectivement deux cratères donnant sur le lac de larve(évoquant le soleil) parfois liquide, parfois solidifié). Gilgamesh interroge donc les hommes scorpions(des coulées de larve évoquant une forme humaine ou un scorpion?) pour connaître le chemin le menat jusqu'au héros du déluge:

"Personne n'a entrepris pareil voyage dirent les monstres. Derrière cette porte est un tunnel obscur qui s'enfonce sous la montagne, et marcherait-on deux fois douze heures qu'on n'en atteindrait pas l'extrémité. Nul homme ne doit en fouler le sol car il appartient au soleil.

Bien entendu, Gilgamesh ne descendra pas dans le volcan! Mais sans doute des cendres d'une éruption obscurcirent-elles son chemin au travers de la chaîne du Erta Ale, puis, plus au nord il arriva dans une vallée fertile, et enfin il se retrouva encore face "aux eaux du déluge", la mer rouge, et il se rendit en barque sur une île côtière ou sur une île de l'archipel de Dahlak en mer rouge. C'est par le récit du "héros du déluge" que Gilgamesh connaîtra l'histoire du Déluge: les Annunaki déclenchèrent le déluge, le récit est d'une extrême violence, la terre toute entière fut enflammée, les ténèbres la recouvrirent avant que les eaux montèrent jusqu'au sommet des montagnes. Un récit qui correspondrait plus au déluge ayant donné naissance à la mer noire qui aurait donc été favorisé par une éruption volcanique d'un mont à l'entrée de la vallée prédéluvienne, un récit d'origine probablement akkadien qui intégra donc la mythologie sumérienne dès l'origine, bien avant la conquête de Sumer par Sargon 1er l'akkadien.

"Les monts doubles" vont se retrouver à chaque nouvelle "terre promise": l'étroite vallée noyée sous les eaux de la mer noire comportait semble t-il "des monts doubles", tout comme le mont Ararat lui aussi "double": le grand Ararat qui est un strato-volcan et le petit Ararat formé par les projections volcaniques du précédent. Et au pied du grand Aarat se développera la civilisation d'Urartu, près du lac de Van en Arménie.

Mais plus troublant est le nom de Machu ou Mashu donné aux monts double entouré d'un lac remplissant une caldeira, eux aussi monts sacrés des aïnus, dans le parc nationnal d'Akkan sur l'île d'Hokkaïdo. Y a t-il une même nomination orale de ces monts avec celle de la tradition orale de la légende sumérienne qui nous serait parvenus à travers la mythologie sémite? Y a t-il donc un lien migratoire ou une voie commercial ancien entre les sumériens et les AÏnus?

 

 Cette mémoire ancienne d'Eden et des monts doubles, de l'île des bienheureux où vivent les immortels, la croyance des étoiles comme âme d'un héros, sont probablement les éléments qui donneront chez les juifs à l'époque de la révolte des Maccabées à la croyance en un paradis céleste et de la porte céleste du paradis souvent représentée par deux colonnes, mythologie don l'occident christianisé héritera.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 18:56

  -nouveau lien "suite" fin de page-

Sciences 14/07/2010 19:02

La découverte en Arabie Saoudite de restes fossilisés d'un primate inconnu rapprocherait de nous la période où se sont séparées la lignée des ancêtres de l'homme et des grands singes d'une part, et celle des ancêtres des macaques d'autre part, selon une étude publiée mercredi.site:voilà,mots clés: sciences paléanthologie primates

Donc la th éorie de l'évolution vers homo-sapiens du fait de l'apparition de la ligne de faille éthiopienne et l'isolement d'un groupe d'hominoïdes(hominidés et grands singes) tombe à l'eau puisque l'ancêtre des hominidé était en Arabie. Par contre la désertification de l'Arabie séparant les groupes d'hominidés peut expliquer la diversité des hominidés, repoussant les uns en Afrique, les autres vers l'orient. Puis une partie des hominidés passant par ce qui est actuellement le désert du Danakil, dans la vallée du grand rift, furent-ils isolé par l'entrée en éruption de volcans de la chaîne de l'Erta Ale? Ce groupe isolé évoluant vers homo sapiens qui se divisera en sapiens-sapiens, et néerdanthalis qui le premier colonisera l'Europe.
- Dans une émission sur le tourisme et les volcans parue sur la cinq  récemment, un vulcanologue, qui emmène un groupe de touristes téméraires, au bord de la terrasse de volcans en activité, marchant dans la cendre, regardant dans le ciel la retombée de roches en fusion, écoutant un bruit de feux d'artifice, à la merci éventuelle d'une nuée ardente, nous raconte:
-dans la cheminée volcanique, les gaz sont comprimés, puis se détendent  lors de l'expulsion de masses rocheuses, d'où onde sismique avant l'explosion, explosion, sensation d'onde de choc lors de l'expulsion des gaz. Mais parfois la poche de gaz, plus volumineuse, engendre une "nuée ardente", se déplaçant à plus de 100km/h et brûlant tout sous son passage, l'une d'elle tua un jour une expédition. Encore de nos jours, des populations localescroient que le volcan abrite des esprits, et ce vulcanologue raconte, que redescendant d'une terrasse volcanique avec sa coéquipière, lors d'une explosion assez forte engendrant la retombée de roches en fusion de tout côté, soulevant la poussière des cendres, des indigènes virent à leur rencontre et les touchèrent, croyant être visité par des esprits! cette histoire actuelle n'est pas sans parallèle avec celle racontées dans le livre biblique de l'exode: à diverses reprises, dans la bible,Dieu apparait sous forme de nuée, il est question de "terre qui s'ouvre", de feu qui en sort." Dieu, chez les juifs, comme zeus chez les grecs, est présent "sur une montagne", Moïse est le seul a pouvoir monter sur le Sinai, montagne sacré, quand il en redescend, il apparaît comme un protégé, un messager divin, son autorité s'en trouve renforcer, et il ordonne des représailles contre ceux qui s'adonnent à un culte local, une idole à l'apparence d'un veaucomme on en retrouva à Summer, ce qui est aussi la manifestation d'une volonté de sédentarisation. Un phénomène sismique fut le le signal à la fois de représailles et de reprise de la route. Il n'est pas impossible que des failles sismiques servirent d'instrument d'une justice sommaire: ainsi, Koré, un descendant de Lévi et trois fils de Ruben(Lévi, Ruben, deux des fils de Jacob qui furent tous à l'origine d'un clan tribal) "se soulevèrent contre Moïse, avec 250 hommes des enfants d'Israël, des principaux de l'assemblée et qui étaient des gens de renom",(nombre chap 6). L'Eternel "menaça de consummer toute l'assemblée, mais finalement la terre s'ouvrit et engloutit Koré et les siens. Le cantique de Moïse est également très évocateur: ...le feu de ma colère s'est allumé, et il brûlera jusqu'au séjour des morts; il dévorera la terre et ses produits, il embrasera les fondements des montagnes."

-Hors, lorsque nous lisons la bible, on s'aperçoit que rien ne prouve que Jésus mourut sur la croix, ses jambes ne furent pas brisées, car le centurion romain qui précisément fut convertit décréta "qu'il était déjà mort" et lança sa lance sur son flanc, et lorsqu'on lit l'ouvrage "le tombeau de Jésus"aux éditions michel laffon, on ne peut être que convaincu qu'il est plus que probable que ce tombeau famillial dont il est question, est bien celui de Jésus de Nazareth. Cette conviction se base sur les éléments suivants:
En mars 2007, Simcha Jacobovici et Charles Pellegrino démontrent avec une
probabilité d'erreur de 1/30 000puissance 6, que le tombeau découvert en 1980 à Talpiot - est, un quartier
de Jérusalem est le tombeau de Jésus.de Nazareth, vénéré par les chrétiens et les musulmans. 
 Ce calcul se base sur la probabilité de trouver dans un même tombeau un ossuaire sur lequel est écrit:

"Jésus fils de Joseph" et des ossuaires portant les noms de Maria, Matia(Matthieu), Yoseph, Jacques, 
noms de la mère et des frères de Jésus ,et Mariamne, nom de sa compagne selon les évangiles 

apocryphes , et Juda fils de Jésus et qui ne serait pas le tombeau familial du Jésus des évangiles.
(à cette époque les corps restaient dans un tombeau provisoire, une grotte, fermée par une lourde pierre comme les évangiles le rapportent également, puis, au bout d'un an on récupérait les grands os que l'on plaçaient dans un ossuaire, et la pratique des ossuaires, s'inscrit sur une durée historique courte, qui correspond à l'époque de Jésus et qui disparut avec la prise de Jérusalem en l'an 30 de notre ère.)
- Cet ouvrage démontre également que en 2005, les résidus humains prélevés dans les ossuaires de Jésus et Mariamne ont permis de trouver de l'ARN mitochondrial, ces tests ont montrés qu'ils n'étaient pas apparentés, comme ils étaient dans le même tombeau, cela va dans le sens des évangiles apocryptes qui décrivent Mariamne comme "la compagne de Jésus".
- D'autre part divers passages des évangiles canoniques ou apocryptes peuvent laisser à penser que Jésus avait un fils: notamment lors de son arrestation où l'évangile de Marc(14, 51) rapporte qu'un jeune homme le suit, mais quand on veut se saisir de lui, il lâche son manteau et s'enfuit nu. Mais ce que dit pas cet évangile c'est que cet enfant, devait lui aussi être éliminé afin qu'il ne réclame pas un jour la succession de son père, et il est probable qu'il fut vite repris et éliminé.
Hors sur la croix, Jésus à l'agonie dit lorsqu'il vit sa mère en compagnie de l'apôtre bien aimé: "Femme voici ton fils, puis se tournant vers l'apôtre bien aimé: voici ta mère."
-Qui est l' "apôtre bien aimé" dont parle l'évangile de Jean?
- Le fils ou la femme de Jésus? Soit l'enfant a déjà été tué, soit s'il est vivant, il est peu probable qu'on commette l'imprudence de l'amener sur le lieu d'exécution. Si l'on nomme pas cet apôtre, c'est qu'on veut le protéger, de même dit on "un jeune homme" suivit de loin avant que l'on ne tente de l'arrêter et il s'enfuit nu, ce qui évoque bien un enfant. L'apôtre bien aimé, c'est Mariamne, sa compagne(Marie Madeleine) puisque l'évangile de Marie Madeleine relate une dispute entre Pierre et Jésus, Pierre refusant d'admettre une femme parmi les disciples de Jésus, et encore moins que Jésus ait pu lui faire confiance plus qu'à lui.
Dans l'évangile de Marie Madeleine, Jésus lui apparait en rêve et son esprit est en elle.
L'union parfaite réalisa "l'Adam primordial",une union en un même esprit, mais qui se réalise par l'union charnelle quand elle est associée à un amour complice, où deux personnalités s'associent en un dessein commun, une personnalité de couple, "quand deux font un, vous trouverez le royaume de dieu" dit Jésus dans l'évangile de Thomas. L'amour avec un grand "A" était né. Il ne s'agissait plus d'avoir une ou des compagnes pour s'assurer une progéniture au service d'un patriarche, mais de trouver "l'âme soeur", la symbiose qui permet à l'homme comme à la femme de se réaliser plainement, de cet fusion, naît un esprit nouveau qui lie définitivement les conjoints, "l'homme ne peut défaire ce que Dieu a unit", Dieu permettant précisément l'apparition de ce nouvel esprit en agréant cette union.
Aussi, Jésus déclare t-il, mais uniquement dans l'évangile de Jean, à sa mère "voici ton fils", signifiant par là, la survivance de son esprit en Marie Madeleine. Sa mère, qui est présente également, prend cette parole au sens judaïque du terme, quand un homme meurt, son frère doit lui assurer une descendance en épousant la veuve. Selon l'évangile de Marie Madeleine, qui elle, a bien compris la volonté de Jésus, se déclare comme porte parole de Jésus, mais Pierre ne peut l'admettre, n'acceptant pas qu'une femme soit considérée à l'égal d'un homme.
Finalement, une solution est trouvée, probablement à l'initiative de Marie, mère de Jésus:
Marie Madeleine va partir en mission, accompagnée de deux autres Marie, elle débarqueront au lieu dit actuellement Saintes Marie de la mer, elle accompagnera, selon l'évangile de Marie Madeleine, son frère Philippe car est-il écrit "il est faible d'esprit". En fait, elle devient probablement l'épouse d'un frère de Jésus(ou demi-frère ou cousin germain), choisit pour être "faible d'esprit", afin d'être sûr que l'esprit de son amant ou mari ,ne chassera pas ni ne remplaçera l'esprit de Jésus qui est en elle.
Jésus fut reconnu comme le messie, après être monté sur le Mont Thabor.en Israël. C'est l'épisode de la" transfiguration", hors l'isolement sur une haute montagne considéré comme lieu saint, s'accompagne souvent de jeûne qui lui même peut être source d'hallucination collective, Moïse et Elie, apparaîssent à ses côtés. Hors Moïse avant de mourir est transporté sur une haute montagne d'où il peut appercevoir la terre promise, et Elie est enlevé par "un char de feu", ce qui peut là encore évoquer des projections de roches en fusion si l'on se trouve sur la première terrasse d'un volcan, comme le faisait ce vulcanologue et son équipe.
Lorsqu'il agonise sur la croix, Jésus crie "Elie, Elie, pourquoi m'as tu abandonné", selon l'évangile de Matthieu, dans l'évangile de Marc, il interpelle de la même manière EloÏ, c'est à dire "Dieu". Dans l'évangile de Luc, un séïsme est évoqué: "il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure, le soleil s'obscurcit, et le voile du temple se déchira." jésus s'écria d'une voix forte: "Père, je remet mon esprit entre tes mains".
Dans l'évangile de Matthieu, Jésus, interpelle Elie, puis, pousse un grand cri et "rend l'esprit".
A ce moment "le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s'ouvrirent et plusieurs corps, des saints qui étaient morts ressucitèrent, ils entrèrent dans la ville sainte et apparurent à un grand nombre de personnes. Le centenier et ceux qui était avec lui pour garder Jésus, ...furent saisis de frayeur.
Hors Elie, devait revenir pour préparer le chemin du Christ, il est donc fort probable que Jésus interpella Elie. Hors Elie disparait dans "un char de feu", qui évoque probablement des roches en fusion éjectéelors d'une éruption volcanique au cours d'un séïsme de faible amplitude. La survenue d'un séïsme, pouvait donc être interprêtée comme annonciateur du retour d'Elie, Elie semble donc avoir remplacé Seth dans l'interprétation mystique du séÏsme. Lorsqu'on lit l'apocryphe, les actes de Pilate, on s'aperçoit que c'est bien un synchrétisme entre le judaÏsme, la gnose helléniste, et même l'héritage de Summer qui donnèrent le christianisme: Jésus y est décrit comme descendant aux enfers, où se trouve, Hadès, dieu des enfers grec, mais aussi Seth qui est son "exécuteur", la mort personnifiée, et le récit de Jésus aux enfers n'est pas sans rappeler celui de Enkidu, ami de Gilgamesh,  nom dynastique de rois sumériens qui alimenteront le récit légendaire de Gilgamesh (roi héroïque de Summer à la recherche de l'immortalité).
- On peut donc émettre l'hypothèse suivante: il y eut tout d'abord des "prémices", faibles secousses, puis une accalmie, ce qui est souvent le cas avant une éruption volcanique explosive, Jésus se sent abandonné et apelle "Elie", espérant partir lui aussi emporté ou tué par un rocher incandescent. Enfin vint la grande secousse ou une éruption volcanique au loin,
Jésus perd connaissance en criant "Père, je remet mon esprit entre tes mains."
C'est la panique, le séïsme a ouvert des tombes, une autre secousse, fera peut être rouler celle du tombeau provisoire où Joseph d'Arimathie mit Jésus qui était inconscient mais peut être encore en vie...
Quand les trois femmes qui avaient assisté à son agonie, se rendent à son tombeau pour l'embaumer elles trouvent "deux hommes en habits resplendissants", il s'agit là probablement d'un embellissement du récit, ces hommes rappellent la transfiguration avec Moïse et Elie.
Il est peu probable que Jésus fut en état de marcher après un tel supplice, les deux chevilles fracturées.
Dans l'évangile des actes de Pilate, c'est Joseph d'Arimathie qui est soupçonné d'avoir enlevé Jésus. Cela semble logique, constatant les effets du séïsme, il se rend au tombeau.
On trouve un récit dans les actes de Pilate qui lui aussi évoque les phénomènes volcaniques:
"Il était encore assis sur le mont Milkom, enseignant ses onzes disciples, quand
nous vîmes une nuée le couvrir de son ombre, lui et ses disciples, et la nuée l'emporta
dans le ciel, tandis que ses disciples gisaient face contre terre."
- S'il était en vie, Jésus devait être dans un état lamentable et souffrir terriblement. Y avait-il un volcan actif, mais que l'on pouvait approcher? commanda t-il à ses disciples de le conduire au plus près du cratère afin que Dieu qui manifestait sa colère puisse "le prendre en son sein" et mettre ainsi un terme à ses souffrances? Mais surtout en rejoignant Dieu, tout comme Elie, son esprit devenait immortel, "l'esprit saint" qui unissait les croyants.
- Dans ce cas, comment peut -il y avoir un ossuaire "Jésus" dans le tombeau attribué à la famille de Jésus? Fut-il tué par une explosion de gaz de type "nuée ardente"  épargnant son squelette? Ou bien, est-il mort rapidement, mis dans un autre tombeau provisoire, en attendant de pouvoir mettre ses os dans un ossuaire? Et cette histoire de "nuée" est une invention parce qu'il était interdit de donner une sépulture à un crucifié, il devait être enterré sous terre?
- Mais la vérité, comme souvent, est peut être plus complexe, et un fragment de l'évangile des hébreux, recopié par un des premiers pères chrétiens, Origène, nous donne peut être la clef du mystère:
   "Le sauveur dit: "ma mère qui est le saint esprit, vient de m'enlever par l'un de mes cheveux et elle m'a
transporté sur la haute montagne du Thabor."
Hors Thabor, est la montagne de la "transfiguration", les disciples voient Jésus entouré de Moïse et Elie, tous portent un habit blanc lumineux, il s'agit donc "d'esprits".
- Jésus dans les évangiles, après la résurrection, soit trois jours après la crucifiction, apparait à ses apôtres, comparons les récits des évangiles:
 
-Evangile de Matthieu: Après le sabbat, à l'aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l'autre Marie allèrent voir le sépulcre. Et voici, il y eut un grand tremblement de terre; car un ange du seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s'assit dessus. Son aspect était comme l'éclair, et son vêtement blanc comme la neige. Les gardes tremblèrent de peur, et devinrent comme morts. Mais l'ange prit la parole, et dit aux femmes:Pour vous ne craignez pas; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié. Il n'est point ici; il est ressucité, comme il l'avait dit. Venez, voyez le lieu où il était couché, et allez promptement dire à ses disciples qu'il est ressucité des morts. Et voici qu'il vous précède en Galilée; c'est là que vous le verrez. (lire suite: évangile selon Matthieu)
- Evangile de Marc: Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques(Jacques est le demi frère de Jésus, fils de Joseph et de sa première femme qui décéda peu de temps après sa naissance, ce fut Marie qui lui servit de mère, puis devint mère de Jésus) et Salomé, achetèrent des aromates, afin d'aller embaumer Jésus. Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre, de grand matin, comme le soleil venait de se lever. Elles disaient entre elles: "qui nous roulera la pierre loin de l'entrée du sépulcre? Et, levant les yeux, elles aperçurent que la pierre, qui était grande, avait été roulée. Elles entrèrent dans le sépulcre, virent un jeune homme assis à droite, vêtu d'une robe blanche, et elles furent épouvantées. Il leur dit: ne vous épouvantez pas; vous cherchez Jésus de Nazareth qui a été crucifié; il est ressucité, il n'est point ici; voici le lieu où on l'avait mis. Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu'il vous précède en Galilée: c'est là que vous le verrez, comme il vous l'a dit. Elles sortirent du sépulcre et s'enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies; et elles ne dirent rien à personne à cause de leur effroi.
Jésus étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d'abord à Marie de Magdala,
- Evangile de Luc: Il y avait un conseiller, nommé Joseph, homme bon et juste qui n'avait point participé à la décision et aux actes des autres; il était d'Arimathée, ville des juifs,et il attendait le royaume de Dieu. Cet homme se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus. Il le descendit de la croix, l'envelloppa d'un linceuil, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n'avait encore été mis. C'était le jour de la préparation et le sabbat allait commencer. Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et s'étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat,  selon la loi.
Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu'elles avaient préparées.Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée devant le sépulcre; et étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du seigneur Jésus. Comme elles ne savaient que penser de cela, voici que deux hommes apparurent dans leurs habits resplendissants. Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre; mais ils leur dirent: pourquoi cherchez vous parmi les morts celui qui est vivant? Souvenez vous de quelle manière il vous a parlé quand il était encore en Galilée...
...elles annoncèrent toutes ces choses aux onze et à tous les autres. Celles qui dirent ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles. Ils prirent ces discours pour des rêveries, et ils ne les crurent pas.
Mais Pierre se leva, et courut au sépulcre. S'étant baissé, il ne vit que les linges qui étaient à terre. Puis il s'en alla chez lui dans l'étonnement de ce qui était arrivé.
Et voici ce même jour, deux disciples allaient dans un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de 60 stades(...)Jésus s'approcha et fit route avec eux mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
Alors Jésus leur dit: "O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu'on dit les prophètes!... Ils le pressèrent en disant "Reste avec nous, car le soir approche"...Pendant qu'il était à table avec eux, il prit le pain; et après avoir rendu grâces, il le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux. Et ils se dirent l'un à l'autre: notre coeur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu'il nous parlait en chemin et nous expliquait les écritures?...ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onzes, et ceux qui étaient avec eux, assemblés et disant: le Seigneur est réellement ressucité, et il est apparu à Simon. Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé  en chemin, et comment ils l'avaient reconnu au moment où il rompit le pain.
Tandis qu'ils parlaient de la sorte, lui même se présenta au milieu d'eux, et leur dit:"la paix soit avec vous!"
Saisis de frayeur et d'épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur dit: pourquoi êtes vous troublés, et pourquoi pareilles pensées...? Voyez mes mains, voyez mes pieds, c'est bien moi; touchez moi et voyez: un esprit n'a nichair ni os, comme vous voyez que j'ai. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds.
Comme dans leur joie, ils ne le croyaient pas encore, et qu'ils étaient dans l'étonnement, il leur dit: avez vous quelque chose à manger? ...(lire suite Evangile de Luc)

 

Evangile de Jean:
- Dans l'évangile de Jean, Marie de Magdala se rend au sepulcre SEULE, dès le matin, alors qu'il fait encore obscur. Voyant que la pierre est ôtée, elle court en avertir Pierre et "l'autre disciple que Jésus aimait".
Il y a donc bien deux disciples que Jésus aimait: Marie de Magdala, puisque quand il est sur la croix,il est écrit  dans l'évangile de Jean: " près de la croix de Jésus, se tenait sa mère, et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: "Femme voici ton fils". Puis il dit au disciple: "voici ta mère". Donc, il dit à sa mère, que désormais, sa compagne, Marie de Magdala devient "son fils" et par là fait d'elle son successeur légitime. Pour comprendre ces paroles, il faut se souvenir que dans l'évangile de Thomas, il est fait état d'une dispute entre Jésus et Pierre, Pierre estimant qu'une femme ne peut être disciple de Jésus.
Ce à quoi Jésus répond:
"Voici; moi, je l'attirerai pour que je la rende mâle afin qu'elle devienne un esprit
vivant pareil à vous, les mâles! Car toute femme qui se sera faite mâle entrera dans le royaume des
cieux. Jésus dit également selon l'évangile de Thomas:"Lorsque vous ferez les deux êtres, un, et que
vous ferez le dedans comme le dehors, et le dehors comme le dedans, et le haut comme le bas! Et si
vous faites le mâle et la femelle en un seul, afin que le mâle ne soit plus mâle, et que la femelle ne soit
plus femelle, et lorsqu'à la place d'un oeil vous referez des yeux, et une main à la place d'une main, et un
pied à la place d'un pied, et une image à la place d'une image, alors vous entrerez dans le royaume!"
Mais ici, c'est Marie de Magdala qui court avertir le disciple que Jésus aimait! L'explication, nous la trouvons à la fin de l'évangile de Jean, c'est celui qui, pendant le souper s'était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit: "qui est celui qui te livre" sur un signe de Pierre. Cette description d'un disciple qui se penche sur la poitrine de Jésus, mais qui n'est pas sa compagne, celui qui, a rendu témoignage de ce qui est écrit dans l'évangile de Jean(Jean 21-24), c'est encore lui qui se rend au sépulcre accompagné de Pierre et "courre plus vite que lui" mais n'ose rentrer le premier, ce comportement évoque celui d'un enfant ou d'un adolescent, probablement le fils de Jésus et Marie de Magdala, celui dont l'ossuaire est celui d'un enfant d'environ 9 ans et qui porte l'inscription "Judas, fils de Jésus".
L'évangile de Jean donne à penser que lors de sa rédaction, ce Judas fils de Jésus est déjà mort; en effet, à la fin de l'évangile de Jean, il est écrit: " En le voyant, Pierre dit à Jésus: Et à celui là que lui arrivera t-il? Jésus lui dit: Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t'importe? Toi suis moi. Là dessus le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n'avait pas dit à Pierre qu'il ne mourrait point, mais: si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t'importe? ce qui sous entend que le bruit que ce disciple ne mourrait point était faux.
- Dans les actes de Pilate, un séïsme également est évoqué:  Joseph d' Arimathie est libéré parce que la maison où il était enfermé "est soulevé aux quatre coins", il a une vision "une sorte d'éclair vint éblouir mes yeux", il invoque "ELie", montrant bien ainsi le lien que les Juifs faisaient entre Elie et le séïsme. Cet évangile apocryphe fait dire à cette "vision" "je suis Jésus". Convoqué par le conseil, il déclarera que Jésus a été enlevé par une nuée alors qu'il se trouvait parmi ses disciples sur la montagne de Milkom. Le récit certes, fait preuve d'un grand imaginaire,puisque là non seulement les tombes sont ouvertes, mais en plus on retrouve à Arimathie les ressucités de Jérusalem qui par écrit racontent au conseil comment Jésus les a ressucités des enfers(à cette époque séjour de tous les morts)!
- En sachant que dans les écrits bibliques, la chronologie des faits n'est pas toujours respectés, tout doit être "annoncé", et ce qui se réalise l'est toujours selon la volonté divine et toujours pour une bonne raison, on peut tenter de restituer l'histoire initiale:
- Jésus savait qu'il avait été trahi, il demande à ses disciples de se munir tous d'une épée; puis finalement, se rend sans combattre après que Judas, qui vient à sa rencontre avec des gens armés, l'embrasse pour le désigner. Mais était- ce Judas l'Iscariote le traitre? Pourquoi Jésus le désigne à la fois à Pierre et à Judas junior en lui tendant une bouchée de pain? Juda était le trésorier de la communauté, il avait la confiance de Jésus, le fils de Jésus porte son nom, en tant qu'iscariote il devait détester les grands prêtres et le conseil!
Hors Pierre aurait trahi "trois fois" dira Jésus. Est ce vraiment que Jésus lit l'avenir et qu'il le voit dire trois fois qu'il n'est pas disciple de Jésus? Ou plutôt une première fois en voulant chasser Marie de Magdala, une seconde fois en disant ne pas être disciple de Jésus, si bien qu'il est le seul disciple à ne pas être enfermé parce que les juifs craignaient que les disciples enlèvent Jésus du tombeau provisoire(dans la roche donc considéré "sous terre") de Joseph d'Arimathie pour lui donner une sépulture digne alors que les crucifiés doivent être enterrés sous terre, et enfin une troisième fois peut être en mettant en danger le fils de Jésus, En effet, toujours dans l'évangile de Jean, après l'arrestation de Jésus, Simon Pierre avec un autre disciple suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur; mais Pierre resta dehors près de la porte. L'autre disciple...sortit, parla à la portière et fit entrer Pierre. Alors, la servante, la portière, dit à Pierre: toi aussi, n'es tu pas des disciples de cet homme? Il dit: je n'en suis point. Cet autre disciple, n'est ce pas le jeune homme qui dans un autre évangile s'enfuit nu, le fils de Jésus?
En effet, quand sur le point d'être arrêté Jésus et ses disciples sortent armé, c'est peut être à ce moment là qu'il dit à Pierre que son fils doit rester et fait cette recommandation à Pierre , les disciples pensent qu'ils vont mourir en se battant. Mais Jésus semble avoir préparé une mise en scène avec Judas. Si le conseil a pu savoir où se trouvait Jésus, c'est peut être non pas Judas l'Iscariote qui l'a trahi, mais peut être Pierre qui semble avoir la garde de Judas fils de Jésus, et semble s'être sciemment mal acquis de cette tâche, c'est peut être à Judas enfant que l'on donne des pièces, pour le mettre en confiance, le faire parler et trahir innocemment son père. Judas se serait donc sacrifié pour sauver Judas et sa mère Marie de Magdala qui aurait certainement été mise en cause. Mais un séïsme a changé le cours de l'histoire, permit à Joseph de descendre de la croix Jésus encore vivant, le centurion au pied de la croix étant ou devenant disciple de Jésus émotionné par le séïsme. Ce séïsme qui ébranla la prison de Joseph d'Arimathie et lui permit de se rendre au tombeau et d'en faire sortir Jésus. Quand Marie de Magdala est dehors pendant que Pierre et l'autre disciple sont dedans, c'est lui qu'elle voit, sinon appellerait-elle "seigneur" un jardinier? Elle est partie la première pour voir si le tombeau est gardé, les deux autres femmes dont il est question dans les autres évangiles cherchant probablement de l'aide pour les aider à pousser la pierre bloquant l'entrée.
Jésus a dû mettre en garde Joseph d'Arimathie envers Pierre, c'est pour celà qu'il indique à Marie seule où se trouve Jésus. Puis, quand Pierre et le jeune Judas sortent du tombeau, il discute avec eux pour voir s'il peut leur faire confiance. Joseph est un maître probablement comme Jésus, devant les apôtres il "rompt" le pain, si bien que les disciples croient que Jésus leur est apparu sous une autre forme! Joseph cache Jésus chez les disciples ou à proximité. Il se montre avec ses plaies, Jean ne parle pas de ce qu'il advint après sa "résurrection". Joseph d'Arimathie le fait cacher probablement en Galilée, sur la montagne de Tabhor, la présence de Dieu étant souvent décrite sur une montagne qui évoque un volcan.
Il meure, mais sa mère qui a gardé un de ses cheveux afin de rester en communication mystique avec son fils, fait un songe, elle le voit au sommet de la montagne entouré par Elie et Moïse qui l'élève dans les cieux avec lui dans une "nuée"(voir plus haut citation Origène). C'est l'épisode de la transfiguration décrit avant sa crucifixion dans l'évangile car il fallait bien que des prophètes annoncent ce qui allait se passer et prouver que ce qui s'est passé, était la volonté divine.
Mais il y a une chose de certaine: c'est un séïsme, un tremblement de terre, voir une éruption volcanique lointaine et les cendres qui retombent sur Jérusalem qui ont fait de Jésus de Nazareth le Messie des chrétiens.
-lire également, lien ci dessous:







Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 17:38

Aperçu de la page “L'enseignement de Jésus(totalité des articles déjà parus pour impression)” :

-La vie publique de Jésus commence avec son baptême par St Jean Baptiste:

-Evangile
de St Matthieu chap 3:

En ce temps là parut Jean Baptiste, prêchant dans le désert de Judée. Il disait:…



Lire la page “L'enseignement de Jésus(totalité des articles déjà parus pour impression)”

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 08:00

"Certains ce font eunuques pour servir Dieu, alors que ceux qui le sont de naissance, ne servent pas Dieu. Comprenne qui pourra"

 

 

- Voilà quelles furent les paroles de Jésus en ce qui concerne l'abstinence sexuelle. En effet à cette époque fleurissait la gnose judéo-grèque. Et l'abstinence sexuelle favorissait la pensée mystique, comme le jeune ou l'usage de plantes stimulant l'activité cérébrale dans d'autres cultures(Amérique, Afrique). Dans la"bonne société", il était même de bon ton, qu'un homme renonce à la sexualité à partir d'un certain âge et après avoir eu une progéniture, vivre comme "frère et soeur" avec son épouse pour favoriser la réflexion. L'ascétisme chez les romains était également considéré comme bon pour le corps et l'esprit du guerrier. Il est vrai que l'absence de relations sexuelles renforce l'agressivité en l'absence d'activité spirituelle intense qui canalise cette énergie.

 

- Hors depuis la loi de Moïse, seuls les hommes juifs(majorité à 13 ans) libres et les égyptiens vivant parmi eux(car tu as été étranger parmi eux) pouvaient faire partie de "l'assemblée" au service du Dieu l'Eternel. En étaient exclus, les esclaves, les femmes et ...les eunuques(même celui qui le devient après une blessure aux parties génitales lors d'un combat).

Jésus s'étonnait donc de ce paradoxe: l'exclusion des eunuques de l'assemblée et le fait de considérer comme une vertu le renoncement à la sexualité pour servir Dieu! Cela lui semblait absurde.

Lui même commença son enseignement à 30 ans selon l'évangile, à un âge où les juifs sont mariés et père, sauf ceux qui comme les esséniens pratiquent un ascétisme poussé à l'extrême et vivant en communautés comme les moines plus tard de l'église catholique et romaine. Jésus, dans son entourage semble avoir eu des ascètes, lui même jeunera 40 jours dans le désert, mais si l'on se réfère à plusieurs passages des évangiles, il condamnera par la suite les excès, il y a pour lui des moments pour la réflexion et le jeûne, et d'autres pour la vie sociale, et il fait l'apologie de l'amour avec une grand "A", à la fois complicité spirituelle et union physique.(lire L'enseignement de Jésus(totalité des articles déjà parus pour impression)

D'autre part, nous ne rappellerons jamais assez le travail formidable de l'équipe d'archéologue qui permit la rédaction de l'ouvrage "le tombeau de Jésus" aux éditions michel laffon, et qui montre qu'il y a une forte probabilité pour qu'il fut non seulement époux mais père également.

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 14:58

Aperçu de la page “les dieux des juifs et des égyptiens se mêlent et se confondent” :

, Le Dieu Amon dont l'appellation "le caché", " l'inconnaissable" n'est pas sans rappeler le Dieu unique " Yavhé" des musulmans, "aux multiples noms" correspondant aux multiples aspects, et le dieu…

Lire la page “les dieux des juifs et des égyptiens se mêlent et se confondent”

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 14:53

Aperçu de la page “Abraham et Moïse, la vraie histoire...” :

-Abram(qui prendra le nom d'Abraham après avoir répondu à l'appel de l'Eternel) était un sédentaire, habitant d'Ur qui de 2012 à 2004 av J.C fut la capitale d'un état sumérien unifié par le…

Lire la page “Abraham et Moïse, la vraie histoire...”

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:58

Aperçu de la page “L'Eternel, Dieu des Hébreux, et Seth Dieu des égyptiens, le même caractère "volcanique"” :

- En me documentant sur Wikipédia, j'ai lu que Sigmund Freud, pensait que le judaïsme était apparu sous l'influence égyptienne, lors de l'implantation en Egypte des hébreux. Je l'ignorais, mais…

Lire la page “L'Eternel, Dieu des Hébreux, et Seth Dieu des égyptiens, le même caractère "volcanique"”

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 14:59

Aperçu de la page “Quand religion, histoire, et évolution psychologique ne font qu'un...” :

- Il était une fois, une femme sachant lire et voulant lire ce qu'elle voyait et non ce qu'on lui avait dit de voir, et comprendre à la lumière des connaissances de son temps ce que le livre de la…

Lire la page “Quand religion, histoire, et évolution psychologique ne font qu'un...”

Repost 0
Published by marie-jeanne jourdan - dans religion - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de marie-jeanne jourdan
  • Le blog de marie-jeanne jourdan
  • : sociologie, comment bâtir un monde viable avec les menaces planétaires qui pèsent sur le monde de demain.
  • Contact

Profil

  • marie-jeanne jourdan
  • formation:médecin
centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. 
écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook
  • formation:médecin centres d'intérêts:histoire et étude des religions,écologie,sociologie. écrivain:auteur de "plaidoyer pour un monde viable"(commande aj56@live.fr)-sociologie- et "le temps des révélations" roman à thèmes, chez publibook

Recherche

Pages